Troubles anxieux, conjoint, drogue.

Vous pourrez parler dans cet espace de vos différentes addictions virtuelles ou réelles.
Règles du forum

:fle: Avant d'ouvrir un nouveau sujet dans cette partie du forum, pensez à utiliser Les moteurs de recherche du forum.
:fle: Un point bleu s’affiche devant les messages sans réponse Image
Répondre
Runny
Messages : 4
Enregistré le : mardi 23 octobre 2018 23:39

Troubles anxieux, conjoint, drogue.

Message par Runny » jeudi 25 octobre 2018 23:48

Bonjour,

Marié pendant 23 ans, puis séparé, puis une rencontre de 6 mois, puis actuellement avec mon amie, j'ai toujours eu des interrogations, des ruminations
au sujet du rapport à la drogue (uniquement herbe ou haschish) de chacune de mes compagnes.

Aucune d'entre elle ne fumait régulièrement mais avais déja fumé en soirée, sans jamais en avoir achété. Ma compagne actuelle, qui est très tolérante, n'est ni pour, ni contre mais cela ne l’inquiète pas.

J'ai fumé jeune avec des copains à l'occasion, sans aimer particulièrement les effets, que je trouvais moins facilement progressif, contrôlable
que l'alcool.

Mes ruminations, qui peuvent ne pas arrêter de la journée sont :

- Est ce que ça l’inquiéterait si je fumais ?
- Est ce qu'elle fumerait avec moi ? régulièrement ?
- Est ce qu'elle préférerai que je fume pour pouvoir fumer à l'occasion ?
J'en ai un peu discuté avec elle, mais de façon détourné car j'ai peur que si je lui dis que je suis contre, elle joue un rôle, ne me dise pas la vérité pour m'apaiser.

Pour pouvoir répondre à ces questions qui me hantent, j'ai acheté du shit et j'ai joué le rôle du fumeur.

Je lui ai montré. Elle m'a dit, ce n'est pas bien, puis c'est tout. Je lui ai demandé si ça l’inquiétait, elle m'a répondu 'Non ça ne inquiète pas mais
toi par contre ça t’inquiéterait si j'en avait acheté".

Cette réponse m'a fait du mal car j'ai traduit ça en "Si elle ne s'inquiète pas, elle ne m'aime pas vraiment".

Mon psy m'a dit. Ce n'est pas votre mère, vous êtes adultes. Elle n'a pas à s’inquiéter. Elle vous considère comme adulte et responsable.

LA réponse du psy m' a un peu soulagé.

Puis j'ai proposé à ma compagne de fumer un joint, elle a accepté, n'en fumant que très peu car c'était du shit, donc dangereux par rapport à l'herbe.
Je suis sans cesse en train de la tester, pour essayer de l’inquiéter. C'est comme si j'avais besoin d'un "Je ne veux pas que tu fumes, ou sinon je te
quitte" pour me rassurer.

J'ai du mal à me résoudre à son détachement par rapport à ça.

Une fois elle m'a dit. Quand j'avais fumé, mon copain été content car j'étais complètement deshinibée.

J'ai associé à désinhibée un comportement "mal sain", mauvaise conduite avec les garçons, etc .....
Elle m' a répondu on n'a pas la même définition de désinhibé.

J'ajoute que depuis que je la connais elle a un comportement tout à fais sain, est très nuancé et que je n'ai rien de factuel à lui reprocher.
ça devrait me suffire, mais il faut bien se gâcher la vie.


Concernant l'alcool, je n'ai pas ces ruminations. Est ce que c'est la question de la légalité ? De la peur de son comportement si elle était défoncée ?

Je précise que je n'ai aucune inquiétude au niveau de sa santé. C'est comme une peur irrationnelle d'un comportement féminin, d'accepter
qu'elle puisse avoir envie d'être défoncée.

Plus globalement, je sais que j'ai un problème avec la notion de plaisir. Parfois dans ma tête je lui reproche d'avoir du plaisir sexuel avec moi,
d'accepter ou d'avoir envie de me faire une fellation.

