Et si la dépression n'était pas une maladie ?

Vous pouvez vous exprimer ici sur tout ce qui ne rentre pas dans les autres catégories du Forum.
Règles du forum
Avant d'ouvrir un nouveau sujet dans cette partie du forum, pensez à utiliser Les moteurs de recherche du forum.
poussière

Et si la dépression n'était pas une maladie ?

Message par poussière » lundi 06 mars 2017 7:26

SVP ne vous énervez pas, et lisez la suite.

Je ne veux pas nier notre tristesse et nos souffrances, mais ce que je me dis quand je regarde ma vie, que j'écoute celle des autres ou que je lis certains de vos témoignages, c'est qu'on a des raisons d'être dépressif !
On a vécu des traumatismes dans nos enfances. On vit dans une société individualiste, misogyne, compétitive, capitaliste, violente, apathique, raciste, répressive, matérialiste et basé sur les apparences, etc ... Hors, pour sauvegarder les apparences, on nous "éduque" à garder nos souffrances (et traumatisme) à l'intérieur. Pour cette cause, et pour toutes celle cité ci dessus nous ne trouvons pas beaucoup d'oreilles et de cœurs a notre écoute, alors notre souffrance reste en nous et ce manque d'écoute de compassion et d'amour, nous ronge. Le monde extérieur est là pour nous le rappeler, alors on se divertit, on s'isole, on déprime, on s'auto détruit ou on détruit.
Et parce que c'est plus facile (et plus prolifique ?) que de remettre en cause la société, les principes éducatifs, etc ... Alors bim, on nous dit que ce mal être est une maladie et on nous vends des traitements. Je ne dis pas qu'ils sont inutiles mais je pense que c'est un traitement de surface et qu'ils ne résolvent pas les problèmes de fond. Donc, non, je ne pense pas que la dépression soit une maladie, mais que nous sommes juste les symptômes d'un système malade !
Au final, ce que j'écris ne change pas grand chose. Mais voilà, c'est ce que je pense.


Paul35000
Messages : 1413
Enregistré le : vendredi 30 septembre 2016 21:00
Localisation : Dans le fond de la cuvette des toilettes

Et si la dépression n'était pas une maladie ?

Message par Paul35000 » lundi 06 mars 2017 9:45

Bonjour Poussière.

Je ne vais pas m'énerver, c'est une question très intéressante que tu soulèves ici.
Moi aussi j'ai parfois tendance à tiquer lorsque l'on évoque la dépression par le terme de "maladie", comme une grippe ou de l’herpès...
Mais la dépression est bien une maladie mentale : des neurologues ont par exemple montré, scanner à l'appui, que les dépressifs avaient tendance à délaisser certaines zones de leur cortex cérébral, c'est donc bien une maladie dans le sens ou elle engendre des répercussions sur l'organisme.

Cependant je pense qu'il faut davantage voir la dépression, à l'instar du VIH, comme une maladie qui fragilise ton système immunitaire et le rend vulnérable à certains troubles et maladies opportunistes... On sait ainsi que les dépressifs ont une espérance de vie sensiblement inférieure à celles des sujets "normaux", et cette différence ne peut pas s'expliquer uniquement par les suicides. Moi-même j'ai développé des troubles comme des fatigues chroniques, des acouphènes, etc dont je n'ai jamais pu découvrir l'origine malgré la consultation de nombreux spécialistes... J'en déduis que c'est donc bien la dépression qui est responsable de ces troubles...

Oui tu as raison, je pense que nous sommes plus sensibles que la moyenne aux dérives de la société mais je ne crois pas que ce soit quelque chose de nouveau ou que l'on nous traite plus mal qu’auparavant, ou les dépressifs avaient le choix entre des lobotomies ou des coups de pied au c.. pour retourner travailler.
Oui, je pense que nous sommes différents à bien des égards, mais ce n'est pas pour ça que la société va se remettre en question à cause de nous...
Il faut essayer de dépasser cette posture ou nous ne guérirons jamais, même si je sais que c'est difficile.
Il n’existe pas que les cachetons comme méthode de traitement : on trouve également la zoothérapie, des thérapies cognitivo-comportementale et d’autres formes de soins qui ne demandent qu'à être démocratisés.

Finalement, que l'on considère la dépression comme une maladie ou non, je pense que ça n'a pas réellement d'importance, l'objectif reste le même : améliorer notre état de santé.

