Evaluation du taux d'invalidité pour une mise en retraite invalidité (Fonction publique)

Vos relations avec la Sécurité Sociale et les autres organismes de santé.
La Dépression dans le monde du travail et des études.
Règles du forum

:fle: Avant d'ouvrir un nouveau sujet dans cette partie du forum, pensez à utiliser Les moteurs de recherche du forum.
:fle: Un point bleu s’affiche devant les messages sans réponse Image
Répondre
Java
Messages : 97
Enregistré le : samedi 04 juin 2016 13:18

Evaluation du taux d'invalidité pour une mise en retraite invalidité (Fonction publique)

Message par Java » jeudi 12 octobre 2017 15:03

Bonjour, d’abord pourquoi n’avez vous aucune ressor e ? Même en congé d’office il y a en général un demi salaire versé soit par l’administration soit par votre mutuelle (en avez vous une qui fait prévoyance ? Je l’espere pour vous). Sinon le taux d’invalimite ne joue pas sur le montant de la retraite sauf si vous avez un taux élevé qui vous garantit 50% de votre dernier traitement .
Pour vous le calcul sera fait comme pour une retraite classique :( nombre d’annuités / 41,5 ) X 75% X traitement indiciaire brut des 6 mois avant l’arret maladie.
Si vous avez vos annuités ou presque (41 ans et demi aujourd’hui) vous toucherez quasiment une retraite à taux plein normale. Tout dépend de votre âge et de votre date d’entree dans la FP. Sinon c’est proportionnel aux années passées dans la FP et ça peut être peu. Dans mon cas (les chiffres sont arrondis en gros) :
Dernier traitement indiciaire brut (agrégée 9o échelon) 3500€
17 annuités (hélas mes années dans le privé ne comptent pas....)
3500 X 0,75 X 18/41,5 = 1070€ bruts soit 980€ nets par mois.
La MGEN complète à hauteur de 50% de 3500 soit 1750 - 980 = 770€ donc au total je touche 980 + 770 .
D’ou l’interet de la mutuelle/prévoyance qui complète en général à hauteur de 50% du dernier traitement (hors primes).
). N’hesitez pas pour d’autres infos si je peux répondre ! Françoise


helpme
Messages : 14
Enregistré le : jeudi 25 juin 2015 14:36

Evaluation du taux d'invalidité pour une mise en retraite invalidité (Fonction publique)

Message par helpme » jeudi 12 octobre 2017 16:34

Bonjour

Je viens de lire vos derniers posts.

Alors, ma retraite normale de prof d'école après 15 ans d'institutrice (donc catégorie active) est bien prévue normalement à 57 ans car je suis née en 1963.

Je partirai finalement en septembre 2018 à 55 ans en retraite pour invalidité...si je l'obtiens!

En novembre,2017, je fais partir un très lourd dossier Mdph pour tenter d'obtenir le 80% afin d'avoir au moins une demi-part l'an prochain car mon fils attaque 14 ans d'étude de psychiatre...si si !... enfin.... s'il réussit sa première année !!!!

Niveau sous sous ça va être l'horreur ! J'espère que la bourse sera importante..

En janvier 2018, je lance avec ma dernière prolongation de CLD à demi-traitement ma demande de retraite pour invalidité pour septembre 2018...

Et....Je croise les doigts pour l'expertise qui fixera mon incapacité de travail ! J'ai trouvé tous les baremes. Ça va être très compliqué en raison de mes nombreuses pathologies...

J'ai appris que mon dossier Mdph n'aura pas d'impact car trop tardif mais je ne peux pas m'empêcher de penser que laisser "traîner" dans mon dossier de retraite une reconnaissance à 80% aura tout de même une influence sur leur décision. C'est assez subjectif...

Voilà tout ce qui est prévu...

Si en lisant cette programmation, l'un de vous constate que je suis dans l'erreur pour quelque-chose, merci de me le dire. C'est très important pour moi, bien sûr.

