kra'chak'ra…

Partagez vos lectures et vos écrits
Avatar du membre
chak
Membre d'honneur
Messages : 4586
Enregistré le : vendredi 07 décembre 2012 4:50
Localisation : portugal

kra'chak'ra…

Messagepar chak » vendredi 29 décembre 2017 1:42

du crachat au chakra… et ainsi de suite…

je ne suis pas écrivain.
et je ne lis que très très peu.

j'ai juste besoin d'écrire pour sortir ce brouhaha de ma tête.

quand on commence, tout est vide, tout est neuf, tout est beau… en quelque sorte.
tout est vierge, immaculé. on peut faire ce que l'on veut.
puis le temps passe.
puis tout s'encroute, vieillit, se fade.
on a l'impression que plus rien ne sert à rien.
il nous faudrait un reset, un effacement total puis un recommencement à zéro.
mais ça n'existe pas.

j'ai surtout besoin d'écrire, et des fois, je ne sais plus où le faire, plus rien ne me suffit, ni le cahier, ni l'ordi, ni mon salon, ni ma galerie…
j'ouvre des lieux, parce que j'ai besoin, mais en fait, je voudrais juste me planquer, mais je ne sais pas où.
la fuite, toujours la fuite, parce que je ne sais pas faire autrement, parce qu'on ne change pas, qu'on ne changera jamais, dans le fond tout au fond.

c'est un nouveau lieu.
qui ne veut rien dire de plus qu'un nouvel ailleurs.

lourd dans ma tête.
trop pleine pour m'exprimer correctement.
alors, voilà, c'est tout.


Avatar du membre
chak
Membre d'honneur
Messages : 4586
Enregistré le : vendredi 07 décembre 2012 4:50
Localisation : portugal

kra'chak'ra…

Messagepar chak » dimanche 31 décembre 2017 0:46

aujourd'hui, j'ai écrit une lettre de doléances à mon père, elle fait 9 pages.
elle pourrait en faire mille de plus.
bien sur, c'est de la triche, c'est dans mon cahier, ça n'est pas une vraie lettre, sauf si je meurs dans les prochaines heures, avant d'avoir pu détruire tous mes écrits.
ce qui serait drôle pour certains écrits, moins pour d'autres.

en lui écrivant, c'est à dire en adressant ce texte particulièrement à lui, je m'aperçois de la quantité et de la qualité des souffrances qu'il m'a si gracieusement offertes, je m'aperçois à quel point il est profondément méchant, cruel, nombriliste, faux, sadique et menteur… et tout le reste…
ce mec est un monstre.
et j'en suis le fruit.
fruit donc en partie pourri.
puisque les chiens ne font pas des chats.
je suis donc un monstre moi aussi.
un être difforme qu'on a créé, puis abandonné, rejeté, dénié, humilié…

je suis détruite.
il a participé à ma création, mais surtout à ma destruction.
je ne comprends pas pourquoi il m'a faite.

j'ai essayé de refaire ma vie, le plus loin possible, et j'ai cru un moment que j'avais trouvé la paix.
et voilà qu'il achète une maison juste à 2 pas de chez moi.

je ne trouverai la paix que dans la mort, la sienne, dont je rêve depuis l'adolescence, ou la mienne, idem.
pourvu qu'on ne meurt pas ensemble, c'est tout ce que je demande.

je n'ai ni le courage, ni la force de le regarder et de lui parler.
il me dégoute, c'est un blob monstrueux, suintant de mièvrerie pour tromper l'ennemi… c'est à dire tout le monde.

je n'aurai pas le courage de parler de cette maison.
ils m'ont piégée, je n'aurais pas cru que je me serais laisser avoir à ce point.
je croyais avoir travaillé et réparé plein de trucs qui déconnaient.
il faut croire que je ne sais pas le faire.
je me suis cassé toutes les dents, j'ai raclé le fond, et là, je suis dans ce trou noir dont on ne sort pas.

me faire aider ou crever.
c'est ce qu'on m'a dit.
je suis dans la phase n°2.
car je ne trouve pas de solution pour le n°1.
mais je cherche, je vais encore chercher.