Avatar du membre
Vincent un autre
Messages : 71
Enregistré le : samedi 05 juillet 2014 19:22

Et si la dépression n'était pas une maladie ?

Message par Vincent un autre » dimanche 07 mai 2017 21:27

Je suis tout à fait d'accord.

Avatar du membre
Ictavia
Messages : 3329
Enregistré le : mercredi 15 février 2017 22:44

Et si la dépression n'était pas une maladie ?

Message par Ictavia » lundi 15 mai 2017 0:18

Paul35000 a écrit :Bonjour Poussière.

des neurologues ont par exemple montré, scanner à l'appui, que les dépressifs avaient tendance à délaisser certaines zones de leur cortex cérébral, c'est donc bien une maladie dans le sens ou elle engendre des répercussions sur l'organisme.
En même temps je suis persuadé qu'un joueur de Ping Pong professionnel, un amoureux transit ou le gars qui passe sa journée dans des bouquins auront tous une activité cérébrale qui s'écartera de ce que l'on considère être la norme. Y aurait-il quelqu'un pour affirmer que les joueurs de Ping Pong sont des malades mentaux ?

La réalité c'est que la définition d'une malade maladie est pas mal déterminé par dans quel mesure un trait de caractère (à court ou long terme) sera une contrainte pour participer à l'économie. Si les gens qui aiment couper des carottes auraient tendance à couter plus cher à l'état que les autres, ont verrait soudain des belles pubs sociétales sur fond blanc et musique dramatique pour nous expliquer que "Couper des carottes n'est pas un choix ! Ensemble, nous pouvons apprendre à vivre des betteraves !"

Le bien, le mal; le beau et le pas beau sont bien plus dictés par des impératifs sociaux qu'autre chose.

Paul35000
Messages : 1413
Enregistré le : vendredi 30 septembre 2016 21:00
Localisation : Dans le fond de la cuvette des toilettes

Et si la dépression n'était pas une maladie ?

Message par Paul35000 » lundi 15 mai 2017 0:26

En même temps je suis persuadé qu'un joueur de Ping Pong professionnel, un amoureux transit ou le gars qui passe sa journée dans des bouquins auront tous une activité cérébrale qui s'écartera de ce que l'on considère être la norme. Y aurait-il quelqu'un pour affirmer que les joueurs de Ping Pong sont des malades mentaux ?
Oui c'est vrai, le cerveau est une matière malléable.
La différence, c'est que le joueur de ping-pong ne ressent (pas forcement) une douleur qui peut le pousser à mettre fin à ses jours.

Avatar du membre
Ictavia
Messages : 3329
Enregistré le : mercredi 15 février 2017 22:44

Et si la dépression n'était pas une maladie ?

Message par Ictavia » lundi 15 mai 2017 0:41

Non seulement le suicide va à l'encontre de bien des fondements de notre civilisation genre la primauté de l'existence humaine, mais ça fait perdre un sacré retour sur investissement à l'État lorsqu'un jeune qui approchait d'intégrer la vie active décide d'en finir. L'étiquetage en tant que maladie va donc de soi. D'autant plus que ce terme induit une approche médicamenteuse qui n'est pas dépourvu de rentabilité pour certains...

Je ne suis pas entrain de dire qu'il ne faut rien faire. La dépression est un réel problème qui entraîne de réelles souffrance. Je ne fais que question le choix des mots employés. Je trouve que trop souvent, on se contente de bourrer les gens de pilules sans forcément tenter de régler la base du problème qui est bien souvent un schéma de pensée. Le fait que je sois québécois doit y être pour quelque chose parce que rencontrer un psy dans le public est quasiment une cause perdu (C'est 85$ de l'heure sinon), mais pratiquement n’importe quel médecin va te prescrire une dose de cheval d'Effexor si tu lui dit que tu as pas le moral. (je ne dis pas que les médicament sont forcément toujours de trop, mais il semble y avoir surprescription)

Avatar du membre
Détachement
K2r
Messages : 10134
Enregistré le : samedi 12 janvier 2013 15:47
Localisation : Ici et là sur du linge sale, cherche sa maison

Et si la dépression n'était pas une maladie ?

Message par Détachement » lundi 15 mai 2017 4:25

Bonsoir à tous,


On sait que des maladies physiologiques viennent avec une mauvaise hygiène de vie, voire, parfois de pensée (dans ce second cas, c'est le stress ressenti qui est responsable, et le corps réagit comme lors d'une agression physique avec une sécrétion d'hormones effarantes qui sont badass pour la santé).

