Avez-vous vécu avec des proches alcooliques ?

Règles du forum

:fle: Avant d'ouvrir un nouveau sujet dans cette partie du forum, pensez à utiliser Les moteurs de recherche du forum.
:fle: Un point bleu s’affiche devant les messages sans réponse Image
Répondre
Avatar du membre
Antonio
Tony Montana
Messages : 5309
Enregistré le : mercredi 10 avril 2019 7:48

Avez-vous vécu avec des proches alcooliques ?

Message par Antonio »

Salut. Je ne suis pas du tout concerné par le sujet, mes parents n'ayant jamais été alcooliques, ni aucun membre de ma famille, mais ma copine m'avait fortement conseillé d'écouter le témoignage de Thierry Beccaros. Je n'avais jamais entendu parler de cette personne, qui présentait Motus d'après ce que je vois sur Wikipédia, et qui a joué dans des théâtres et des films.

Je suis une personne relativement peu sensible, mais je dois avouer que c'était extrêmement touchant, pour ne pas dire déchirant.



Lors de mes dernières vacances au Portugal, j'ai rencontré deux sœurs que mon père connaissait (ils vivaient dans le même village), et il m'a expliqué que le père de ces deux sœurs était alcoolique. Il rentrait tard dans la nuit et se mettait à frapper sa femme et ses filles sans aucune raison. Elles avaient tellement peur qu'elles fuyaient dans la rue en attendant qu'il s'endorme.

Je sais que ce sujet peut être délicat à aborder, mais avez-vous connu ce genre de choses, de près ou de loin ?

Peut-on pardonner un alcoolique qui exécute de telles violences envers sa famille ?

Merci à ceux qui participeront.
Avatar du membre
poussière
Messages : 5746
Enregistré le : lundi 27 novembre 2017 5:10

Avez-vous vécu avec des proches alcooliques ?

Message par poussière »

Je me rappel de son témoignage poignant (donné pour kombini, il me semble).

Pour répondre à la question de l'intitulé, je dirais: oui, plus ou moins.
Et oui, on peut pardonner.
Toutefois, avant de penser à pardonner, il est important de commencer à se construire.
Détachement

Avez-vous vécu avec des proches alcooliques ?

Message par Détachement »

Antonio a écrit : dimanche 30 juin 2019 13:12
Peut-on pardonner un alcoolique qui exécute de telles violences envers sa famille ?
Je ne peux pas répondre par un témoignage car le père n'était pas ce qu'on pourrait appeler un alcoolique.
Mais je pense qu'il ne faut pas faire d'amalgame entre expliquer et pardonner.
La seule personne qu'il faudra pardonner, si on veut vivre - et si culpabilité il y a - c'est soi-même.

À mon avis, tu n'obtiendras que des réponses différentes à cette question, Antonio.
Avatar du membre
Antonio
Tony Montana
Messages : 5309
Enregistré le : mercredi 10 avril 2019 7:48

Avez-vous vécu avec des proches alcooliques ?

Message par Antonio »

C'est la diversité des réponses qui fait la richesse de cette question délicate.

Je vous remercie pour votre participation :jap:
Avatar du membre
clémentine
Messages : 666
Enregistré le : dimanche 08 avril 2012 17:41

Avez-vous vécu avec des proches alcooliques ?

Message par clémentine »

Il y a un problème de dépendance affective et de co-dépendance avec le problème d'alcool. Vous sentez vous concerné ?

:menage:
Avatar du membre
fripouille40
Messages : 12
Enregistré le : samedi 25 mars 2017 11:10

Avez-vous vécu avec des proches alcooliques ?