Voilà, tout conseil étant bon à prendre, j'attends de vous lire avec plaisir !

Bonne soirée à tous !

helpme
Messages : 14
Enregistré le : jeudi 25 juin 2015 14:36

Evaluation du taux d'invalidité pour une mise en retraite invalidité (Fonction publique)

Message par helpme » dimanche 15 octobre 2017 11:36

Bonjour :smile2:
Personne ne passe par là pour valider mon processus?
Java ou Bennou...?
Juste pour savoir si je ne me plante pas....
Cordialement
Bon week-end à tous :bye:

Java
Messages : 97
Enregistré le : samedi 04 juin 2016 13:18

Evaluation du taux d'invalidité pour une mise en retraite invalidité (Fonction publique)

Message par Java » dimanche 15 octobre 2017 11:52

Bonjour, le seule inconnue est ton taux d’incapacité en fait ? Mais ça ne jouera pas sur ta retraite juste sur la demi part fiscale . Pour le reste je ne vois pas où sont tes interrogations ? Peux tu préciser ?
Bon dimanche !

helpme
Messages : 14
Enregistré le : jeudi 25 juin 2015 14:36

Evaluation du taux d'invalidité pour une mise en retraite invalidité (Fonction publique)

Message par helpme » dimanche 15 octobre 2017 12:07

Merci de me répondre aussi vite.

Mon interrogation porte sur le processus:
1. Mdph tardive
2. Demande de retraite pour invalidité

- Vont ils regarder les résultats Mdph en traitant mon dossier de retraite même si c'est tout frais ? ( j'ai vu qu'il y avait un délai à respecter pour que la reconnaissance Mdph soit prise en compte pour la retraite)

- Est ce que je peux envoyer ces résultats pendant les mois d'instruction de ma retraite car peut-être que je ne les aurai pas encore lors de ma demande ?

- J'ai vu qu'il fallait demander sa retraite un an avant. D'autres infos me donnent 6 mois. Je pensais envoyer ma demande début janvier, soit deux mois avant ma dernière demande de prolongation de 6 mois comme d'habitude. En même temps que ma demande des 6 derniers mois de mars à septembre, le doc veut demander cette retraite pour invalidité à l'issu de la dernière prolongation pour que je ne me retrouve pas sans traitement en septembre au moment où mon fils entrera en fac et où je devrai dépenser beaucoup. Effectivement, plusieurs collègues n'ont même pas eu le demi-traitement et même si je l'avais, il ne serait plus complété et ce serait la cata !

Ma demande partirait donc 8 mois avant ma date de mise en retraite car pendant les deux mois d'été, le service des retraites de Guerande et le Ministère de l'éducation nationale ne traitent rien. Les bureaux sont vides...J'en ai fait l'expérience l'an dernier...

Voilà. J'espère que mes questions sont plus claires.

Si vous pouvez tenter d'y répondre ce serait top ! Un grand merci du bord de mer très ensoleillé...

Eleanor
Messages : 1
Enregistré le : lundi 13 novembre 2017 10:59

Evaluation du taux d'invalidité pour une mise en retraite invalidité (Fonction publique)

Message par Eleanor » lundi 13 novembre 2017 21:05

Bonjour je vais passer devant le comité médical pour une mise en retraite pour invalidité. J ai été expertisée et mon taux préexistant est de 20% à la titularisation et 70% à la radiation des cadres. Si j ai bien compris je ne ai plus que 56%d invalidité étant donné que j avais une pathologie préexistante. À votre avis la commission de réforme peut elle arrondir à 60% d invalidité lorsque mon dossier sera soumis afin de avoir la moitié de mon salaire.

Java
Messages : 97
Enregistré le : samedi 04 juin 2016 13:18

Evaluation du taux d'invalidité pour une mise en retraite invalidité (Fonction publique)

Message par Java » lundi 13 novembre 2017 21:16

Je ne peux pas vous dire. Êtes vous syndiqué ? Car les syndicats défendent leurs adhérents ...