(Ça va paraître c.n ce parallèle, je préviens :smile2:)
Mais par exemple, manger mal n'est, à la base, pas une maladie, c'est une mauvaise habitude (je ne parle pas forcément de TCA). Mais cet acte amène indubitablement aux conséquences physiologiques que l'on connait tant (y'a même des conséquences sur l'état mental).

Je ne dis pas que c'est à comparer à la dépression mais le point commun ? C'est qu'il faut réagir "avant qu'il ne soit trop tard".
Inconsciemment, ou avec le recul, on le sait tous qu'il y a un moment où "on aurait du agir" avant de tomber en dépression.
Le soucis ? Oh des pilules, y'en a plein ... mais la prévention ... ? Niet.

La prévention, y'en a pas des masses il faut l'admettre, on préfère guérir que prévenir, le rythme éfreiné de tous les jours et l'insécurité du travail contribuent fortement à "nier les symptômes" et à avoir limite "peur" de se mettre en arrêt avant que cette sal*perie s'installe, et la dépression, ça paraît être une honte au tout début (la société ne rend pas vraiment service :non0: ).

Sauf que la dépression est le fléau actuel de notre société. J'avais vu un chiffre abominable, je ne m'en souviens plus, mais il est à vénir une "épidémie de la dépression". On se marrait il y a 20 ans, mais on commence tout juste à commencer les recherches sérieuses, à découvrir des connexions franchement étonnantes.

"Il vaut mieux prévenir que guérir"
Difficile de trouver mieux, et pour cause ...
À cause des nombreux effets secondaires que peut engendrer la dépression (soucis de santé, isolement, scarifications, mauvaise hygiène de vie, etc), il devient d'autant plus difficile de "remonter" et de se guérir, même avec des pilules. Le problème, c'est l'effet domino.
Je le constate, rien qu'ici : il y a beaucoup de membres qui suivent un traitement et qui se retrouvent pourtant démunis.

Des chercheurs ont peut constater aussi une certaine hérédité. Je n'ai pas fait de recherches pour voir si cela est génétique stricto sensu, mais il est possible que la "transmission de pensée" n'y soit pas innocente. Pour ma part, je "tiens ça du côté de ma mère" ... énormément de personnes dépressives sur plusieurs générations.

En ce qui concerne le suivi, ça fait depuis des années qu'on l'estime insuffisant, l'un de mes proches se gavait de 15 médicaments par jour comme on guérissait une gripe bactérienne.
Chaque séance de psy (des bons charlatans à l'époque qui prenaient leurs patients pour des clients) coûtaient bonbon car rien n'était remboursé. Cela n'a en rien empêché de commettre l'irréparable ...

Compte tenu de ces éléments, je ne peux pas me permettre de "réduire" la dépression comme une maladie qui se "soigne qu'à coups de molécules", mais ce n'est que mon humble avis (et aussi l'avis d'une nana qui a besoin de dormir ..)
"Partenaire quotidien de votre linge"
"Quand tu auras désappris à espérer, je t’apprendrai à vouloir" - Sénèque.
Mon salon
Pages de garde 19/09/18

Avatar du membre
violette
Messages : 7525
Enregistré le : dimanche 13 juin 2010 20:03
Localisation : Languedoc

Et si la dépression n'était pas une maladie ?

Message par violette » lundi 15 mai 2017 6:39

Oui Deta tu as raison
j'ai pourtant toujours été végétalienne,
le cancer m'a demontré que la chimie n'est pas une solution j'utilise des plantes qui ne resolvent pas tout, mais aide bien
ex, j'ai une infection urinaire ,on ne me soigne pas, je le fais avec mes plantes !!!
des huiles vegetales aussi pour mon visage, mon corps, le psoriasis que j'ai sur le cuir chevelu

je n'ai jamais fumé, bu, ni aucune addictions
dans mon métier on voyait trop de choses,
le stress, l'angoisse s'est installé après mon crabe, abandon du mari, notre fils et moi avons affronté le surendettement, la vente de notre maison, bref tout, demi traitement , j'ai vendu mes bijoux mes livres etc.. je n'avais plus rien,
puis j'en enfin perçu ma retraite, on a pris un appartement coquet à perpignan, j'étais permissive je ne voulais pas de conflit après ma maladie, dur dur,

à présent, en centre medicalisé vu mon état de santé, j'ai appris à vivre différemment, je souffre j'ai des douleurs je ne dors pas, mais je suis toujours là , j'ai des soins de kiné 4 fois par semaine, enfin , je les ai reclamé pendant des mois, je ne guerirais pas, mais au moins j'ai l'impression d'agir, :fleur:
Mon salon
Mes tableaux

Que sera sera-Demain n'est jamais bien loin-Laissons l'avenir venir
Que sera sera-Qui vivra verra. Mike Brant, Luis Mariano et les autres ...........

