Congé longue maladie fonction publique

Vos relations avec la Sécurité Sociale et les autres organismes de santé.
La Dépression dans le monde du travail et des études.
Règles du forum

:fle: Avant d'ouvrir un nouveau sujet dans cette partie du forum, pensez à utiliser Les moteurs de recherche du forum.
:fle: Un point bleu s’affiche devant les messages sans réponse Image
Répondre
Avatar du membre
toxicgirl
Messages : 19
Enregistré le : jeudi 01 novembre 2012 20:44

Congé longue maladie fonction publique

Message par toxicgirl » mercredi 06 février 2013 19:19

Il met un avis favorable à mon CLM.

En fait, il connaissait mon psy, et puis de toute manière j'étais tellement stressée qu'il n'a eu aucun mal à voir ce qu'il en était. Je ne sais plus si j'ai tout dit de ce que j'ai mis dans le post, mais l'essentiel, c'est qu'il mette un avis favorable.

Quand on est prof comme moi, le comité suit quasi toujours l'avis de l'expert (je pense qu'ils ont trop peur que l'on dysfonctionne sur notre lieu de travail, ils n'osent pas aller à l'encontre de l'avis médical).

Mon psy avait refait une lettre plus détaillée que la première, que j'ai donnée à l'expert; je n'ai finalement pas écrit mon historique, je me suis dit que s'il était compréhensif il le serait de toute manière, et que s'il ne voulait pas comprendre ma situation, que j'écrive ou pas ça ne changerait rien.

Donc l'expert va préconiser 6 ou 9 mois de CLM. Et si je dois prolonger, ce sera le même expert que je devrai voir.

Maintenant, j'attends l'avis du comité , pour pouvoir demander des Occupations à But Thérapeutique et préparer ma reconversion en prof-documentaliste.


RusFin
Messages : 9
Enregistré le : samedi 22 décembre 2012 16:30

Congé longue maladie fonction publique

Message par RusFin » mercredi 06 février 2013 20:18

:up2: :up2: :up2: :up2: :up2: :up2:

Flexou
Messages : 1
Enregistré le : mardi 08 juillet 2014 16:19

Congé longue maladie fonction publique

Message par Flexou » lundi 25 août 2014 21:27

Bonjour
Je viens à vous afin d'avoir certaines informations au sujet du congé de longue maladie.
Je suis fonctionnaire d état dans la pénitentiaire en métropole.
Depuis la mi février 2014 jusqu à ce jour , je suis en congé maladie ordinaire pour dépression, aux Antilles, près de ma famille et mon épouse qui y travaille et habite et dont je suis originaire.
Le 16 avril 2014, j ai adresse sur recommandation de mon médecin psychiatre (aux Antilles) une demande de congé longue maladie de trois mois qui partirait du 1 mai au 31 juillet 2014. Je devais passer le 8 juillet 2014 devant l 'expert agréé par le comite médical mais celui ci à décommande le rendez vous pour cause de maladie. J attends un nouveau rendez vous.
Le 5 mai, je me suis fait hospitalisé dans une clinique spécialisée un mois jusque au 7 juin 2014 pour non seulement soigner la dépression mais aussi pour une cure de désintoxication à l alcool. A ma sortie, mon médecin psy qui me suivait à la clinique m a fait une demande de prolongation de congé longue maladie de trois mois supplémentaire qui partirait du 1 août 2014 au 30 octobre 2014 afin que je me consolide aux Antilles.Depuis ma sortie, je suis suivi par mon psy que je vois rune fois par mois et par une psychologue dans un centre médico psychiatrique.
J'ai prévenu par courrier mon médecin de prévention et mon médecin traitant qui exercent en métropole de mes pathologies en leur adressant par courrier tous les éléments de mon dossier médical datant du 15 février jusqu à ce jour( attestations de consultations chez mon médecin traitant, diverses ordonnances pour traiter la dépression, état d entrée et sortie d'hospitalisation, attestations de suivi chez la psychologue du centre médico psychiatrique, etc...)
Mes questions sont les suivantes:
Puis demander à mon administration une mise à disposition professionnelle aux Antilles afin que je puisse me consolider tout en reprenant le travail? Je ne connais personne en métropole, je n'ai ni d'amis ni de famille. Je ne me sens pas capable de reprendre le service en métropole dans l état actuel de ma dépression.
Le médecin de prévention peut il appuyer ma demande compte tenu de tous les éléments au sujet de mon dossier médical dont elle est en possession?
Qu'elles sont mes chances pour que ma demande de congé longue maladie soit reconnue comme justifiée par l expert puis le comite médical?
L expert peut il faire des recommandations au comite médical telles que proposer pour moi une mutation professionnelle dans mon île d'origine( île et département français) afin de mieux me permettre de soigner ma dépression?
Le médecin de prévention peut il en faire de même en faisant la même recommandation à mon employeur?
Entre la date de mon expertise chez l expert choisi par le comite médical et la décision de celui ci combien de temps peut s'écouler? En effet, je suis passe à mi traitement depuis mai 2014. Je commence à tirer la langue financièrement.
Lors de mon expertise, l expert peut il prolonger mon congé longue maladie?
Quand je passerai devant lui, quelle attitude dois je avoir car je vous avoue que je stresse à mort. Je ne suis pas prêt à reprendre le service en métropole le 1 août.
Merci de vos conseils car je suis super angoisse.