Avatar du membre
Marily
Messages : 42
Enregistré le : samedi 25 octobre 2014 15:53

Evaluation du taux d'invalidité pour une mise en retraite invalidité (Fonction publique)

Message par Marily » mardi 13 novembre 2018 21:50

Bonsoir, je suis en panique. J’ai eu 2 entretiens à la DRH du rectorat à un mois d’intervalle. Le dernier était la semaine passée. Je suis sortie très mal suite à la confrontation avec l’inspectrice. 8 jours plus tard mon état psychologique ne fait que s’aggraver. Aujourd’hui on m’a conduit chez le médecin qui m’a fait un accident de service suite à cet entretien. Est-ce que le délai passera? La Drh m’a dit à 2 reprises qu’il voulait saisir le CM pour une inaptitude à toutes fonctions.
Je suis complètement dépassée par toutes ces démarches, est-ce que quelqu’un pourrait m’aider à y voir plus clair?
Merci 🙏

Java
Messages : 97
Enregistré le : samedi 04 juin 2016 13:18

Evaluation du taux d'invalidité pour une mise en retraite invalidité (Fonction publique)

Message par Java » mardi 13 novembre 2018 21:56

Bonjour, je crois que tu as déjà fait le point sur la question, non ? Visiblement on va te pousser vers une retraite pour invalidité. As tu des éléments pour contester ? As tu demande un reclassement ?

Ella75
Messages : 211
Enregistré le : mercredi 16 avril 2014 16:57
Localisation : Paris

Evaluation du taux d'invalidité pour une mise en retraite invalidité (Fonction publique)

Message par Ella75 » mardi 13 novembre 2018 22:39

Bonjour Marily,

Je suis désolée d'intervenir sans réponse à te proposer.

Je suis très étonnée que ce soit une inspectrice qui convoque pour entretenir de ce genre de chose. Est-ce bien légal ? Si tu es malade, comment se fait-il que cela ne soit pas le médecin du Rectorat, il me semble plus compétent et habilité à traiter de ce genre de question.

Je suis en fait effrayée par ce que tu rapportes si je le rapporte à mon cas.

Toi, qu'est- ce que tu souhaiterais ?

As-tu le soutien d'n syndicat ?

PS. J'ai vu que tu avais raconté tes soucis en 2013, mais n'ai pas trouvé de récit plus récent expliquant l'évolution de ta situation.

Ne te laisse pas faire, prends des appuis, toutes mes pensées

Avatar du membre
Marily
Messages : 42
Enregistré le : samedi 25 octobre 2014 15:53

Evaluation du taux d'invalidité pour une mise en retraite invalidité (Fonction publique)

Message par Marily » mercredi 14 novembre 2018 0:55

Re bonsoir,

Merci pour vos retour, on se sent moins seule. Oui j'ai le même syndicat depuis le départ mais ils sont aussi souvent perdu que moi!
Ce que je souhaiterai c'est pouvoir faire reconnaitre mon état de santé actuel en accident de service ou maladie pro
imputable au service suite à ce dernier entretien, j'aurai besoin aussi de conseil sur la formulation motif de l'accident de travail. Si l'administration saisi demain de Comité médical je ne pourrai plus le faire.
Je n'étais plus en mesure de rentrer chez moi, je réside à 3h de mon ancien lieu de travail alors je n'ai pu voir que mon ancienne médecin généraliste tout à l'heure. Est-ce que mon médecin pourra prendre la suite? La semaine passée 2 jours après l'entretien nous nous sommes entretenus au téléphone, peut-être qu'il faudrait que je lui fasse notifier par rapport à cette histoire de délai?
Tout à l'heure le médecin m'a parlé de maladie pro mais ce qui me pose problème dans la déclaration éventuelle d'une maladie pro c'est ce paragraphe car j'ai déjà été en congé longue durée. D’abord en congé de maladie de maladie ordinaire, j’ai été en congé longue maladie du 23/02/2007 au 22/02/2008. Mon état de santé ne me permettant pas de reprendre mon activité j’ai été placé en congé longue durée du 23/02/2008 au 22/02/2012 (j'aurai déjà du déclarer mon état de santé en maladie professionnelle à l'époque!). Ensuite 2 années en dispo d'office car à chaque fois que j'ai voulu reprendre la 'collègue' en question question s'y opposait!