Avatar du membre
chak
Membre d'honneur
Messages : 4586
Enregistré le : vendredi 07 décembre 2012 4:50
Localisation : portugal

kra'chak'ra…

Messagepar chak » dimanche 31 décembre 2017 15:39

je suis enfermée chez moi, j'ai coupé mon téléphone depuis quelques jours, je ne réponds plus à personne.
besoin de retrait, de silence.
même mon chéri en subit les frais, je n'ai plus envie de parler.
juste écrire, mon cahier, le forum, seulement sur quelques topics peu visités.
je fais du feu que j'entretiens jour et nuit, je prends du valium pour m'anesthésier (certains seraient furieux, ils ont horreur que je m'auto-médicamente… mais bon…).
je suis assez vaseuse, mais cet état me convient, pour le moment, j'ai besoin de ce retrait, de ne pas trop réfléchir, d'écrire tout ce qui me passe par la tête pour me vider.
un couvent aurait réellement fait l'affaire pour le coup, mais il est peuplé d'individus, et je ne peux voir personne.
j'ai pensé à d'autres solutions, mais cela implique toujours de demander à quelqu'un, et je ne veux pas que l'on me questionne, que l'on me parle en direct (l'écrit, ça va, le direct, c'est impossible… pour le moment).
alors je reste chez moi, dans le couvent que je me créé, pas de lumière, pas de bruit, état comateux et chaleur douce.
je ne sais pas combien de temps ça va durer.
je me laisse le temps.
je m'accorde ce temps.

Avatar du membre
chak
Membre d'honneur
Messages : 4586
Enregistré le : vendredi 07 décembre 2012 4:50
Localisation : portugal

kra'chak'ra…

Messagepar chak » dimanche 31 décembre 2017 16:52

il a toujours voulu m'aider, et a toujours refusé mon aide, parfois très fermement, parfois même brutalement (verbalement, jamais physiquement).
c'est une situation compliquée pour moi.
un ami, un soutien, de longue date.
il m'a aidée, vraiment.
mais je me sens impuissante.
avoir "l'interdiction" (non dite mais explicite) d'un retour… pour moi, c'est difficile.
je ne "peux" pas l'aider en retour, il ne me laisse pas "interférer dans sa vie, son intimité à lui".
c'est à sens unique, il faut juste que je l'accepte, que j'apprenne à l'accepter, parce qu'après tout, parfois, j'ai été comme ça aussi avec certaines personnes.
je ne peux pas non plus m'excuser.
et s'excuser, chez moi, c'est courant…
même si j'ai appris à diminuer, grâce à ce qu'on m'avait dit un jour : "les français s'excusent tout le temps, de tout et n'importe quoi… comme s'ils s'excusaient d'être en vie, d'exister en quelque sorte." (merci les politiciens français qui nous méprisent tant et nous culpabilisent de tout, en premier lieu d'être français… la honte quoi !)
et puis mon expérience de 7 ans, ici, dans l'alentejo… les vieux, bougons et fermés comme les montagnards, comme les ruraux, comme les agriculteurs, les vrais, les intègres, ceux que j'aime, mais qui parfois disent des vérités d'un coup tout sec sans que tu t'y attendes, bref, ces gens qui refusent de s'excuser, qui assument et te regardent droit dans les yeux, afin que tu assumes aussi et qu'on ait une discussion pour en découdre. quelle force ! ça me fait penser à certaines tribus africaines… j'ai tellement rêvé de l'afrique, de la pureté de certains peuples, de certaines traditions… qui peut-être ont disparues depuis mon enfance…
bref, j'ai appris lentement à modérer mes "pardon", "je m'excuse"… bla bla bla…
mais parfois, j'ai vraiment l'impression de faire du mal, alors ça revient.
et ça, il ne le prend pas très bien.
mais je ne peux pas être aussi mesurée tout le temps… c'est énormément d'efforts, qu'il mérite, certes, mais sur des erreurs que je fais au quotidien, sans même m'en rendre compte parfois ! sans compter mon côté impulsif qu'il me faudrait contrôler mais bon, il arrive que je n'y arrive pas…
m'enfin.
je ne sais plus quoi lui dire…
je ne sais plus comment lui parler.
il est si attentionné, et si gentil, il sait tellement bien me parler, me réconforter, me faire réfléchir.
je crois que là encore, j'ai besoin de temps, et je vais me laisser aller au silence, quitte à ce qu'il le prenne mal… encore…
parce que des fois, je ne suis pas capable de lui répondre, alors parfois, je mets des mois avant de lui reparler, parce que je suis lente à la cogite… et il le prend parfois mal, parce qu'il croit que je l'ignore, qu'il n'est qu'un pion pour moi, un parmi tant d'autres.
la tête des humains est décidément compliquée, c'est fou à quel point notre imagination travaille en permanence et nous joue des tours, c'est fou à quel point on est capable d'interpréter systématiquement tout ce qui nous arrive de l'extérieur, des autres humains particulièrement (mais bon, parfois, j'interprète mal aussi les réactions de mes chiennes… ou de mes poules… donc bon…).
j'en suis un bel exemple, donc, évidemment, de toutes ces supercheries mentales.
repos… calme…

