Besoin de conseils : études et dépression

Vos relations avec la Sécurité Sociale et les autres organismes de santé.
La Dépression dans le monde du travail et des études.
Règles du forum

:fle: Avant d'ouvrir un nouveau sujet dans cette partie du forum, pensez à utiliser Les moteurs de recherche du forum.
:fle: Un point bleu s’affiche devant les messages sans réponse Image
Répondre
Ellana
Messages : 4
Enregistré le : samedi 06 janvier 2018 13:39

Besoin de conseils : études et dépression

Message par Ellana » dimanche 25 février 2018 20:27

Bonjour tout le monde,

C'est mon premier post ici, et je viens demander de l'aide/des avis/des conseils.
J'ai 18 ans, je suis en PCSI (prépa scientifique à dominante physique-chimie), et je suis en dépression depuis le début de mon année de terminale, c'est-à-dire depuis environ 1 an et demi. J'ai décidé d'aller en prépa malgré ça, ce qui peut paraître très étrange, j'en conviens... Je pensais honnêtement que mon état s'améliorerait cette année, non pas parce que la prépa est l'environnement le plus adéquat pour une personne dépressive -ça se saurait-, mais parce que, étant incapable de travailler en terminale du fait de mon manque absolu de motivation, je pensais qu'en prépa je me mettrai enfin à travailler parce que je n'aurai pas le choix. Quelle magnifique illusion... Évidemment j'ai plus de travail qu'en terminale, mais ça ne m'empêche pas de passer des heures enfermée dans ma chambre en PLS dans mon lit, ou bien à perdre du temps inutilement sur internet. Je suis absolument incapable de faire preuve de la moindre once de motivation... Et donc, logiquement, je suis entrain de rater complètement mes études.
La solution toute faite que l'on suggère à tout bon étudiant qui ne survit pas en prépa est évidemment d'aller à la fac... Mais voilà le problème : je sais que je suis tout à fait incapable de suivre des études à la fac ! Beaucoup trop de libertés, aucun suivi personnalisé, personne derrière nous pour nous pousser à travailler... La seule chose qui me pousse à travailler les rares fois où je le fais, c'est la peur : peur de me faire engueuler par mes profs, peur de me faire remarquer, peur de me retrouver devant toute la classe à devoir corriger un exercice dont je ne connais même pas le thème... Puisque tout ça serait absent à la fac, je serais vraiment incapable de faire quoi que ce soit... Et il y a un autre problème avec la fac : les promos de 200 élèves... Je souffre d'anxiété sociale depuis très longtemps, et j'ai beaucoup de mal à me faire des amis ou ne serait-ce qu'à me sentir à l'aise avec les autres étudiants de ma classe, alors que nous ne sommes que 48. Donc je sais qu'il serait très difficile pour moi de sociabiliser dans un environnement aussi foisonnant et mouvant que la fac.

Donc j'ai l'impression de ne pas avoir d'issues : soit je continue en prépa et je me rate lamentablement et j'abandonne en deuxième année, soit je décide d'aller à la fac et je me rate lamentablement et j'abandonne en deuxième année aussi...
Vous pourrez me répondre qu'il n'y a pas que la fac et la prépa dans la vie, mais je ne peux pas me réorienter en choisissant quelque chose de différent, tout simplement parce que je ne ressens plus le moindre intérêt dans quoique ce soit... J'essaye de me convaincre que j'aime la physique et je veux travailler dans la recherche en physique, mais la vérité c'est que je n'en sais rien. Je me contente de suivre ce que voulait la moi-non-dépressive-du-passé, puisque actuellement je suis incapable de prendre la moindre décision sensée...

De plus je ne peux pas (veux pas ?) en parler à mes professeurs, dont la majorité ne se doute pas de mon état car mes notes ne sont pas catastrophiques, parce que j'ai peur qu'ils se contentent de m'envoyer en fac en deuxième année. Ils doivent avoir l'habitude des élèves tombés en dépression à cause de la prépa, de la charge de travail, de la compétition etc, et dans ce cas je ne doute pas que la liberté de la fac soit la meilleure option, mais clairement dans mon cas ce n'en ai pas une : je suis dangereuse pour moi même, j'ai une chute drastique de moral tous les week-end et à toutes les vacances, tout simplement parce que, quand j'arrive à occuper mon esprit avec l'urgence des cours ou bien en essayant de faire bonne figure devant les autres étudiants, j'arrive à éloigner un peu les idées noires, qui reviennent au galop dès que je suis laissée avec moi-même...

Alors voilà... Je ne sais pas vraiment ce que j'attends de vous, certainement des témoignages de personnes qui s'y connaissent un peu et qui pourraient m'expliquer comment on fait quand on se sent piégé sans aucune solution.

