Poêmes que vous aimez

Partagez vos lectures et vos écrits
Avatar du membre
Bilirubine
Messages : 133
Enregistré le : vendredi 09 février 2018 21:37
Localisation : Garde fou

Re: Poêmes que vous aimez

Message par Bilirubine » dimanche 11 février 2018 12:21

J’ai tant rêvé de toi
Robert DESNOS
Recueil : "À la mystérieuse"

J’ai tant rêvé de toi que tu perds ta réalité.
Est-il encore temps d’atteindre ce corps vivant
et de baiser sur cette bouche la naissance
de la voix qui m’est chère ?
J’ai tant rêvé de toi que mes bras habitués en étreignant ton ombre
à se croiser sur ma poitrine ne se plieraient pas
au contour de ton corps, peut-être.
Et que, devant l’apparence réelle de ce qui me hante
et me gouverne depuis des jours et des années
je deviendrais une ombre sans doute,
Ô balances sentimentales.
J’ai tant rêvé de toi qu’il n’est plus temps sans doute que je m’éveille.
Je dors debout, le corps exposé à toutes les apparences de la vie
et de l’amour et toi, la seule qui compte aujourd’hui pour moi,
je pourrais moins toucher ton front et tes lèvres que les premières lèvres
et le premier front venu.
J’ai tant rêvé de toi, tant marché, parlé, couché avec ton fantôme
qu’il ne me reste plus peut-être, et pourtant,
qu’à être fantôme parmi les fantômes et plus ombre cent fois
que l’ombre qui se promène et se promènera allègrement
sur le cadran solaire de ta vie.

Image
Un absolu n'est pas sujet à la gradation [The Big Bang Theory]


Avatar du membre
Ostinato
Messages : 1791
Enregistré le : mardi 10 novembre 2015 19:00

Poêmes que vous aimez

Message par Ostinato » dimanche 11 février 2018 21:17

L’Asile
Robert DESNOS
Recueil : "Contrée"

Celui-là que trahit les rages de son ventre
Et que tel pâle éclair de ses nuits a, souvent,
Humilié, s’humilie. Il se soumet, il entre
À l’asile de fous comme on entre au couvent.

Puissé-je rester libre et garder ma raison
Comme un sextant précis à travers les tempêtes,
Lieux d’asile mon cœur, ma tête et ma maison
Et le droit de fixer en face hommes et bêtes.

Vertu tu n’es qu’un mot, mais le seul mot de passe
Qui m’ouvre l’horizon, déchire le décor
Et soumet à mes vœux l’espéré Val-de-Grâce

Où le sage s’éveille, où le héros s’endort.
Que le rêve de l’un et la réalité
De l’autre soient présents bientôt dans la cité.

*****************************************************

Les messagers de la poésie frénétique
René CHAR
Recueil : "Artine"

Les soleils fainéants se nourrissent
de méningite
Ils descendent les fleuves du moyen
âge
Dorment dans les crevasses des
rochers
sur un lit de copeaux et de loupe
Ils ne s’écartent pas de la zone des
tenailles pourries
comme les aérostats de l’enfer.

Avatar du membre
Bilirubine
Messages : 133
Enregistré le : vendredi 09 février 2018 21:37
Localisation : Garde fou

Poêmes que vous aimez

Message par Bilirubine » dimanche 11 février 2018 21:58

Très beau le poème de Robert :oui:
J'aime beaucoup René Char aussi, ils sont assez proches dans leur forme poétique d'ailleurs non ??
Mon trio de tête ce serait : Robert Desnos, Jacques Prévert et Henri Michaux :ravi:
D'ailleurs je recommande de lire Henri Michaux (le grand) pour les déprimés chroniques, car lui en était un, et il a sublimé son malaise, avec humour, dans ses multiples poèmes-aventures ( par ex. il était plutôt chétif et a entreprit un voyage en Amérique du Sud ... il a relaté son aventure dans un bouquin Ecuador :autop: )
Un absolu n'est pas sujet à la gradation [The Big Bang Theory]

Avatar du membre
Ostinato
Messages : 1791
Enregistré le : mardi 10 novembre 2015 19:00

Poêmes que vous aimez

Message par Ostinato » dimanche 11 février 2018 22:07

Robert Desnos, Jacques Prévert et Henri Michaux
Ah oui Michaux, avec ses très beaux dessins sous mescaline comme un prolongement de son écriture.