En gros pleins de problème sur la question du bien et du mal, des valeurs, du plaisir.

Je suis absolument pour l'égalité homme femme, à tous les niveaux dans ma partie consciente. Mais dans mon inconscient, c'est comme si trouvais
qu'une femme "bien" ne doit pas avoir de plaisir, ne dois pas aimer se laisser aller, etc ....

Paradoxalement, je me ferais ch... avec quelqu'un comme ça.

J'ai eu une éducation plutôt rigide, je suis perfectionniste et me gâche tous les plaisirs de la vie. J'ai fait de l'anorexie à 35 ans pendant 2 ans.
Je suis très exigent avec moi et je me force beaucoup. Si je mange un gâteau, je m'impose de courir une heure pour éliminer.

Je vois actuellement une psy et un psychiatre qui me fait de l'hypnose. Cela ne marche pas trop.

Ces ruminations incessantes reviennent inexorablement alors qu'elle ne fume pas et ne m'a jamais demandé d'en acheter.


Ce message vous fera peut-être sourire mais c'est une lutte de tous les jours pour penser à autre chose. j'ai bien conscience de me gâcher la vie.
J'ai parfois des crises d'angoisses qui me paralysent comme si j'allais m'évanouir.

Je prends du Prozac depuis des années et j'ai arrêté car plus d'effets sur moi. Je prends actuellement du Millepertuis.
Trop d'alcool le soir pour "oublier" et même parfois du shit, c'est paradoxal, peut-être pour me forcer à aimer ça et du coup à comprendre
qu'elle ne soit contre.

Voilà.

Au plaisir de vous lire


Avatar du membre
MadmoiselleCara
Messages : 1294
Enregistré le : lundi 01 octobre 2018 13:27
Localisation : Dans le coeur de ma fille

Troubles anxieux, conjoint, drogue.

Message par MadmoiselleCara » vendredi 26 octobre 2018 0:17

Bonsoir.

Je ne comprends pas très bien.

Tu as une addiction à l'alcool et au shit ?

Personnellement, je suis malade alcoolique. Je buvais pour "oublier", pour me sentir "normale".

Est-ce que ton médicament actuel t'aide un peu ?
La galerie de MadmoiselleCara

Le salon de MadmoiselleCara

Entourée par la solitude mais tout n'est que passade.

Avatar du membre
chak
Membre d'honneur
Messages : 4649
Enregistré le : vendredi 07 décembre 2012 4:50
Localisation : portugal

Troubles anxieux, conjoint, drogue.

Message par chak » vendredi 26 octobre 2018 2:32

bonsoir runny,

étant très angoissée moi aussi, il m'arrive de me poser ce genre de problèmes "qui n'existent pas"… mais qui pourraient en devenir si j'insiste… :sue:
je crois que c'est lié à un manque de confiance en soi et d'acceptation, de soi, des autres.

ta compagne actuelle a l'air plutôt franche et agréable, elle semble avoir bien lu en toi, je me trompe ?
et comme le dit le psy, elle te considère comme adulte et responsable.
reste à savoir si tu te vois toi-même comme adulte et responsable, et si tu la vois ainsi elle aussi… ?

tu sembles dans un schéma d'autopunition pour qu'on te prouve qu'on t'aime (?).
or, si tu t'auto-punis, cela voudrait dire que tu ne t'aimes pas… ça pourrait être un premier pas… te réconcilier avec toi, accepter que tu aimes ceci ou cela, que tu n'aimes pas ceci ou cela.
peut-être accepter d'où tu viens aussi, ton éducation, tes expériences… il y a du bon et du mauvais dans tout. tout est balance, équilibre…

moi aussi je viens d'une famille très rigide, j'en ai reçu les codes, et j'en ai refusé d'autres… ça prend du temps, mais je crois que c'est nécessaire pour arriver à plus de paix…
accepter qui on est, avec nos bagages, aussi lourds soient-ils…

qu'en penses-tu ?

Runny
Messages : 4
Enregistré le : mardi 23 octobre 2018 23:39

Troubles anxieux, conjoint, drogue.