Merci à vous d'avance, désolée de cette immense pavasse indigeste


Avatar du membre
L'étoile dorée
Messages : 80
Enregistré le : dimanche 09 octobre 2011 19:02

Besoin de conseils : études et dépression

Message par L'étoile dorée » mercredi 28 février 2018 19:07

Bonjour,

Je ne vais pas t'être utile mais sache que je comprends ton désarroi concernant ta situation.
J'ai moi-même renoncé à entrer en prépa car je ne me sentais pas capable de suivre ces études.
Du coup j'ai fait un dut ce qui est moins ''libre'' que la fac pur et dure.
Pas facile pour toi de savoir quoi faire je comprends.

En espérant que tu trouves ici des éléments de réponse à tes questions :fleur:

Antonio

Besoin de conseils : études et dépression

Message par Antonio » mercredi 28 février 2018 20:16

Je ne connais pas bien la France, mais il me semble qu'il y a le RSA et les APL ; t'auras du temps à consacrer à ta santé.

À moins que tes études soient plus importantes que ta santé ? À toi de voir.

Ttn20
Messages : 1
Enregistré le : lundi 26 février 2018 2:08

Besoin de conseils : études et dépression

Message par Ttn20 » jeudi 01 mars 2018 8:48

Bonjour,
Mon message ne va peut-être pas t’aider mais tu vas sûrement te sentir moins seule. Je suis actuellement en Terminale et suis en dépression depuis la seconde. Comme toi quand j’arrive à occupé mon esprit je gère mes pensées négatives et réussi à prendre du plaisir, je travaille même bien au lycée . Mais évidemment pendant les vacances je me retrouve avec moi même, ce qui n’est pas pour me déplaire puisque j’aime être seule. Le problème sont mes traumatismes qui reviennent ou autres je pense que tu connais la chanson.
Je ne trouve pas non plus de solution à mes problèmes tout ce que je fais pour le moment c’est laisser la vie me porter et on verra bien même si en Terminale ce n’est pas la meilleure option je l’avoue.
J’espere que tu vas trouver quoi faire, ce que je te conseillerais peut-être c’est un psy, je projette moi aussi d’y aller. Je sais que c’est un peu Bateau comme conseil mais il y a sûrement des choses en toi que tu n’as pas encore exprimé.
En espérant que tu te rétablisse très vite. :)

Avatar du membre
lodiz
Captain Kirk
Messages : 5300
Enregistré le : vendredi 19 septembre 2008 9:55
Localisation : dans la royaucité du GROLAND

Besoin de conseils : études et dépression

Message par lodiz » vendredi 02 mars 2018 10:42

Mon avis (d'ex-étudiant il y a longtemps, et de père d'élève très sensible niveau social mais aussi très doué (les 2 vont souvent ensemble) et évidmeent totu dépend des possibilités et de ta situation avec ta famille.

L'idéal selon moi pour les "sensibles", pas trop sociaux (voir pire phobiques sociaux) à tendance anxieuse et dépressive: l'envirronment familial si il est bon ou un truc assimilé si ce n'est pas possible (pension, colocations avec des gens avec qui on a des affinités,...).

J'ai fait 5 années de ce qui correspond +- en Belgique à vos très grandes écoles françaises (nos 6 universités) en habitant chez papa maman et en faisant les trajets en voiture de 25 km le matin, 25 km le soir (la rpemière année sans permis, ma mère lmed &éposait et venait me rechercher ou du covoiturage avec un autre élève qui l'avait). J'ai raté la première année, un peu trop de fêtes (on découvre...), pas toujours au cours,... Moi si je ne vais pas au cours, me retrouver 1 mois avant les examens et commencer à étudier comme une bête machine çà marche pas, du par coeur sans comprendre impossible,... j'ai besoin de comprendre sinon un vrai mulet :wink2:

J'ai donc fait toutes mes études chez papa-maman nourri-logé engueulé, autrement je n'y serais jamais arrivé au bout et j'en serais resté au bac ou j'auraisperdu 2 ans avant de faire un Bac+3 près de chez moi...

Mon fils c'est un autre cas de non intégration sociale, très surdoué, n'a pas mis les pieds dans une école entre l'âge de 10 ans et l'âge de 17 ans, tout à domicile (à 10 ans il était sous AD continuer l'école c'était le pousser vers a dépression à vie). A 18, on l'a inscrirt dans une petite école de BAC+3 très sociale et familaile, à 5 km de chez nous, dans une matière qu'il adorait la programmation: résultat diplômé en 3 ans, premier de son concours de son seul concours de recrutement de 'ladministration et travaille 2 mois après son diplôme depuis 7 mois maintenant (un MIRACLE).Souvent Small is Beautifull même pour les études, son diplôme est assimilé à celui des écoles bruxelloises plus côtées et pour les recruteurs l'important c'est lpas la provenance du diplôme mais les capacités qaund même, que tu viennes d'une école huppée ou pas si tu es bon et motivé c'est kifkif niveau salair chez pas mal d'employeur.

par expérience, il vaut mieux un diplôme moins côté dans un envirronment rassurant que 2 années loupées et une dépression dans une grande école. dans les études il faut e l'intelligence c'est sûr mais sans moral on s'écroule.