Image

Avatar du membre
Bilirubine
Messages : 133
Enregistré le : vendredi 09 février 2018 21:37
Localisation : Garde fou

Poêmes que vous aimez

Message par Bilirubine » dimanche 11 février 2018 22:10

Ouais, superbes et complémentaires ses dessins....

Image

Image

Image

Au Pays de la Magie, I

J'ai vu l'eau qui se retient de couler.
Si l'eau est bien habituée, si c'est votre eau, elle ne se répand pas, quand même la carafe se casserait en quatre morceaux.

Simplement, elle attend qu'on lui en mette une autre.
Elle ne cherche pas à se répandre au-dehors.

Est-ce la forme du
Mage qui agit ?

Oui et non, apparemment non, le
Mage pouvant n'être pas au courant de la rupture de la carafe et du mal que se donne l'eau pour se maintenir sur place.

Mais il ne doit pas faire attendre l'eau pendant trop de temps, car cette attitude lui est inconfortable et pénible à garder et, sans exactement se perdre, elle pourrait
s'étaler pas mal.

Naturellement, il faut que ce soit votre eau et pas une eau d'il y a cinq minutes, une eau qu'on vient précisément de renouveler.
Celle-là s'écoulerait tout de suite.
Qu'est-ce qui la retiendrait ?

L'enfant, l'enfant du chef, l'enfant du malade, l'enfant du laboureur, l'enfant du sot, l'enfant du
Mage, l'enfant naît avec vingt-deux plis.
Il s'agit de les déplier.
La vie de l'homme alors est complète.
Sous cette forme il meurt.
Il ne lui reste aucun pli à défaire.

Rarement un homme meurt sans avoir encore quelques plis à défaire.
Mais c'est arrivé.
Parallèlement à cette opération l'homme forme un noyau.
Les races inférieures, comme la race blanche, voient plus le noyau que le dépli.
Le
Mage voit plutôt le dépli.

Le dépli seul est important.
Le reste n'est qu'épiphénomène.
Un absolu n'est pas sujet à la gradation [The Big Bang Theory]

Avatar du membre
Đëiłā
Messages : 155
Enregistré le : jeudi 15 février 2018 16:32
Localisation : Dans mon univers

Poêmes que vous aimez

Message par Đëiłā » dimanche 18 février 2018 23:15

Poèmes de Maurice Carême :love1:


L'enfant

A quoi jouait-il cet enfant ?
Personne n'en sut jamais rien
On le laissait seul dans un coin
Avec un peu de sable blanc

On remarquait bien, certains jours,
Qu'il arquait les bras tels des ailes
Et qu'il regardait loin, très loin,
Comme du sommet d'une tour.

Mais où s'en allait-il ainsi
Alors qu'on le croyait assis ?
Lui-même le sut-il jamais ?

Dès qu'il refermait les paupières,
Il regagnait le grand palais
D'où il voyait toute la mer.


L'artiste

Il voulut peindre une rivière ;
Elle coula hors du tableau.

Il peignit une pie grièche ;
Elle s’envola aussitôt.

Il dessina une dorade ;
D’un bond, elle brisa le cadre.

Il peignit ensuite une étoile ;
Elle mit le feu à la toile.

Alors, il peignit une porte
Au milieu même du tableau.

Elle s’ouvrit sur d’autres portes,
Et il entra dans le château.


Quand les chevaux rentrent très tard

Il arrive que, rentrant tard
Par les longues routes du soir,
Les chevaux tout à coup s'arrêtent,
Et, comme las, baissent la tête.
Dans le charette, le fermier
N'esquisse pas le moindre geste
Pour les contraindre à se presser.
La lune, sur les blés jaunis,
Vient lentement de se lever,
Et l'on entend comme le bruit
D'une eau qui coule dans l'été.
Quand les chevaux rentrent très tard,
Le fermier ne sait pas pourquoi,
Le long des routes infinies,
Il les laisse avidement boire
Aux fontaines bleues de la nuit.

L'or

Il lui offrit un collier d'or.
Elle voulut encor
Des gants, des bas, des souliers d'or,
Des robes et des manteaux d'or.
A la fin, elle eut tout en or :
Sa vaisselle, son lit, ses clés,
Ses tapis et jusqu'à la corde
A pendre son linge aux fils d'or.
Mais dans son corps,
Ne battit plus qu'un coeur en or
Insensible à tout, même à l'or.


Il offrait du coeur

Donc, il offrait du coeur
Avec un tel sourire
Qu'on s'empressait d'ailleurs
En tous lieux de le dire.

On en voulait partout,
Mais on finit pourtant
Par se demander où
Il en trouvait autant.