Avatar du membre
bennou
Modérateur
Messages : 3179
Enregistré le : vendredi 01 décembre 2006 21:32
Localisation : Lorraine

Congé longue maladie fonction publique

Message par bennou » jeudi 28 août 2014 11:43

Bonjour Flexou,

tout est possible, cela dépend du bon vouloir des experts.

Je pense qu'il ait possible de demander une mutation professionnelle là où tu résides pour le moment (et où tu comptes rester, si j'ai bien compris).

Pour cela, il faut, déjà, que l'expert te convoque, tu lui expliques la chose le plus simplement que possible. Il est médecin avant tout. Et il pourra émettre un avis dans ces recommandations. Il pourra également "régulariser" la période de congé de maladie en C.L.M. et prolonger cela si nécessaire.

ami1
Messages : 1374
Enregistré le : jeudi 08 mars 2012 9:43

Congé longue maladie fonction publique

Message par ami1 » samedi 20 septembre 2014 21:05

Hello,

comme je n'ai pas le courage de lire les 26 pages je voulais savoir si le fait de reprendre le boulot à temps plein après 6 mois à 50 % puis 3 mois à 80 % mettait automatiquement fin à mon CLM.

L'ALD concerne uniquement la Sécu non ?

Sinon, après avoir consulté mon dossier personnel aux RH, je peux vous dire que le secret médical n'existe pas pour l'employeur car les lieux d'hospitalisation sont cités et l'expert du Comité médical étant un psychiatre, ben y a plus de mystère.

Qu'en pensez-vous ? Je précise que je suis dans la FP territoriale.

Avatar du membre
bennou
Modérateur
Messages : 3179
Enregistré le : vendredi 01 décembre 2006 21:32
Localisation : Lorraine

Congé longue maladie fonction publique

Message par bennou » lundi 22 septembre 2014 9:02

Bonjour ami1,

le fait de reprendre le travail, que ce soit à temps plein, 30% ou 80% ... met automatiquement fin au C.L.M..

Concernant l'A.L.D., cela ne concernant que la sécurité sociale. Il n'y a pas de rapport avec le C.L.M.. :smile:

louison
Messages : 3
Enregistré le : vendredi 24 octobre 2014 22:44

Congé longue maladie fonction publique

Message par louison » dimanche 26 octobre 2014 4:28

Bonjour (enfin vu l'heure...il est tard mais ne peux dormir, stress quand tu nous tiens...)

J'aurais besoin de votre aide et de vos conseils car là je suis complètement paumée (comme beaucoup de personnes je constate en découvrant ce forum; bravo à Bennou pour toutes ses réponses!)
Ma situation est un peu compliquée et je vais essayer de l'expliquer clairement.
Je galère depuis longtemps avec mes soucis de santé et depuis 3 ans avec l'administration.Je suis enseignante.

J'ai été arretée en septembre 2011 par mon médecin traitant car je ne pouvais plus me "trainer" (fibromyalgie en autres).
Le mois suivant, j'ai vécu un énorme traumatisme et grosse dégringolade...Fragilisée par d'autres traumatismes et ces foutus problèmes de santé qui me pourrissent la vie, j'étais suivie par un psychiatre depuis pas mal de temps.

Au bout de 3 mois d'arrêt, j'ai reçu un courrier de l'inspection m'annonçant que je passais à mi traitement (grosse panique!). Je sais, j'aurais dû me préoccuper de cela mais étais en état de "survie" et ne calculais plus grand chose. Je précise que je suis divorcée et vis avec mon fils. J'ai 44 ans.