:Zen0: la vie arrange parfois bien des choses.

Ellana
Messages : 4
Enregistré le : samedi 06 janvier 2018 13:39

Besoin de conseils : études et dépression

Message par Ellana » mercredi 07 mars 2018 20:39

Merci beaucoup à tous d'avoir pris le temps de lire, de répondre, et de donner des conseils.

L'étoile dorée : Merci de ton message et de ton soutien, c'est toujours agréable de savoir qu'on est pas seul dans sa situation. Je te souhaite de te remettre vite !

Antonio :
il me semble qu'il y a le RSA et les APL ; t'auras du temps à consacrer à ta santé.
Merci pour ton conseil mais je doute que ce soit une bonne idée dans mon cas d'arrêter mes études pour me "consacrer à ma santé" parce que cela signifierait que je n'aurais tout bonnement aucune raison de me lever le matin, de manger ni de faire quoi que ce soit... Ce qui continue à me "motiver" (bien grand mot !) aujourd'hui c'est l'idée que mon avenir pourrait être moins sombre que mon présent, et cela passe par le fait de trouver un métier qui m'intéresse (et donc dans mon cas par des études).

Ttn20 : J'espère que tu parviendras à aller mieux et à commencer ta vie post-secondaire dans de meilleures conditions.
J’espere que tu vas trouver quoi faire, ce que je te conseillerais peut-être c’est un psy, je projette moi aussi d’y aller. Je sais que c’est un peu Bateau comme conseil mais il y a sûrement des choses en toi que tu n’as pas encore exprimé.
Je suis effectivement suivie par une psy depuis le début de l'année et, même si pour l'instant l'efficacité ne semble pas transcendante, j'ai le sentiment que je serais dans un état bien pire aujourd'hui si je ne l'avais pas été.

lodiz : Merci également pour ton message.
L'idéal selon moi pour les "sensibles", pas trop sociaux (voir pire phobiques sociaux) à tendance anxieuse et dépressive: l'envirronment familial si il est bon ou un truc assimilé si ce n'est pas possible (pension, colocations avec des gens avec qui on a des affinités,...).
Je le pense également et c'est pourquoi j'ai renoncé à aller vivre en studio pour le début de mes études : je vis donc encore chez mes parents ce qui aide surement effectivement. Ne serait-ce que parce que du coup je n'ai pas à cuisiner, à faire beaucoup de taches ménagères ou la paperasse.
En revanche le petit problème que cela pose est que, pour ne pas trop les inquiéter, je fais au maximum semblant d'aller "bien" car dans le cas contraire ils me harcèlent de questions et ne sont pas toujours très fins quand il s'agit de parler de dépression. Je joue donc constamment un acte, ce qui est aussi très plombant je trouve.
Mais j'imagine que c'est toujours mieux que de me laisser livrée à moi-même où je n'aurais personne à qui parler du tout, effectivement.

Avatar du membre
lodiz
Captain Kirk
Messages : 5300
Enregistré le : vendredi 19 septembre 2008 9:55
Localisation : dans la royaucité du GROLAND

Besoin de conseils : études et dépression

Message par lodiz » jeudi 08 mars 2018 11:54

je fais au maximum semblant d'aller "bien" car dans le cas contraire ils me harcèlent de questions et ne sont pas toujours très fins quand il s'agit de parler de dépression
je comrpends j'ai le même problème avec mes parents et pourtant j'ai 47 ans lol... Heureusement que je n'habite plus chez elle ceci dit.

Avec ma femme c'est plus simple, elle comrpend... mais elle n'aime pas pour autant trop servir d'exhutoire à mes mauvaises apsses, donc je me défoule quotidiennemtn ici dans mon saloni et avec mon psychiatre uen fois par mois même si auniveau dépression ej avsi mieux 100% du temps et 80ù du tempsa u niveau anxiété maintenant.

:chance1: :Zen0: passe quand tu veux sur le forum, çà défoule...

ludovic37
Messages : 22
Enregistré le : lundi 05 mars 2018 2:48

Besoin de conseils : études et dépression

Message par ludovic37 » vendredi 09 mars 2018 13:03

Je vais répondre un peu en vrac, désolé...

- Le RSA n'est accessible qu'à partir de 25 ans, ou pour les parents isolé ou les chômeurs.
Voir ICI.