Et il riait dans l'ombre.
C'était son propre coeur
Vaste comme le monde
Qu'il offrait à la ronde,

Offrait pour un sourire
Qui répondait au sien,
Offrait rien que pour dire
Aux gens : "Portez vous bien"


L'écureuil et la feuille

Un écureuil sur la bruyère
Se lave avec de la lumière,

Une feuille morte descend
Doucement portée par le vent,

Et le vent balance la feuille
Juste au dessus de l'écureuil,

Le vent attend, pour la poser
Légèrement sur la bruyère,

Que l'écureuil soit remonté
Sur le chêne de la clairière,

Où il aime se balancer
Comme une feuille de lumière.


Le chat et le soleil

Le chat ouvrit les yeux,
Le soleil y entra.
Le chat ferma les yeux,
Le soleil y resta.

Voilà pourquoi, le soir,
Quand le chat se réveille,
J'aperçois dans le noir,
Deux morceaux de soleil.


La lune

Ah! Quel dommage!
La lune fond.
Il n'est plus rond
Son gai visage.

Quelle souris
En maraudage,
La prend la nuit,
Pour un fromage?

Elle maigrit
Que c'est pitié:
Plus qu'un quartier
Qui s'amincit...

Mais sans souci
Presque au cercueil
La lune rit
Avec un oeil.
La cool'heure est à l'artiste, ce que l'Art est à celui qui 2-vient...

Avatar du membre
Bilirubine
Messages : 133
Enregistré le : vendredi 09 février 2018 21:37
Localisation : Garde fou

Poêmes que vous aimez

Message par Bilirubine » mardi 27 février 2018 20:58

Boris Vian

Je voudrais pas crever

Je voudrais pas crever
Avant d'avoir connu
Les chiens noirs du Mexique
Qui dorment sans rêver
Les singes à c.. nu
Dévoreurs de tropiques
Les araignées d'argent
Au nid truffé de bulles
Je voudrais pas crever
Sans savoir si la lune
Sous son faux air de thune
A un coté pointu
Si le soleil est froid
Si les quatre saisons
Ne sont vraiment que quatre
Sans avoir essayé
De porter une robe
Sur les grands boulevards
Sans avoir regardé
Dans un regard d'égout
Sans avoir mis mon zobe
Dans des coinstots bizarres
Je voudrais pas finir
Sans connaître la lèpre
Ou les sept maladies
Qu'on attrape là-bas
Le bon ni le mauvais
Ne me feraient de peine
Si si si je savais
Que j'en aurai l'étrenne
Et il y a z aussi
Tout ce que je connais
Tout ce que j'apprécie
Que je sais qui me plaît
Le fond vert de la mer
Où valsent les brins d'algues
Sur le sable ondulé
L'herbe grillée de juin
La terre qui craquelle
L'odeur des conifères
Et les baisers de celle
Que ceci que cela
La belle que voilà
Mon Ourson, l'Ursula
Je voudrais pas crever
Avant d'avoir usé
Sa bouche avec ma bouche
Son corps avec mes mains
Le reste avec mes yeux
J'en dis pas plus faut bien
Rester révérencieux
Je voudrais pas mourir
Sans qu'on ait inventé
Les roses éternelles
La journée de deux heures
La mer à la montagne
La montagne à la mer
La fin de la douleur
Les journaux en couleur
Tous les enfants contents
Et tant de trucs encore
Qui dorment dans les crânes
Des géniaux ingénieurs
Des jardiniers joviaux
Des soucieux socialistes
Des urbains urbanistes
Et des pensifs penseurs
Tant de choses à voir
A voir et à z-entendre
Tant de temps à attendre
A chercher dans le noir
Et moi je vois la fin
Qui grouille et qui s'amène
Avec sa gueule moche
Et qui m'ouvre ses bras
De grenouille bancroche
Je voudrais pas crever
Non monsieur non madame
Avant d'avoir tâté
Le goût qui me tourmente
Le goût qu'est le plus fort
Je voudrais pas crever
Avant d'avoir goûté
La saveur de la mort...