Mes médecins ont fait une demande de CLM pour 6 mois (mon médecin traitant à la base mais s'étant planté dans les dates, mon psy m'a refait la demande en me disant que c'était pareil). J'ai fourni les certificats médicaux des 3 médecins qui me suivaient, chacun parlant de la pathologie pour laquelle il me suivait mais notifiant aussi mes autres soucis médicaux :

-médecin traitant: fibromyalgie (il est acuponcteur)
-psychiatre : dépression sévère
-neurologue : fibro et neuropathie des petites fibres

J'ai été convoquée chez un expert psy qui m'a demandé si j'étais consciente que je n'étais pas en état de travailler, m'a dit qu'il "validait" la demande et faisait une demande de renouvellement car la période de 6mois arrivait à son terme. Il m'a précisé qu'étant donné qu'il était mandaté par mon employeur pour "juger" la situation, c'était son avis qui tenait lieu de décision et que je pouvais considérer que c'était bon (février 2012).

Fin mai 2012, j'apprenais que ma demande était refusée. J'ai fait appel bien qu'on ait essayé de me dissuader (administration) de le faire.
J'ai repris un jour avant les grandes vacances avec le soutien de mes collègues ne pouvant me permettre de rester à mi traitement et surtout, pour ne pas arriver à 1an de CMO.

Septembre-octobre , plusieurs rdv à l'inspection, et là, pressions, intimidations et j'en passe...hallucinant!
J'y ai quand même appris que le rapport de la commission médicale mentionnait "à la vue du certificat du médecin psy et de celui du médecin expert...avis défavorable". Pourtant mon psy avait fait un certificat béton et je suppose que celui de l'expert devait l'être aussi vu ce qu'il m'avait dit.
Est ce que les certificats du médecin traitant et du neurologue avaient été pris en compte? On n'a pu me répondre mais laissé supposer que non.
Inutile de vous préciser mon état, trop de douleurs, trop de fatigue et trop de combat à mener.

Suivie par une assistante sociale et ayant appris l'existence des postes au CNED (que je pense pouvoir assumer), nous avons fait une demande de poste adapté, bien sûr avec dossier médical comme il se doit dans mon cas, en étant convoquée chez le médecin du travail (sans commentaire concernant cette personne...). Ceci en janvier 2013.
Réponse négative stipulant toutefois que si mon appel concernant ma demande de CLM était refusé, j'obtiendrais un poste adapté de façon exceptionnelle pour un an seulement sans possibilité de renouvellement, mais pas au CNED, dans une ou des écoles (en gros on me faisait une fleur!)

Je vous passe le chapitre sur le médiateur qui a bien retourné sa veste entre notre premier entretien et l'issue (ancien inspecteur de l'éduc nat).

Refus de mon appel donc poste adapté pour un an à partir de fin juin 2013 (grosse galère , pas du tout adapté).J'ai eu l'occasion de rencontrer une collègue d'un syndicat qui fait partie de la commission d'attribution des postes adaptés et elle m'a demandé si j'étais malade car elle ne comprenait pas bien la situation. En effet, lors de la commission où mon cas a été exposé, il n'a pas question de problèmes de santé ni de dossier médical. C'est du délire!

Fin octobre, lors d'un rdv chez un neurochirurgien, j'ai appris que j'avais une myélopathie dû à un canal cervical étroit (canal qui protège la moelle épinière)+3 hernies au même endroit dont une qui compressait vraiment la moelle et qu'une intervention chirurgicale était indispensable et urgente, mais risquée ; cela dit, ne pas la faire, l'était plus et le neurochirurgien ne me laissait pas 6 mois avant d'être complètement paralysée. Il voulait m'opérer 15 jours plus tard mais il me fallait un peu de temps pour m'organiser avec mon fils (hospitalisation à 800km+centre rééducation ensuite) et pour me préparer psychologiquement.

L'opération a eu lieu début janvier 2014. Re demande de CLM pour 6 mois (accordée), puis demande de renouvellement pour 6 mois (accordée). J'arrive au terme et ne sais pas quoi faire....
Je ne peux évidemment pas reprendre : toujours fibro (plus que jamais vu le stress), toujours dépressive, toujours la neuropathie, des séquelle par rapport à la myélopathie (l'opération a été un succès mais diagnostique trop tardif donc moelle et nerfs abimés et toujours des risques). On m'a également découvert depuis de la périarthrite calcifiante dans les épaules et les hanches. Je suis donc suivie par une rhumatologue (j aime les toubibs!), infiltrations, ponction-lavages mais rien n'y fait j'ai de plus en plus mal et suis de plus en plus bloquée.