Paul35000
Messages : 1413
Enregistré le : vendredi 30 septembre 2016 21:00
Localisation : Dans le fond de la cuvette des toilettes

Et si la dépression n'était pas une maladie ?

Message par Paul35000 » lundi 15 mai 2017 19:22

Ictavia a écrit :Non seulement le suicide va à l'encontre de bien des fondements de notre civilisation genre la primauté de l'existence humaine, mais ça fait perdre un sacré retour sur investissement à l'État lorsqu'un jeune qui approchait d'intégrer la vie active décide d'en finir. L'étiquetage en tant que maladie va donc de soi. D'autant plus que ce terme induit une approche médicamenteuse qui n'est pas dépourvu de rentabilité pour certains...

Je ne suis pas entrain de dire qu'il ne faut rien faire. La dépression est un réel problème qui entraîne de réelles souffrance. Je ne fais que question le choix des mots employés. Je trouve que trop souvent, on se contente de bourrer les gens de pilules sans forcément tenter de régler la base du problème qui est bien souvent un schéma de pensée. Le fait que je sois québécois doit y être pour quelque chose parce que rencontrer un psy dans le public est quasiment une cause perdu (C'est 85$ de l'heure sinon), mais pratiquement n’importe quel médecin va te prescrire une dose de cheval d'Effexor si tu lui dit que tu as pas le moral. (je ne dis pas que les médicament sont forcément toujours de trop, mais il semble y avoir surprescription)
La phobie du suicide dans les sociétés occidentales provient plus d'une origine religieuse (et donc culturelle) qu'économique : nous sommes tous "créatures de Dieu" et c'est à Dieu et seulement à Dieu qu'il revient le droit de "détruire" ses créatures. Dans d'autres pays comme le Japon, le suicide est plutôt vu comme une "porte de sortie" honorable en cas d'échec (code du bushido et toussa). Durkheim à fait sa thèse la-dessus.
Inconsciemment, ou avec le recul, on le sait tous qu'il y a un moment où "on aurait du agir" avant de tomber en dépression.
Le soucis ? Oh des pilules, y'en a plein ... mais la prévention ... ? Niet.
Personnellement, je suis incapable de dire depuis quand je suis dépressif. Si on considère que c'est lié à ma phobie sociale, alors c'est sans doute depuis la puberté...
Dans tous les cas, l'apparition d'une dépression, hormis du à un événement traumatisant (accident, viol...) ne peut pas se diagnostiquer comme une grippe, je pense.
Quand commence la dépression, quand finis t-elle ?

Avatar du membre
jane
Messages : 2392
Enregistré le : lundi 09 mai 2011 17:38

Et si la dépression n'était pas une maladie ?

Message par jane » dimanche 28 mai 2017 16:26

Bonjour a tous

La question m'a interpelle.... Vos reponses me laissent dubitative.
Je suis persuade que c'est une maladie.
A partir du moment ou il a ete demontre que c'est notre cerveau qui fonctionne mal. Ca veux dire pour moi que c'est une maladie.
La difference avec une maladie classique c'est que les medicaments ne suffisent pas, une therapie parait etre indispenssable.
A priori une bonne hygiene de vie est necessaire egalement.
De plus pourquoi des gens qui vivent des trucs tres dur comme la guerre, la famine, un handicap physique, etc...ne devellopent pas forcement une depression ? Et pourquoi des gens comme moi devellopent cette maladie alors que la vie n'a pas ete si compliquee pour eux ?
J'ai eu mes ti traumatises comme tout le monde mais rien qui justifi d'etre en depression depuis plus de 14 ans a mon avis.
Partcontee je vous l'accorde notre societe n'aide pas.

C'est juste mon avis je ne pretend pas devenir la verite.
Elle doit etre un peu plus complique que ca.