Avatar du membre
chak
Membre d'honneur
Messages : 4586
Enregistré le : vendredi 07 décembre 2012 4:50
Localisation : portugal

kra'chak'ra…

Messagepar chak » dimanche 31 décembre 2017 23:06

c'est fous comme écrire me fait du bien… et du mal…
du bien parce que je me vide et ça me reset la tête.
du mal parce que je reset et que je repars comme avant…
:M13:

Avatar du membre
chak
Membre d'honneur
Messages : 4586
Enregistré le : vendredi 07 décembre 2012 4:50
Localisation : portugal

kra'chak'ra…

Messagepar chak » vendredi 12 janvier 2018 0:52

je viens de relire des échanges que j'ai eus avec mes parents en 2012 - 2013…
j'ai toujours été si mesurée, si ouverte, si prête à échanger, à dialoguer…

je suis dévastée… rien ne changera jamais :sad:
j'ai un poids de malade sur les épaules…
mon père est odieux, manipulateur, menteur, il transforme les vérités… et ma mère est vide…
pourquoi ai-je relu ces courriers ?
pourquoi m'ont-ils créée ? pourquoi m'ont-ils si fortement rejetée ?
et pourquoi ont-ils acheté cette maison ici, à côté de moi, au moment où ils deviennent séniles ?
pourquoi ai-je été si gentille, si bonne toute ma vie ?

je les étoufferai avec un coussin s'il le faut, je ne veux pas d'eux dans ma vie, ils me tuent à petit feu.
pourquoi ?
pourquoi ma vie a-t-elle été remplie de violences moi qui ne rêvais que d'amour ?
pourquoi je tiens ?
qu'est-ce que j'attends ? de savoir quoi ?

j'avais réussi tout doucement à remonter il y a 4 ans… j'étais sur une voie lente de paix.
pourquoi ? pourquoi ? pourquoi ?

je ne rêve que de les étouffer, ou qu'ils partent loin, loin loin, très loin, pour un dernier voyage…
ils sont malsains, destructeurs… jusqu'à quand ?
je mourrai avant eux, c'est sur, avant mon père en tous cas.
ma mère ne va pas faire long feu de toute manière… elle s'auto-flagelle de tout en permanence, elle ne vit déjà plus depuis longtemps…
sénilité, démence… je suppose qu'elle en rêvait parce qu'on n'a pas le droit de se donner la mort.
il l'a tuée cette ordure !
il me tuera aussi.

qu'il parte, qu'il se décide à me dire une bonne fois pour toutes qu'il me méprise et qu'il m'a toujours méprisée, tout autant que sa femme et que ses fils.

pourquoi ai-je voulu pardonner à un moment ? :limite:

Avatar du membre
chak
Membre d'honneur
Messages : 4586
Enregistré le : vendredi 07 décembre 2012 4:50
Localisation : portugal

kra'chak'ra…

Messagepar chak » vendredi 12 janvier 2018 1:04

ce courrier récent que je leur ai envoyé… le 10 exactement… le lendemain de l'anniversaire de mon père.
une lettre, par la poste…
parce que j'en ai marre des mails, c'est trop facile.
je suis complètement malade de leur future réponse…
ils m'ont usée, utilisée, jusqu'au bout…
je ne suis rien, qu'un tout petit rien, miséreux et plat, marché dessus.