Le syndicat et l'assistante sociale me disent qu'il faudrait peut être que je demande un CLD pour dépression mais ne peuvent me dire si je peux réellement faire cette demande puisque le CLM était suite à l'opération (d'après ce que j'ai pu lire, je pense qu'il faut que ce soit la même affection). Je pense que mon neurologue qui a fait la demande de CLM à l'époque avait aussi mentionné la dépression mais vu mon état j'ai oublié de faire une photocopie de son certificat (grosse erreur) et lui ne sait plus. Quoiqu'il en soit, j'ai été convoquée chez un expert rhumatologue, qui m'a d'ailleurs fait remarquer qu'il n'était pas neurologue et encore moins neurochirurgien.

Et ils ne peuvent non plus me dire (syndicat et AS) si , dans le cas où le CLD serait refusé, je pourrais poursuivre mon CLM (à mi traitement) ou non.L'AS devait se renseigner auprès de l'inspection et me rappeler mais je n'ai toujours pas de nouvelles . J'avoue que je n'ai pas du tout confiance en ce qu'on va lui dire puisqu'ils font tout pour me pousser dehors.

Je dois faire le nécessaire ces jours ci et ne sais que faire...poursuite CLM ou demande CLD ?

Je suis en ALD et reconnue par la MDPH (je sais que ça n'aide en rien pour CLM ou CLD).

Je m'excuse d'être si bavarde mais voulais exposer au mieux ma situation afin d'obtenir des éventuelles réponses les plus adaptées à mon histoire.

Merci par avance!

Avatar du membre
bennou
Modérateur
Messages : 3179
Enregistré le : vendredi 01 décembre 2006 21:32
Localisation : Lorraine

Congé longue maladie fonction publique

Message par bennou » dimanche 26 octobre 2014 6:30

Bonjour Louison,

j'ai lu avec attention ton histoire. Je vois que l'administration, une fois de plus, ne suit pas les recommandations des médecins experts.

Personnellement, je pense qu'une demande de C.L.D. pour dépression risque de ne pas être accordée, car, si j'ai bien compris, la demande de C.L.M. a été faite pour une autre affection, même si dans un certificat médical on parle de dépression. Il faudrait savoir pour quelle affection le C.L.M. a été accordé jusqu'à maintenant.

Si tu fais une demande de C.L.D. il faudrait la faire pour l'affection qui t'a donné droit au C.L.M.. De cette façon tu gardes le bénéfice d'un C.L.D. pour dépression pour plus tard (en espérant que tu n'en auras pas besoin).

Souvent si un C.L.D. est refusé, et que la personne est prolongée en maladie, elle continue à bénéficier de la situation antérieure. En somme si la personne était en C.M.O. elle continuera en C.M.O. et si la personne était en C.L.M. elle continuera en C.L.M..

louison
Messages : 3
Enregistré le : vendredi 24 octobre 2014 22:44

Congé longue maladie fonction publique

Message par louison » dimanche 26 octobre 2014 21:50

Bonsoir Bennou,

Merci beaucoup pour ta réponse si rapide.

En effet, on se demande pourquoi des certificats médicaux sont demandés, pourquoi nous sommes convoqués devant des médecins experts puisque finalement l'administration n'en tient pas compte et fait comme bon lui semble (mes médecins sont dégoutés).

Je suis en CLM suite à ma myélopathie et intervention chirurgicale (même si la dépression a été évoquée) donc je ne peux prétendre à un CLD, ce n'est pas une pathologie qui rentre dans cette catégorie.
Cela dit, le CLM pour dépression m'avait été refusé et vu que le CLD ne peut être obtenu qu'à la suite d'un an de CLM donc visiblement je n'ai guère le choix et dois demander une poursuite du CLM.

Si j'obtiens des renouvellements pour le CLM durant 2ans (à mi traitement), j'imagine qu'en suite j'arrive au bout de mes droits ? Et la suite, c'est au mieux retraite pour invalidité ou disponibilité au pire, c'est bien ça?

Je crois avoir compris qu'on ne pouvait demander 2 CLM de suite même pour 2 pathologies différents?
Pourtant j'ai lu quelque chose sur un site que je n'ai pas bien capté (sur sur http://www.cdg72.fr" onclick="window.open(this.href);return false; ), je fais un copié/collé du paragraphe si toutefois c'est plus causant pour toi et que tu peux m'éclairer.