Cordialement.
Jane.
Mon histoire
Mon jardin
Pendant la mue le serpent est aveugle.Par analogie, on ne peut pas être vraiment conscient de tout ce qui se passe pendant une phase de changement ( Bernard Werber)

Avatar du membre
violette
Messages : 7525
Enregistré le : dimanche 13 juin 2010 20:03
Localisation : Languedoc

Et si la dépression n'était pas une maladie ?

Message par violette » dimanche 28 mai 2017 23:49

C'est vrai Jane malgré la maltraitance enfant et celle de mon premier conjoint
je n'ai pas developpé de depression

par contre, ce que j'ai du vivre pour mes enfants m'a affecté mais là encore je n'étais pas depressive,
mon enfance m'avait permis de developper un systeme de defense,
que j'ai utilisé à chaque traumatisme
nous sommes différents,

par contre lorsque j'ai eu un cancer du sein, là je n'étais pas en depression, pendant les traitements,
mais le depart de mon autre conjoint seule avec mon fils, a fait que j'ai coulé
les AD ne m'ont pas soulagés , l'insomnie installé depuis l'enfance était soulagée par des hynoptiques

ce stress post traumatique qui me paralyse, il y a eu 3 suicides dans ma famille,
revenu dans mon departement de naissance, on m'a envoyé au cmp ou le psy change tous les 3 Mois
j'ai refuse de servir de cobaye

donc la je fais de la therapie comportementale tous les mois, je parle, relaxation et la sophrologue me parle alors et émet des messages
au debut de la thérapie j'ai fais une attaque de panique ,les retours sont terrible,s on nettoie et tout revient

ce qu'on avait casé bien loin , nous parasitent, alors on explique, mais les autres retours aussi, je lui ai tel en pleurs le matin
elle avait une nana pareil qui pleurait,

j'''en avais fais en 80 , ça avait bien marché

à présent on arrive au bout, j'arrive à decoder, comprendre ...................

on a essay'é de me soigner, l"exper- psy me donnait 14 gouttes de valium /et il m'a fait prendre la decision le plus importante de ma vie,


là j'avance à grand pas, ......................je suis fière de moi , je n'ai pas abandonné, je suis plus depressive, quelques mauvaises journées de ci de là
je vis bien mieux!!
Mon salon
Mes tableaux

Que sera sera-Demain n'est jamais bien loin-Laissons l'avenir venir
Que sera sera-Qui vivra verra. Mike Brant, Luis Mariano et les autres ...........

Avatar du membre
Détachement
K2r
Messages : 10134
Enregistré le : samedi 12 janvier 2013 15:47
Localisation : Ici et là sur du linge sale, cherche sa maison

Et si la dépression n'était pas une maladie ?

Message par Détachement » lundi 29 mai 2017 3:44

Bonsoir,

Ce n'est pas tant le fait de savoir si oui ou non la dépression est une maladie qui m'importe en réalité.
Ce qui m'insupporte, c'est que l'on se plait à traîter cela comme une grippe ... ou qu'on parle aux gens comme à des enfants qu'on gâve.
Quand commence la dépression, quand finis t-elle ?
C'est une véritable question. Surtout que le mal se "métastase", cela prouve aussi un manque cruel de prévention.
"Partenaire quotidien de votre linge"
"Quand tu auras désappris à espérer, je t’apprendrai à vouloir" - Sénèque.
Mon salon
Pages de garde 19/09/18

Avatar du membre
Sünde
Messages : 5325
Enregistré le : lundi 10 avril 2017 7:10
Localisation : Niflheim

Et si la dépression n'était pas une maladie ?

Message par Sünde » lundi 29 mai 2017 5:34

Détachement m'ôte les mots de la bouche.

Et puis, il y a également la dimension horriblement psychophobe qui entre en jeu. La dépression est un tabou dont il ne faut surtout pas parler, et les dépressifs sont considérés comme des sortes de pestiférés qui doivent à tout prix cacher leur maladie s'ils ne veulent pas se faire rejeter véhémentement. Forcément, cela n'aide pas à aller mieux...
« Par conséquent, âme timide, avant de pénétrer plus loin dans de pareilles landes inexplorées, dirige tes talons en arrière et non en avant. »

Lautréamont

« Cette nuit, je me promis de garder toute ma vie, toute ma vie, les pièces d’argent de Zinotchka. Quant à Zinotchka, je ne l’ai plus jamais rencontrée. Grande est Moscou et il s'y trouve beaucoup de monde. »

M. Aguéev

Avatar du membre
pacpac971
Messages : 3870
Enregistré le : vendredi 29 août 2014 16:43

Et si la dépression n'était pas une maladie ?