Message par fripouille40 »

Bonjour,
ma mère était alcoolique. Je l'ai toujours connu comme ça depuis toute petite. Je pense qu'elle était dépressive aussi et qu'elle noyait son mal être dans l'alcool. Elle m'a fait vivre un enfer jusqu'à mes 22 ans. Elle buvait devant mes copines, tenait des propos incohérents, elle avait des accidents de voiture, se présentait au boulot complètement saoule. Une fois, elle m'avait oublié à l'aéroport. Elle est arrivée 2 h après complètement ivre et presque incapable de conduire.Elle ne m'a jamais donné d'affection empêtrée dans ses propres problèmes. J'aurais dû demander de l'aide mais dans ma famille, le sujet était tabou. Et puis, je ne voulais pas me retrouver dans une famille d'accueil. Plusieurs fois, j'ai voulu partir, mais pour aller où ? Mon père, nous ayant abandonnés, je n'avais personne vers qui me tourner. Et puis, quand j'ai eu 22 ans, elle est morte d'un cancer de l'oesophage ( typique de l'abus d'alcool).
Mon cauchemar a pris fin mais s'en est suivi de longues années d'errances pour moi. Je faisais dépression sur dépression. Car malgré tout, j'aimais ma mère. Je sais que ma tendance dépressive vient d'elle et c'est pour ça que je prends des antidépresseurs. Mais elle ne m'a pas complètement abîmé : j'ai fondé une famille avec un mari qui m'aime et 2 enfants adorables, et surtout je ne bois pas. Je sais qu'elle me hante encore et qu'on ne peut pas oublier le passé mais je me focalise sur le présent et sur mes enfants, c'est ce qui m'aide à tenir. Alors si vous avez un proche alcoolique, demandez de l'aide. Vous n'y arriverez pas tout seul, surtout si la personne ne se considère pas comme alcoolique et c'est souvent le cas.
Avatar du membre
clémentine
Messages : 666
Enregistré le : dimanche 08 avril 2012 17:41

Avez-vous vécu avec des proches alcooliques ?

Message par clémentine »

Bonjour,

Je parle de personnes souffrant de maladie alcoolique, et non pas d'alcooliques, ça se soigne.
Personnellement, j'ai souffert d' autres addictions (tabagisme et cannabis) de la génération d'avant mes parents, mes 2 grands pères que je n'ai pas connu.
Un alcoolisme, son affect et ses multiples dépendances dont affective se répercute sur plusieurs générations.
Non, on ne s'en sort pas seul.
Avatar du membre
violet fluid
Messages : 240
Enregistré le : samedi 02 novembre 2019 20:39

Avez-vous vécu avec des proches alcooliques ?

Message par violet fluid »

Le pardon n'est pas une fin en soit si l'acte de faire le pardon ne sert que de vider le contenu du grenier de vieilles crasses.... si c'est juste pour un but égo d'alléger .... dans cette optique -> non. De toute manière, les véritables mauvaises personnes ne reconnaîtront aucune dette de pardon en rapport des actes commis ... Pervers narcissique et cie aiment manoeuvrer les fragilités des autres pour les instrumenter dans des plaisirs de finalités dégueulases..... Je pense que le pardon est inexorablement partie intégrale de son soi propre.... genre capacité de reconnaître [....] .....

Le pardon est binome avec hypocrisie puisque ce pardon demande [....] et à l'inverse renforce encore et encore un égo qui prends de la place (trop) niveau largeur et poids pour un résultat de régression et de ralentissement -->> à savoir la colère.... Donc pas d'excuse possible selon moi mais de tolérance oui !!! En soit le pardon est obsolète :bloque: et n'est pas sincère et ne reconstruit en rien .......
Avatar du membre
grenouille11
Messages : 717
Enregistré le : mardi 10 mars 2020 4:59

Avez-vous vécu avec des proches alcooliques ?

Message par grenouille11 »

Oui mon père était alcoolique et il tapait sa femme et ses enfants et jusqu' essayer d'assouvir ses envies sexuelles avec moi quand j'avais sept ans.