Message par Runny » vendredi 26 octobre 2018 4:24

Bonsoir Chak,

Je te remercie de ta réponse bien étayée.
Pour répondre à ta première question, oui elle est franche, équilibrée, et surtout très patiente car je lui en ai dis de toutes les couleurs. Je lui reproche de me faire souffrir alors qu elle n y est absolument pour rien. Elle est juste elle. Nous avons eux souvent des discussions sur "nos valeurs", qui sont différentes.

J ai du mal à accepter sa tolérance, son insouciance. Comment elle peut dormir sur ses 2 oreilles quand je lui ai dis que je fumais ?


Concernant ta deuxième question, effectivement je ne m aime pas beaucoup et je pense que je n assume pas les choses qui ne me plaisent pas moralement. Par exemple, les rares fois où j ai fume, j ai eu parfois des sensations sympas, notamment sensibilité à la musique, meilleur ressenti tactile. Je peux donc comprendre que cela lui plaise aussi et qu elle ne soit contre de temps en temps. Mais je n assume pas.

J ai peut être peur de moi. Si elle n est pas contre, je peux fumer .... Sans barrières. Paradoxalement , quand je ne suis pas en couple, je n ai pas ces peurs, et pas besoin de barrières.


J ai trouve une façon d apaiser ces ruminations, c est de m autoconvaincre que cela ne marchera pas, que je vais bientôt la quitter et donc que je me fous de ce qu elle pense.

C est peut être ça que je cherche....la quitter....

Forcément, souffrir à cause d elle, m enleve des sentiments, m éloigne d elle. Mais je pense l aimer.

Parfois je pense à que penserais mon père de moi, d elle ? Il est décédé sous mes yeux, en montagne, quand j avais 14 ans. J étais très fusionnel, admiratif. Il était un papa très aimant et présent mais très rigide aussi. Je me souviens avoir pris une baffe quand j avais dit " purée, la neige est trop bonne". Le mot "purée" était un gros mot pour lui. ......

J ai vraiment ancre en moi la notion du "bien" et du mal. Du moralement correct. En discutant avec des amis on m a déjà dit. Tu es choque par quelqu'un qui fume .... mais pas par un mec qui roule à 200km/h sur autoroute. Effectivement c est le cas, et j ai tord dans le sens où il est dangereux et peux nuire alors que le fumeur ne fait de mal à personne.

Avatar du membre
chak
Membre d'honneur
Messages : 4649
Enregistré le : vendredi 07 décembre 2012 4:50
Localisation : portugal

Troubles anxieux, conjoint, drogue.

Message par chak » jeudi 01 novembre 2018 20:02

bonsoir runny :chap:
merci de ta réponse.

concernant les valeurs différentes, pour moi, quelles que soient les différences, elles conduisent justement à la richesse et l'ouverture d'esprit.
je pense que c'est en partie ce que tu aimes en elle, n'est-ce pas ?

tu dis lui faire des reproches injustifiés, ne te projetterais-tu pas ?
je veux dire, justement, ses différences sont ce que tu n'as pas encore mais que peut-être inconsciemment tu aimerais avoir : la confiance en soi, la légèreté, la tolérance, l'insouciance.
je ne condamne pas, il m'arrive souvent d'être dans ce schéma, à reprocher à mon partenaire des choses qu'au fond, je me reproche à moi-même, ou de l'accuser à tort de peurs inconscientes qui me mettent mal à l'aise.

qu'est-ce qui te pose réellement un problème avec ce qui se fume ?
l'apparence que ça donne ?
les effets que ça procure ?
sa légalité ?
c'est juste pour les femmes ou c'est pour les femmes et les hommes ?

tu sais qu'une très grande partie de la population consomme de l'herbe ou du shit, que ce soit festif, pour des raisons d'angoisses ou pour la santé, c'est très commun.
c'est juste qu'en france, ça n'est pas considéré comme légal, mais ça l'est dans plein d'autres pays.
au portugal par exemple, où je vis, quasiment tout le monde fume, ce qui m'a choquée quand je suis arrivée.
ça n'est pas légal, mais c'est tout à fait toléré et dans les mœurs des gens.
ce qui fait que personne n'a ce genre de cas de conscience.