Si vous êtes agent titulaire ou stagiaire, aucun délai ne peut vous être opposé pour demander qu’une maladie contractée ou aggravée en service soit reconnue imputable.
Toutefois si la demande concerne une maladie ouvrant droit au congé de longue durée (tuberculose, maladie mentale, affection cancéreuse, poliomyélite ou déficit immunitaire grave et acquis), la demande doit être présentée dans les quatre ans qui suivent la première constatation médicale de la maladie.

À noter que je n'ai pas besoin d'arrêt de travail car depuis la rentrée je n'ai pas d'affectation!
Aussi aux 2 derniers entretiens avec la DRH j'étais accompagné du syndicat et en principe je vais pouvoir être soutenue par un avocat.

Sinon pour la suite de l'histoire..
Suite à ma titularisation, j'avais signalé à plusieurs reprises au dispositif des ressources humaines que je rencontrais des problèmes face à cette collègue. 'La collègue' refusait catégoriquement de m'accepter dans l'équipe.

Tout au long de ces années passées malgré tout les reproches, humiliations reçus, mes rapports d’inspections ont toujours été positifs.

J’ai dénoncé à plusieurs reprises aux inspecteurs, médecin de la prévention, dispositif de ressources humaines mais rien à été fait pour régler le problème. Je me sentais trop seule face à cette situation. On me faisait comprendre que je devais accepter cette situation car l’équipe en place ne pouvait pas être remise en question.

Quelques extraits des CR que je rédige actuellement.
de 2014 à 2015 : j'ai repris mon poste
Vu les nombreuses évolutions techniques dans la discipline etc. l’inspecteur en charge de ma spécialité à souhaité (malgré mon avis négatif et celui du chef d’établissement) nommer 'la collègue' qui me posait problème comme tutrice pour cette réintégration.
Cette situation est devenue très rapidement insoutenable.

Je fais suite à l’information que je vous ai tenu oralement sur les faits qui se sont déroulés en décembre dernier.
Comme je vous l’avais précisé lors de nos différents entretiens mes craintes de l’acceptation de mon retour vis à vis d’une partie de l’équipe pédagogique se sont avérées. Quelques heures plus tard après ces crises, elle a fini par me dire qu’elle avait contacté et ne souhaitait plus continuer l’accompagnement.
J'étais d’ailleurs qu’elle ait accepté cette mission, et pouvoir me former objectivement alors qu’elle est en partie à l’origine de l’état de santé défaillant auquel j’ai été confrontée ces dernières années.
Les choses n’ont pas changé et dès le début, cette dernière n’a eu de cesse de me compliquer la tâche en refusant de me transmettre tout ce qui est utile à mon activité mais aussi, elle s’est ingéniée à rendre toute l’équipe hostile à ma présence.
Je vous ai d’ailleurs alerté sur le comportement de cette personne et les incidences que cela engendrait sur mon activité.
Les faits sont réels, les propos sont méprisants, voire violents et surtout mensongers à mon égard. J’ai jugé utile d’ailleurs d’enregistrer certains tellement cela était injuste.
Je me rends compte que cela était voué à l’échec dès le départ :
- on me demande de participer à des cours avec un enseignant non-titulaire qui risque de perdre sa place suite à mon retour. Mercredi dernier, il m’a demandé de trouver un poste ailleurs etc.