Mon grand frere, moi et ma petite soeur on est devenu alcoolique. Moi et mon fere on s'en est sorti mais la petite soeur pas encore. Elle continue de voir ce pere qui a tout devasté. Moi et mon frere on s'en est sorti mais la soeur elle est dans le deni et s'enfonce depuis des années.

Pardonner ?
Pardonner c'est comme cautionner ce comportement devastateur.
Mais ayant été alcoolique aussi et ayant fait du mal indirectement moi aussi à mon tour... Puis mon fils m'a pardonné.
J'ai aussi pardonné à mon père, mais qu'il reste hors de ma vie.

C'est pas facile parce que lui-même a été victime de sa mere alcoolique et a reproduis sur ses enfants. Il disait "j'ai été malheureux quand j'étais gosse, mes enfants le payeront". Et on a payé. A partir de là c'est pas pardonnable parce que c'est voulu, c'est en conscience et sans regrets.
Avatar du membre
grenouille11
Messages : 717
Enregistré le : mardi 10 mars 2020 4:59

Avez-vous vécu avec des proches alcooliques ?

Message par grenouille11 »

clémentine a écrit : vendredi 25 octobre 2019 15:20
Bonjour,

Je parle de personnes souffrant de maladie alcoolique, et non pas d'alcooliques, ça se soigne.
Personnellement, j'ai souffert d' autres addictions (tabagisme et cannabis) de la génération d'avant mes parents, mes 2 grands pères que je n'ai pas connu.
Un alcoolisme, son affect et ses multiples dépendances dont affective se répercute sur plusieurs générations.
Non, on ne s'en sort pas seul.
Je comprend pas tres bien... il y aurait des maladies alcooliques qui ne se soigneraient pas ?
Avatar du membre
eric51454
Messages : 2471
Enregistré le : dimanche 18 août 2019 19:44

Avez-vous vécu avec des proches alcooliques ?

Message par eric51454 »

Ma génitrice était alcoolique et c'est l'alcool qui parlait en elle.
Toute sa vie consistait à prendre sa dose.
J'ai été battu par ma Mère pendant mon sommeil....pour mes autres frères, nous en avons jamais parlé...et pour ma soeur, je ne pense pas.
Elle était mauvaise.
Son problème est que nous existions.
Il ne fallait pas rire, prier que personne n'ose téléphoner.
J'en passe et des meilleurs.
Réveillé chaque nuit aussi quand elle était incapable de sortir de la baignoire.....qui plus est nue.
Il fallait presque se cacher car la salle de bain comme les WC était sa propriété.
Elle refusait d'acheter un livre scolaire car cela coûtait cher.
Elle lavait ses vêtements mais c'était la croix et la bannière pour avoir ses propres vêtements propres( c'était pas souvent le cas).
Ouvrir le frigo faisait aussi parti de ses prérogatives.
Elle a réussi à se faire passée comme une femme battue dans le quartier ; en fait elle se vautrait comme une crêpe régulièrement.
Pour ses médocs, elle avait dit au médecin que son mari( mon père) ne lui donnait pas d'argent et donc elle buvait.
Elle a toujours géré l'argent du foyer jusqu'à être endetté.
Le summum fut son enterrement.
On faisait comme si ...morte si jeune.
...le foie a lâché.
Elle est dans un pot chez mon père derrière la photo du cadet.
Du moins, c'était il y a 7 ans.
Aujourd'hui je ne sais pas.
Un jour, je recevrais de ma soeur un coup de téléphone annonçant le décés de mon père.
Dans quels états seront mes frères?
Et comment dire à ma soeur que je ne veux pas y aller?
Tiendra-t-elle le coup?
Entre frères et soeur, nous n'avons pas de relations mais nous ne sommes pas fâchés: nous n'avons rien à nous dire si ce n'est ce passé dont on ne parle pas.
Chacun a fait sa vie comme il le pouvait.
Je n'ai pas vu la vidéo de Becarro; je ne veux pas la voir.
Répondre
  • Sujets similaires
    Réponses
    Vues
    Dernier message