- La fac, j'ai testé : si tu te démotives, personne ne viendra te chercher. On peut très vite se retrouver complètement isolé, ce qui n'est jamais très bon :bloque:

- Se laisser porter (cf. Ttn20), le problème c'est que ça peut marcher. Pour un temps.
Pour ma part, j'ai "réussi" à traverser les études sans crise majeure, et sans passer chez le psy. Du coup, j'ai "planté" mes études (dans le sens où je n'ai pas fait ce que j'aurais aimé/pu), et j'ai fini par craquer 20 ans plus tard...

- Tu devrais essayer d'être honnête avec tes parents (au moins). Mine de rien, ça peut les aider à comprendre ce qui se passe (par exemple, que tu n'es pas juste fainéant et asocial)

Avatar du membre
lodiz
Captain Kirk
Messages : 5300
Enregistré le : vendredi 19 septembre 2008 9:55
Localisation : dans la royaucité du GROLAND

Besoin de conseils : études et dépression

Message par lodiz » lundi 12 mars 2018 14:23

Tu devrais essayer d'être honnête avec tes parents (au moins).
C'est vrai que ce serait sans doute douloureux mais ça te permettrait peut-être de partir sur des bases saines si le message passe bien, on est plus solide à 3 pour affronter ses problèmes que seul souvent.

Mais bon, tout dépend des parents aussi tu les connais mieux que nous sans doute:
- perso mon père n'est pas capable de comrpendre étant lui même resté dans sa rage envers ses propres parents, le genre gentil et courageux australopithèque obtu style 1950 (un rôle pour Lino Ventura). Si tu n'es pas du même modèle que lui, il comprend rien c'est génétique mais pas méchant au fond... Inutile d'insister trop...
- ma mère hélas c'est le contraire , elle a trop bien compris et son anxiété à elle augmente la pression de tout le monde sans le vouloir. C'ets bien d'avori son aide mais parfois, on se stresse moins sans qu'elle sache...

Il est très possible de vivre heureux avec une dépression bien soignée et sous contrôle et très possible de vivre heureux sans diplôme mirobolant et sans carrière de haut niveau, le bonheur est une chose étrange et très illogique au fond. Donc ne pas trop se mettre la pression, réussir à être heureux n'est pas toujorus lié à la réussite scolaire... On a le droit d'échouer parfois dans la vie il reste toujorsr quelque chose à en retenir d'utile à la fin. :Zen0:

Ellana
Messages : 4
Enregistré le : samedi 06 janvier 2018 13:39

Besoin de conseils : études et dépression

Message par Ellana » lundi 12 mars 2018 20:07

Merci pour vos réponses.
Le RSA n'est accessible qu'à partir de 25 ans, ou pour les parents isolé ou les chômeurs.
Ah oui c'est ce qu'il me semblait, mais je ne m'étais pas renseignée outre mesure, merci.
La fac, j'ai testé : si tu te démotives, personne ne viendra te chercher. On peut très vite se retrouver complètement isolé, ce qui n'est jamais très bon :bloque:
Effectivement c'est ce que je redoute, et c'est la raison pour laquelle je pense que j'aimerais rester en prépa pour le moment (car on y est très très encadrés), même si c'est loin d'être la situation idéale...
Tu devrais essayer d'être honnête avec tes parents (au moins). Mine de rien, ça peut les aider à comprendre ce qui se passe (par exemple, que tu n'es pas juste fainéant et asocial)
Mais bon, tout dépend des parents aussi tu les connais mieux que nous sans doute
Le problème est qu'ils voient assez souvent que je ne vais pas bien du tout (en particulier en week-end, j'ai systématiquement un "down"), et donc ils savent ce qu'il se passe (du moins extérieurement) mais je n'ai pas l'impression qu'ils peuvent comprendre.
En particulier mon père : il essaye par exemple de m'aider dans mes études (il travaille dans les sciences également) et systématiquement quand je ne comprends pas quelque chose, il me demande pourquoi avec un air de pitié l'air de dire "pourtant ce n'est vraiment pas compliqué, qu'est-ce que tu peux ne pas comprendre ?"... Ce qu'il ne comprend pas c'est qu'à cause de cette p****n de dépression mon cerveau ne fonctionne pas du tout, et par moment je suis littéralement incapable de comprendre la moindre phrase que je lis... J'essaye de lui expliquer ça depuis deux ans et il réagit toujours de la même manière.
Je peux bien comprendre que pour quelqu'un qui n'a jamais eu de problème de ce type ça doit être difficile à imaginer, mais au bout d'un moment j'en ai marre d'essayer de faire en sorte qu'il me comprenne, et c'est plus simple de feinter d'aller mieux...


Répondre
  • Sujets similaires
    Réponses
    Vues
    Dernier message