Septembre 2016 à décembre 2017 : la situation insoutenabe entraînera finalement mon déplacement à 3h de mon domicile. Le 31 août il m’a été demandé de me rendre pour le 1er septembre..
J'ai intégré sous la responsabilité pédagogique du coordonnateur, le dispositif ULIS car il y avait des ouvertures de postes de coordonnateurs dans ce secteur. J'ai suivie la formation du 2 CA-SH mais il m'a été impossible de présenter ma certification en accord avec ma directrice de mémoire en raison du trop peu nombre d'heures de pratique pour présenter le travail de mémoire. Fin septembre 2016, j’ai pu être reçue par l'inspectrice ASH et j’ai appris avec stupéfaction que les postes de coordonnateur ne seraient pas ouverts aux enseignants du 2 degré mais réservés au personnel du 1er degré; j’étais déconcerté d'apprendre cela… donc depuis décembre dernier, je suis en attente d'un nouveau poste. J'aurai aimé poursuivre le travail entrepris avec les élèves du dispositif jusqu'à la fin de l'année scolaire mais on ne m'en a pas donné la possibilité.
En l’absence d’une affectation définitive, je dois conserver mon logement actuel. En raison d’un coût de la vie élevée je devrais continuer à vivre dans mon van!

Octobre 2017 : entretien le 2 à la DRH contrairement à ce qui m’avait été confirmé par l’inspection académique de l’Ain, cette année un poste de coordonnateur ULIS (Unité locale pour l’inclusion scolaire) a été ouvert au personnel du second degré. J’en ai eu connaissance après la fermeture de ce mouvement particulier. La DRH m’a recommandé de ne pas poursuivre ce projet et m’a évoqué la possibilité une reconversion en Arts Plastiques.

Février 2018 : entretien le 5 à la DRH et de l'inspectrice pour me proposer une reconversion en Arts-Plastiques que j’accepte immédiatement malgré le fait que je n’avais qu’une journée pour préparer mes cours.
J’étais très motivée par cette nouvelle affectation et j’ai énormément travaillé pour préparer mes séquences (voir courrier ci dessous) maisl'insectrice est venu me rendre visite en mars et m’a complètement démotivée.

Octobre 2018 : entretien le 2 à la DRH


Madame,


Par ce courrier, je tiens à réaffirmer mon intérêt pour ma reconversion dans les Arts Plastiques.

Lors de l’entretien d'octobre, ma motivation avait été mise en doute alors que dès ma prise de fonction, j’ai initiée, entre autres, des actions comme :
reprise plus assidue de la pratique artistique bien que je ne l’avais pas complètement abandonnée après avoir été acceptée en classe de préparation d’arts,
des achats d’ouvrages sur l’histoire de l’art, sur celui contemporain,
je collecte tout ce qui pourrait me servir pour cette matière,
j’avais projeté de créer un blog des réalisations des élèves, participer à des concours, en associant une autre collègue. Je participe à un groupe d’entraide d’enseignants sur les Arts Plastiques, j’ai rencontré des enseignants durant les vacances scolaires.

Je pense qu’il faut me laisser un peu de temps et permettre à l'inspectrice d’apprécier réellement mon travail, même si cela doit se faire sur des postes de remplacement.

Vous m’avez convoqué le lundi début novembre en présence à la DRH avec l'inspectrice pour faire le point sur ma situation professionnelle.

En octobre dernier, j’avais découvert le rapport de visite, l'inspectrice prétend que je n’aurais pas fait preuve d’un esprit de motivation et de coopération suffisant dans cette démarche de reconversion.