*************************

Ils cassent le monde

Ils cassent le monde
En petits morceaux
Ils cassent le monde
A coups de marteau
Mais ça m'est égal
Ca m'est bien égal
Il en reste assez pour moi
Il en reste assez
Il suffit que j'aime
Une plume bleue
Un chemin de sable
Un oiseau peureux
Il suffit que j'aime
Un brin d'herbe mince
Une goutte de rosée
Un grillon de bois
Ils peuvent casser le monde
En petits morceaux
Il en reste assez pour moi
Il en reste assez
J'aurais toujours un peu d'air
Un petit filet de vie
Dans l'oeil un peu de lumière
Et le vent dans les orties
Et même, et même
S'ils me mettent en prison
Il en reste assez pour moi
Il en reste assez
Il suffit que j'aime
Cette pierre corrodée
Ces crochets de fer
Où s'attarde un peu de sang
Je l'aime, je l'aime
La planche usée de mon lit
La paillasse et le châlit
La poussière de soleil
J'aime le judas qui s'ouvre
Les hommes qui sont entrés
Qui s'avancent, qui m'emmènent
Retrouver la vie du monde
Et retrouver la couleur
J'aime ces deux longs montants
Ce couteau triangulaire
Ces messieurs vêtus de noir
C'est ma fête et je suis fier
Je l'aime, je l'aime
Ce panier rempli de son
Où je vais poser ma tête
Oh, je l'aime pour de bon
Il suffit que j'aime
Un petit brin d'herbe bleue
Une goutte de rosée
Un amour d'oiseau peureux
Ils cassent le monde
Avec leurs marteaux pesants
Il en reste assez pour moi
Il en reste assez, mon cœur
Un absolu n'est pas sujet à la gradation [The Big Bang Theory]

Avatar du membre
Noxindra
Messages : 145
Enregistré le : lundi 15 mai 2017 15:55
Localisation : Brakebills

Poêmes que vous aimez

Message par Noxindra » dimanche 06 mai 2018 13:02

Quand j'étais gamine, la poésie était pour moi une corvée de récitation à l'école, jusqu'au jour où en fin de primaire, un de nos professeurs nous a fait lire ce poème :

Les Yeux d'Elsa

Tes yeux sont si profonds qu'en me penchant pour boire
J'ai vu tous les soleils y venir se mirer
S'y jeter à mourir tous les désespérés
Tes yeux sont si profonds que j'y perds la mémoire

À l'ombre des oiseaux c'est l'océan troublé
Puis le beau temps soudain se lève et tes yeux changent
L'été taille la nue au tablier des anges
Le ciel n'est jamais bleu comme il l'est sur les blés

Les vents chassent en vain les chagrins de l'azur
Tes yeux plus clairs que lui lorsqu'une larme y luit
Tes yeux rendent jaloux le ciel d'après la pluie
Le verre n'est jamais si bleu qu'à sa brisure

Mère des Sept douleurs ô lumière mouillée
Sept glaives ont percé le prisme des couleurs
Le jour est plus poignant qui point entre les pleurs
L'iris troué de noir plus bleu d'être endeuillé

Tes yeux dans le malheur ouvrent la double brèche
Par où se reproduit le miracle des Rois
Lorsque le coeur battant ils virent tous les trois
Le manteau de Marie accroché dans la crèche

Une bouche suffit au mois de Mai des mots
Pour toutes les chansons et pour tous les hélas
Trop peu d'un firmament pour des millions d'astres
Il leur fallait tes yeux et leurs secrets gémeaux

L'enfant accaparé par les belles images
Écarquille les siens moins démesurément
Quand tu fais les grands yeux je ne sais si tu mens
On dirait que l'averse ouvre des fleurs sauvages

Cachent-ils des éclairs dans cette lavande où
Des insectes défont leurs amours violentes
Je suis pris au filet des étoiles filantes
Comme un marin qui meurt en mer en plein mois d'août

J'ai retiré ce radium de la pechblende
Et j'ai brûlé mes doigts à ce feu défendu
Ô paradis cent fois retrouvé reperdu
Tes yeux sont mon Pérou ma Golconde mes Indes

Il advint qu'un beau soir l'univers se brisa
Sur des récifs que les naufrageurs enflammèrent
Moi je voyais briller au-dessus de la mer
Les yeux d'Elsa les yeux d'Elsa les yeux d'Elsa

Louis Aragon


Depuis ce jour là, c'est resté mon poème préféré :smile:
She was too tired to feel anything more, she wanted a book to do to her what books did: take away the world, slide it aside for a little bit, and let her please, please just be somewhere and somebody else
― Lev Grossman, The Magician's Land

Mon Salon
Galerie

Avatar du membre
Ostinato
Messages : 1791
Enregistré le : mardi 10 novembre 2015 19:00

Poêmes que vous aimez

Message par Ostinato » mardi 08 mai 2018 17:59

T'as d'beaux yeux, tu sais.

Image


Répondre
  • Sujets similaires
    Réponses
    Vues
    Dernier message