personnellement, je ne fume pas, j'ai essayé mais ça m'endort, et ce qui m'endort ne m'intéresse pas (or, je devrais en profiter car je suis insomniaque, mais je n'ai pas envie).

que ce soit l'éducation ou les mœurs actuelles françaises, il est vrai que ce contrôle et cette panique que l'on nous inculque nous fait angoisser souvent pour des problèmes qui ne devraient pas avoir lieu d'être.

elle peut sans doute dormir sur ses deux oreilles car justement, elle connait (et elle te connait), c'est assez commun de fumer, ça ne la choque pas, ça n'est pas un problème pour elle, elle a un autre point de vue que toi.

si cela ne te plait pas moralement, pourquoi mets-tu cette chose dans ta vie alors ? vu que ni elle ni toi apparemment n'êtes fumeurs… on peut vivre sans, ça ne pose pas de problème.

quant à t'auto-convaincre de la quitter, c'est une fuite. ça ne résoudra pas tes problèmes.
tu as apparemment trouvé ta petite perle, pourquoi en changerais-tu ?
la vie de toute manière nous réserve tout un tas de souffrances, tu en sais quelque chose de ce que j'ai lu de toi, cette femme n'est pas une souffrance, elle est peut-être justement ce qui pourrait te permettre d'avancer sur ton chemin de questionnements.

ce que ton père aurait pu en penser, je suis sure qu'il aurait été content que tu t'épanouisse surtout, ne crois-tu pas ?
tu as dit qu'il était aimant et que vous étiez fusionnels, malgré sa rigidité, un père souhaite le bonheur de ses enfants dans la majorité des cas.

et puis, en ce qui concerne le bien et le mal, c'est humain, même si ça n'est pas toujours appelé ainsi.
on va vers ce qui nous fait du bien et on s'éloigne du mal… ces notions sont personnelles en fonctions de nos expériences, tout est relatif.

courage runny, fumer n'est pas quelque chose de si grave, tu as le choix. :offre:

Runny
Messages : 4
Enregistré le : mardi 23 octobre 2018 23:39

Troubles anxieux, conjoint, drogue.

Message par Runny » lundi 05 novembre 2018 8:38

Bonjour Chak,
Merci de passer tout ce temps à me répondre. J en ai encore reparlé avec elle. Elle m a redit, de rester dans le factuel, de ne pas tourner des scénarios. Elle m a dit qu elle a toujours été telle que je la connais. Elle m a dit qu elle s en fou, complétement de l herbe, qu elle a fumé au max 20 pétards dans sa vie, chez des amis, que ce n est pas un problème pour elle, qu elle n est ni pour ni contre, que jamais elle ne m aidera à en acheter car c est un psychotrope.

Je pense avoir peur du comportement qu elle pourrait avoir par rapport aux garçons. Elle m a dit que alcool ou herbe, elle est toujours dans le contrôle, que le terme "défoncée" pour elle veut dire bien, détendue, pas plus. J ai vu des nanas ayant fume être ailleurs et des garçons en profiter malheureusement, c est peut être ça qui me fait peur. J ai effectivement une certaine jalousie de son insouciance. Elle me dis qu elle ne l ai pas du tout mais a appris avec la vie à faire la pars des choses, à ne pas se laisser polluer par des choses pas importantes. Je travaille avec un psy, sur ma vision du bien et du mal, de mon idéalisation de la femme. On est parti une semaine en vacances, j ai un peu yoyote sur ça et dans ces moments je suis distant et froid, elle l a remarqué. Elle m a dit je t en prie, arrête de tourner des films, et voit moi comme je suis, et comme je l ai toujours été.

Avatar du membre
chak
Membre d'honneur
Messages : 4649
Enregistré le : vendredi 07 décembre 2012 4:50
Localisation : portugal

Troubles anxieux, conjoint, drogue.