Aujourd’hui, je m’interroge sur ce rapport, sachant que la visite de l’inspectrice est venu pour la 5ème séance de cours avec cette classe et n’a été présente que pour le dernier 1/4h mais il est vrai que nous sommes loin de tout... Elle a utilisée ce court temps pour s’en prendre essentiellement aux élèves, à mes conditions de travail (salle de classe inadaptée, matériel insuffisant), mais n’a ni examiné les cours que j’avais préparés, ni les travaux des élèves, ni même les document qu’elle avait demandés. Le dialogue était très difficile et elle était vraiment très perturbée par le fait que j’accepte de travailler dans ces conditions là. Elle est allée ensuite s'entretenir avec le chef d’établissement. Suite à cette désastreuse visite qui m’a complètement bouleversée, j’ai demandé une entrevue avec le chef d’établissement, qui ne m’a pas été accordée. Il semblerait que ce dernier ait émis un avis négatif sur cette reconversion prétextant que mon tutorat avec M. X et les élèves de l’ULIS (unité d’intégration pour l’inclusion scolaire) se soit mal passé. Je n’en ai jamais eu connaissance!
Ma 'tutrice', enseignante, aurait également rédigé un rapport dont je n’ai à ce jour toujours pas connaissance...
Une inspection devait avoir lieu fin mai mais pour des raisons médicales (aphonie psychogène) elle n’a pu se tenir. J’avais transmis en temps et en heure mes certificats d’arrêts de travail, pourtant l'inspectrice me reproche de s’être déplacée pour rien.

Compte tenu de la charge de travail d’un enseignant, le tutorat n’est pas facile à mettre en œuve. Celui-ci était loin d’être parfait. Ma 'tutrice' manquait de disponibilité ce qui limitait la réactivité. Aucun plan de travail n’a pu être établi et je n’ai jamais eu de retour écrit. Une seule fois, j’ai pu assister à ses cours. Une aide importante aurait été, par exemple de me transmettre des séquences type à m’approprier. En complément, j’ai demandé l’aide et rencontré d’autres enseignants, y compris durant les vacances scolaires.
Ma tutrice ne m’a jamais fait de retour négatif sur mes préparations et ma conduite de classe.

Suite aux mises en doute de mon implication ou de mes actions lors de ces entretiens, mon état de santé n’a fait que s’aggraver. J’ai été informé par sms le jour de la pré-rentrée que je devais vider mon armoire pour faire place à ma remplacante.
Je tiens à rappeller que ma situation actuelle est le résultat d’une gestion insuffisante de l’administration, des problèmes rencontrés dans mes précédents postes notamment du rejet puis et des attaques que j’ai subi dans un premier temps au Lycée et ce malgré mes nombreux courriers et appels à l’aide restés sans réponse.
Aujourd’hui je suis épuisée de n’avoir aucune stabilité professionnelle. Je me retrouve à nouveau sans affectation, alors que j’aurai souhaité poursuivre ce projet d’Arts Plastiques.

Lors des 2 derniers entretiens ma première idée de reconversion était d’être formée comme professeur d’EPS car j’ai un tronc commun d’éducateur sportif.
Enfin, j’ai été contrainte de quitter le Lycée alors que j’étais titulaire. J’ai dû m’installerà 3h d'ou j'étais installée depuis 15 ans, j’aimerai maintenant y rester.

Voilà je suis complètement épuisée, désemparée et terriblement seule face à tout cela.

Ella75
Messages : 211
Enregistré le : mercredi 16 avril 2014 16:57
Localisation : Paris

Evaluation du taux d'invalidité pour une mise en retraite invalidité (Fonction publique)

Message par Ella75 » mercredi 14 novembre 2018 6:24

Marily,

Je te réponds en vitesse.

Je pense que tu dois trouver un autre syndicat et sans doute prendre un avocat avec compétences en droit administratif.
Tu as besoin d'être défendue solidement. Il te faut de l'aide sur place.

Demande à ce que tout ce qu'i t'est dit te soit communiqué par écrit.

Je t'envoie tout mon courage.

Java
Messages : 97
Enregistré le : samedi 04 juin 2016 13:18

Evaluation du taux d'invalidité pour une mise en retraite invalidité (Fonction publique)

Message par Java » mercredi 14 novembre 2018 9:02

Bonjour, effectivement il te faudrait un avocat spécialisé en droit administratif (ça a un coût évidemment). Pour la maladie pro je pense que tu es hors délais vu le texte que tu cites. Ta situation est très difficile, surtout face à une administration si bureaucratique . Bon courage.


Répondre
  • Sujets similaires
    Réponses
    Vues
    Dernier message