Message par pacpac971 » lundi 29 mai 2017 16:43

j'ai posté ca récemment sur la meme idée.

Stress, dépression. Cases, jugement et étiquettes

viewtopic.php?f=27&t=33693

Maladie comme effectivement système malade, qui met de coté les gens un peu différents.

Jane, le cerveau est défaillant... Ok.

mais la science est incapable de dire SI c'est la depression qui entraine la defaillance.
ou si c'est la defaillance de traiter les soucis (qui mene à la depression), qui entraine les changements dans le cerveau.

donc ici, il y a un immense souci. entre la cause et la conséquence.
Dur de lutter contre quelque chose (ici la depression), si on ne sait pas si elle cause les soucis au cerveau. Ou l'inverse....

Maladie factuelle, ok.

Poussière, le sujet m'intéresse fortement, comme les idées que tu mets en avant. Si cela te tente d'en parler, ici ou ailleurs, j'en serai fort aise.

Et je suis comme bien souvent totalement d'accord avec deta.
Ce qui m'insupporte, c'est que l'on se plait à traîter cela comme une grippe ... ou qu'on parle aux gens comme à des enfants qu'on gâve.
Maladie ou pas... En tout cas, ce qui est fait pour lutter contre ce qu'ils appellent "la maladie du siècle", ca va pas chercher loin...

et sunde.
j'ai fait cette semaine deux conférences où j'ai parlé de la depression. C'était pas le sujet premier, mais les questions sont arrivées.
Les gens sont en demande qu'on leur explique les choses. Et ce que c'est. J'ai parlé du rejet énorme effectivement. De la difficulté de revenir d'un burn out.
les gens sont en demande. majoritairement.
le mois dernier, j'ai parlé du sujet dans une société de 80 personnes, par atelier de 15. Tout le monde était en demande, si on sait en parler bien.

ce qui peche, effectivement, c'est qu'il n'y a PAS de fil directeur et de logique des autorités, pour parler de la depression.
Et qu'on laisse alors la minorité "véhémente" dont tu parles, agresser les dépressifs.

mais les gens sont en demande. La dépression frappe au hasard. en fait, 90% des gens ont un ami ou une relation qui en souffre. Et si on vient ouvertement avec des mots simples en parler, l'interet est immédiatement au RDV.
Mon salon : topic28955.html
Ma galerie : topic29168.html

Ce qui est tordu ne peut etre redressé, et ce qui manque ne peut etre compté
E 1 15

Violetta
Messages : 27
Enregistré le : jeudi 21 juin 2018 10:13

Et si la dépression n'était pas une maladie ?

Message par Violetta » jeudi 26 juillet 2018 13:00

Je suis terriblement faible te déprimée ce matin et je veux répondre ce que je crois : la dépression c'est un être affaibli dans son corps son esprit. C'est une fleur prématurément fanée courbant la tête, les couleurs ternes. Captant les choses l'affaiblissant encore d'avantage et ne pouvant capter ce qui lui la ferait revivre. Une fleur appauvrie, délaissée par les abeilles, ou finissant d'être vampirisé par une pauvre maigre qui n'a pas la force de la quitter.
C'est ainsi la vie est longue, alors parfois la fleur mystérieusement trouve dans les profondeur de la terre une pulsion de vie et redresse sa tête, reprend des couleurs, recommence à s'épanouir recevoir et donner au monde.Parfois avec excès et on la dira bi-polaire. Les autres fleurs sont désolée que la fleur fane, elles cherchent à lui transmettre des messages auquel la pauvre fleur reste insensible.
On appelle ça damné de la terre, malheureux, nécessiteux, âme en peine, mendiants, pauvres , alcoolique, irresponsable, vicieux, méchants, égarée, fous, dépressifs selon la morale, la médecine, la langue courante. Et pourtant, ça fait partie de la vie et ces fleurs sont courantes. Ces fleurs ces les anonyme dans le métro, le visage gris, le dos vouté. C'est l'histoire de l'humanité aussi. C'est la DEPRESSION.
La cause ? L'environnement, la nature de la terre ou elle a poussé, le hasard, sa propre nature ?
Je veux vous dire que ces fleurs là sont belles et ont quand même leurs place et puis ... ça ne dure pas toute la vie ?


Répondre
  • Sujets similaires
    Réponses
    Vues
    Dernier message