Un congé de longue durée ne peut être
accordé qu’à l’expiration des droits à congé de
longue maladie à plein traitement. Ainsi lors-
qu’un fonctionnaire est atteint de l’une des
affections ouvrant droit au congé de longue
durée, il est placé dans un premier temps en
congé de longue maladie puis, à l’expiration
des 12 mois à plein traitement auxquels il a
droit au titre de ce congé, il bénéficie d’un
congé de longue durée à plein traitement pour
2 ans.Si cet agent a déjà épuisé ses droits à
congé de longue maladie à plein traitement au
titre d’une autre maladie, il est placé directe-
ment en congé de longue durée.

C'est la dernière phrase que je ne comprends pas.

C'est fou, c'est vraiment le parcours du combattant alors qu'on est déjà à terre et difficile d'avoir des infos claires (c'est sans doute fait exprès).

Merci encore pour tes réponses Bennou !

Avatar du membre
bennou
Modérateur
Messages : 3179
Enregistré le : vendredi 01 décembre 2006 21:32
Localisation : Lorraine

Congé longue maladie fonction publique

Message par bennou » lundi 27 octobre 2014 7:45

Bonjour Louison,

J'interprète ce texte de la façon suivante : il n'y aurait pas besoin de retravailler durant un an pour à nouveau prétendre à un C.L.M. complet, mais cette nouvelle affection ouvrirait droit à un C.L.D. (dépression par exemple) directement à la suite d'un C.L.M. pour une affection différente.

En somme, tu pourrais demander à bénéficier d'un C.L.D. pour dépression dès à présent. Ce que le texte ne dit pas, c'est si le C.L.D. démarre à cette nouvelle date ou s'il démarre au début du C.L.M. précédent. En toute logique il devrait démarrer à une nouvelle date, car il ne devrait pas remplace le C.L.M. que tu avais pour une affection différente.

Cela demande des recherches, si j'ai le temps, je vais tâcher de voir cela, mais je ne promets rien.

louison
Messages : 3
Enregistré le : vendredi 24 octobre 2014 22:44

Congé longue maladie fonction publique

Message par louison » mardi 28 octobre 2014 21:03

Bonsoir Bennou et merci !

Oui c'est ce que je comprends aussi mais j'ai lu sur plein d'autres doc que forcément un CLD était la suite d'un CLM et que ça devait être la même affection.
Bref je ne sais plus, et ne sais même pas où chercher. J'ai passé des heures sur le net mais...suis perdue.
Si tu trouves des infos de ton côté...

Merci encore.

Maille13
Messages : 4
Enregistré le : vendredi 05 décembre 2014 11:38

Congé longue maladie fonction publique

Message par Maille13 » lundi 15 décembre 2014 23:30

Bonjour,
J'ai lu la quasi totalité de ce post mais ai d'autres questions.
Je me présente rapidement : je suis prof des écoles (T1, donc j'ai moins de 2 ans d'ancienneté). Je suis actuellement en CMO et suivie en CMP par une psychologue et une psychiatre. C'est la psychiatre qui m'a arrêtée pendant les vacances de la Toussaint. Cette dernière m'a d'ores et déjà dit qu'elle me prolongerait jusqu'en février 2015 et qu'elle envisageait ensuite de faire une demande de CLM ou de mi-temps thérapeutique dans un domaine autre que l'enseignement pour que je n'aie pas de classe (mais là-dessus, je pense que malheureusement, si le mi temps thérapeutique existe, il est obligatoirement devant une classe).

Toujours est-il que d''un côté, cela me soulage : d'une part, parce que cela m'ôte la question épineuse du salaire et d'autre part parce que je ne me sens pas de reprendre ma/une classe. Le problème, c'est que j'ai peur que ce CLM, si la demande est réellement faite et que je l'obtiens, entrave ma reconversion. Je suis très motivée pour me réorienter (j'ai 27 ans), j'envisage des concours de la fonction publique (notamment les finances).
Si je suis en CLM et que j'obtiens le concours (je compte passer les concours l'an prochain, donc 2015-2016), est-ce que le comité médical peut refuser mon détachement dans l'autre fonction publique ?

Merci d'avance pour vos réponses !

Avatar du membre
bennou
Modérateur
Messages : 3179
Enregistré le : vendredi 01 décembre 2006 21:32
Localisation : Lorraine

Congé longue maladie fonction publique

Message par bennou » mercredi 17 décembre 2014 8:34

Bonjour Maille13,

pas de soucis à te faire. Le comité médical n'intervient pas en cas de réussite à un autre concours.