ok, toi, tu dis que je me lamente, que je me prends sans cesse pour une victime…
ben écoute, je t'offre ma vie, je t'offre ma tête, sur un plateau même.
avec plaisir… t'as juste à venir la couper.
je n'en veux plus…
je n'en veux d'aucune…
toi et mon père, vous êtes des grands malades !
et plein d'autres encore…
sales vieux pourris.
tournant toutes les situations en vos faveurs…

oui, je pense que certains problèmes sont générationnels.
parce que vous n'avez pas fait l'effort de savoir ce qu'il se passait pour nous, aujourd'hui, dans ce monde de désolation.
alors que nous avons tenté de vous comprendre… avions-nous le choix si nous voulions rester en vie ?

ou peut-être j'invente tout ?
peut-être que je suis une grande malade…
ils ont voulu me le faire croire.
ils ont peut-être raison au fond.

je déteste les conflits… les miens en premier… ceux qui me torturent la tête.
ils avaient raison, je suis peut-être folle, mais ils m'ont laissée dans la fosse aux lions alors que j'étais une enfant.
j'étais sans soin…
c'est pas gentil.
c'est immoral.
on ne traite pas les gens malades comme ça.

le monde est fou, et je suis folle.
tant pis

Avatar du membre
chak
Membre d'honneur
Messages : 4586
Enregistré le : vendredi 07 décembre 2012 4:50
Localisation : portugal

kra'chak'ra…

Messagepar chak » vendredi 12 janvier 2018 20:37

ok, je reconnais, je suis dans le jugement.
je suis énervée, alors je juge et critique.
mais j'ai aussi besoin de ça pour sortir les mots.

ce sont 2 étudiants attardés qui ont vécu leur vie d'ados jusqu'à leur 75 ans, toujours comme des ados étudiants.
ils n'auraient jamais du avoir des enfants.
faire la fête avec les copains, dépenser le fric, boire, manger, rire…
des fois, aider les pauvres.
puis re-faire la fête avec les copains, dépenser le fric, boire, manger, rire…
c'est cool nan ?

tout a tourné autour du "ça fait bien en société".
rien ne vient du cœur, jamais.

- et vos enfants, ils vont bien ?
- oups… :god: j'ai oublié que j'en avais, ha ha ha ! :rire2: oh ben ça va, ils sont grands hein, ils vivent leur vie !

ouai… ils vivent leur vie… :marteau6: :sad: :hs:

ils auraient du garder la morte et me jeter moi.
je leur ai déjà dit ça… je sais que c'est cruel… mais ne le sont-ils pas avec moi ?

Avatar du membre
chak
Membre d'honneur
Messages : 4586
Enregistré le : vendredi 07 décembre 2012 4:50
Localisation : portugal

kra'chak'ra…

Messagepar chak » mercredi 17 janvier 2018 1:23

on est le 17… 7 jours…
ils ont du recevoir la lettre.

j'imagine leur tête…
ou l'inverse…
je ne sais pas où ils en sont, eux, au fond…
ils ont vieilli.
je pense que ça n'est pas si facile pour eux non plus.
se sont-ils renfermés en se disant "quelle fouteuse de mArde !!!!" ?
ont-ils longuement et tristement soupiré, en pensant que jamais ça ne s'arrêterait ?
se sont-ils regardé ?
se sont-ils parlé ?
maman a-t-elle pleuré ?

je ne veux pas la faire pleurer, je l'aime cette maman.
je voudrais, j'ai toujours voulu, la prendre dans mes bras et la cajoler, comme si c'était moi la maman.
elle n'en a pas été une pour moi, mais qu'à cela ne tienne… je ne lui en ai jamais voulu.
et pourtant…
je l'ai tant fait souffrir.
pauvre maman, ma pauvre petite maman que j'aime… :sad:
elle n'a jamais su communiquer.
elle est brut de décoffrage, aucune sensibilité, aucun tact.
c'est un bulldozer ma maman à moi.
et elle s'est pris tous mes coups… verbaux bien sur, pas physiques, jamais.
parce que le père ne voulait pas communiquer, le patriarche, l'entité suprême.
c'est à elle que j'ai dit tous mes maux.
je n'ai jamais eu de retours.
elle n'a jamais su faire.

pauvre maman.
je m'en veux de t'avoir fait souffrir, et d'encore te faire souffrir.
pardonnes-moi.
je t'en prie.

j'aurais voulu être une autre, mais je n'ai pas eu de clefs pour me guider.
je suis ce que je suis.

pfff…………………… :sad:



Retourner vers « Lecture, littérature, Écriture »

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur enregistré et 1 invité