Message par chak » samedi 17 novembre 2018 5:28

bonjour runny :chap:
quelles sont les nouvelles ?
est-ce que tu vas un peu mieux ?
est-ce que tu arrives un peu à relativiser avec ton amie ?
as-tu l'impression que le travail que vous faites avec le psy t'aide ?
je crois qu'à un moment, dans une relation de couple, il faut prendre un peu de distance avec soi-même, avec nos expériences négatives, avancer et faire confiance à l'autre surtout.
on est tous différents, et si elle te dit avoir le contrôle sur ces choses-là, il faut la croire, il faut que tu lui fasses confiance.
si tu es dans la comparaison sans arrêt, au bout d'un moment, ça peut devenir blessant, tu comprends ?
si elle te comparait sans arrêt avec une personne qu'elle connait en qui elle n'aurait pas confiance, et qu'elle te parlait tout le temps de quelque chose que tu maitrises, mais comme si tu ne le maitrisais pas du tout, toi aussi tu aurais du mal à supporter, n'est-ce pas ?
des fois, inverser la situation peut aider…
courage runny, à bientôt :bye: :sun:

Runny
Messages : 4
Enregistré le : mardi 23 octobre 2018 23:39

Troubles anxieux, conjoint, drogue.

Message par Runny » lundi 19 novembre 2018 15:11

Bonjour Chak,

j'ai décidé avec le toubib de prendre 6 mois d'effexor pour diminuer l'anxiété.
J'essaie d'éviter le sujet de la drogue avec elle car ses réponses ne me rassurent pas quoiqu'elle dise.

Quand elle sort avec des copines, je me force à rien lui demander mais parfois ça m'échappe et je lui demande si elle
a fumé et la réponse est toujours "non, je n'en ai pas et mes copines ne fument pas".

Les inquiétudes sont moins fortes avec l'AD mais toutes conversations sur les sorties, les fêtes sont toujours un peu anxiogène pour moi.
Je suis plutôt fêtard mais forcément mais excès ne m’inquiètent pas alors que ses excès potentiels m’inquiéterait.
Ce n'est pas très égalitaire tout ça j'en suis conscient. De toute façon, rien ne l'inquiète sauf les questions d'amour ou de fidélité.

M’inquiéter pour elle me fatigue et parfois je me demande si je n'ai pas envie de mettre fin à la relation, tout en me disant que ce serait dommage et très dur puisqu'elle me plait beaucoup. Mais elle prend trop de place dans ma tête à mon goût.

Une autre chose très difficile pour moi, que je n'avais pas abordé dans le sujet, c'est que lorsque l'on s'est rencontré elle m'a avoué avoir pratiqué
des clubs échangistes (relation entre deux couples, une femme a une relation avec le mari de l'autre femme, ou bien les 2 femmes) lorsqu'elle avait 20 ans. d'après elle, son ami de l'époque a réussi à la convaincre alors qu'elle ne voulait pas, en y allant très progressivement, d'abord des discussions puis des relations au final. Elle m'a dit ce n'est pas mon truc mais que ça lui a servi de thérapie car elle n'était pas à l'aise avec la sexualité, elle avait "peur" des hommes et les jugeaient très irrespectueux, pervers, etc ....


Bien sûr c'est incompréhensible pour moi et cela me dépasse complètement. Elle a dit au contraire; ils étaient très doux et respectueux. je n'en ai rencontré que 2 hommes et 3 femmes. C'était il y a 30 ans. J'ai également beaucoup de mal à digérer ce truc de son passé. Elle assume complètement.

Au final deux choses qui me choquent énormément et qui ne correspondent pas à la femme que je fréquente.

Je me donne quelques mois encore pour digérer .... sinon je romprai.

Voilà voilà, pas simple tout ça. C'est chiant de prendre les choses à cœur et d'être hypersensible. Soit disant que ça n'avais pas choqué ses ex conjoints, voir que ça les avaient excités. On n'est pas tous pareil.

A bientôt de te lire.
Merci pour on message.


Répondre
  • Sujets similaires
    Réponses
    Vues
    Dernier message