Tu peux donc songer à ta réorientation professionnelle. Le comité médical ne fait qu'émettre un avis pour, par exemple, réaménager un poste de travail. Ce qui, dans ton cas, ne servirait pas à grand chose.

Maille13
Messages : 4
Enregistré le : vendredi 05 décembre 2014 11:38

Congé longue maladie fonction publique

Message par Maille13 » mercredi 17 décembre 2014 10:08

Merci pour ta réponse Bennou, ça rassure. Je vais donc me lancer sans état d'âmes dans mon projet !

poussilou47
Messages : 1
Enregistré le : mercredi 11 avril 2018 23:01

Congé longue maladie fonction publique

Message par poussilou47 » dimanche 15 avril 2018 23:11

bonjour Bennou et tous les internautes qui pourront m aider.

voici mon cas. Je suis en arrêt maladie ordinaire depuis 6 mois. Fonctionnaire territorial apres 18 ans de carriere sans soucis, je suis confrontee aujourd hui, dans ma collectivité actuelle aux memes choses que vous : brimades, accusations publiques, favoritisme...bref situation assimilable a du harcelement moral. Je ne pourrai pas ici, au nom de la confidentialité vous donner le detail de ce qui m a amener a m arreter. Bref la descente aux enfers a dure 2 ans et demi. j ai persevere au nom de l amour que j avais de mon travail, me disant que peut etre finalement ca n etait pas si grave. lorsque je pesais le pour et le contre je finaissais, bien que n en pouvant plus par me dire que c est le mondedu travail, partout pareil et que malgre tout j avais de la chance d exercer un metier qui me plaisait. Je savais aussi que si un jour je devais m arreter, ca ne serait pas 15 jours, mais definitif ne pouvant pus y retourner.

un jour j ai pete un cable et n en pouvant plus j ai pris mes affaires et je suis partie voir mon medecin. me connaissant depuis 7 ans et ayant connaissance de mes soucis au travail il m arrete sur le champ 2 semaines. Des symptômes de peur panique, phobie sociale, pleurs incontrolés, renfermement, cauchemars et terreurs notcurnes ont fait qu il m a ete impossible de reprendre le travail. epuisee j ai envie de travailler mais il y a un decalage entre volonte et capacite. en effet en situation pro un grand stress me gagne et je ne parviens pas a me projeter Depuis 6 mois mon medecin traitant me prolonge de mois en mois au motif " syndrome depressif du a un stress professionnel ".

Des le depart j ai voulu invoquer l imputabilite de la faute au service, afin que ma depression soit reconnue en maladie professionnelle hors tableau. En effet c est bien l attitude de mon chef de service envers moi qui a amené la degradation de mes conditiions de travail.

ma psy qui me suit depuis le depart de mon arret m a conseille de contacter le medecin du travail. celui ci en m ecoutant mon histoire a reconnu que j etais en grande souffrance et a fait un courrier a mon medecin dans le sens.
il a explique que je souhaitait invoque
l imputabilité et qu qu vu de mon etat t il me faudrait demander une longue maladie en plus. Au depart je n ai pas voulu me disant que j allais retravailler aileurs, car il est pour moi hors de question. de remttre les pieds dans ma collectivite meme autre poste. j ai developpe une avevrsion envers eĺle ! j ai depose un doSier de demande maladie pro (dossier complet avec mails et 2 attestations d anciennes collegues temoignant de mon etat....). j ai envoye mon dossier fin janvier.

En parallele et voyant que les 6 mois d arret allant arriver jai fait cette demande de longue maladie.

Or j ai apelle les 2gestionnaires concernee par ces 2 procedures. L imputabilte prendra 8 a 9 mois et la longue maladie 6 mois ! je suis tombee de haut pensant que le delai etait u court.

ma question aujourd hui est de savoir si qui va passer au bout d un an de cmo ? la collectivite qui me verse un 1/2 traitement va t elle continuer au dela des 12 mois de cmo a me payer tant que le verdict n est pas prononce ?
la collectivite ppurrait statuet en la faveur d une reprise sur un autre poste au sein de la collectivite. ce qui est hors de question au vu de mes symptomes.

Quelle position adminsitrative risquai je ? autre chose je vais peut etre retrouver un boulot d ici les 6 moi. Que va t il se passer ?

pourriez vous eclairer ma lenteene.

merci a vous
poussilou477


Répondre
  • Sujets similaires
    Réponses
    Vues
    Dernier message