Guide : La prise en charge d’un trouble dépressif Persistant

Règles du forum

:fle: Avant d'ouvrir un nouveau sujet dans cette partie du forum, pensez à utiliser Les moteurs de recherche du forum.
:fle: Un point bleu s’affiche devant les messages sans réponse Image
Répondre
Avatar du membre
Archaos
Fondateur/Administrateur
Messages : 17893
Enregistré le : mardi 06 juin 2006 21:20

Guide : La prise en charge d’un trouble dépressif Persistant

Message par Archaos »

Je mets ici un petit guide (qui vient de sortir) destiné aux personnes atteintes de trouble dépressif Persistant et prise en charge en Affection de longue durée.
Il peut être utile même si l'on ne se trouve pas en ALD.


Guide Affection de Longue Durée

La prise en charge d’un trouble dépressif récurrent ou persistant

Vivre avec avec un trouble dépressif

Septembre 2010


Pourquoi ce guide ?

Votre médecin traitant* vous a remis ce guide pour vous informer sur le « trouble
dépressif récurrent ou persistant », son traitement et son suivi, et faciliter le
dialogue. Vous y trouverez aussi des sources d’information complémentaires qui
peuvent vous être utiles pendant et après la maladie.
Il complète le guide adressé par votre organisme d’assurance maladie « La prise
en charge de votre affection de longue durée », qui explique la prise en charge
administrative et financière de la maladie. En lien avec l’équipe soignante, votre
médecin traitant a en effet établi un protocole de soins* qui vous permet d’être
remboursé à 100 %, sur la base du tarif de la Sécurité sociale, pour les soins en
rapport avec la maladie.

Qui est l’auteur de ce document ?

Ce guide a été rédigé par la Haute Autorité de Santé, autorité publique
indépendante à caractère scientifique, créée en 2004.
La Haute Autorité de Santé a pour mission de contribuer au renforcement de la
qualité des soins au bénéfice des patients et au maintien d’un système de santé
solidaire.
Elle assure notamment la promotion des bonnes pratiques et du bon usage des
soins auprès des professionnels de santé. C’est à ce titre qu’elle réalise ce guide
en coopération avec les professionnels de santé et les associations de patients
concernés.

Les troubles dépressifs en quelques lignes

Tristesse de l’humeur, perte d’intérêt pour toute activité et fatigue constituent les
manifestations principales des troubles dépressifs. Ces dérèglements de l’humeur
varient peu d’un jour sur l’autre et peuvent s’accompagner d’autres manifestations
telles que troubles de l’appétit, du sommeil, de la concentration, sentiments de
culpabilité, d’infériorité, voire idées de mort.
Ces troubles de l’humeur apparaissent soit sans raison apparente, soit en réaction à
un facteur déclenchant comme un événement marquant de la vie personnelle ou
professionnelle (une séparation, un deuil, un déménagement, une perte d’emploi ou
un bouleversement professionnel, etc).
Un épisode dépressif caractérisé dure 6 mois à un an. Si les troubles récidivent audelà
du premier épisode ou persistent on parle alors de troubles dépressifs
récurrents ou persistants, qui font l’objet de ce guide.
Ces formes plus sévères ne sont pas une fatalité car il existe des moyens d’améliorer
les symptômes d’un trouble persistant et des mesures de prévention de la récidive.


Mieux vivre avec des troubles dépressifs récurrents ou persistants

Il est important de :
  • -connaître et comprendre votre maladie et vos troubles ;
    -apprendre à reconnaître l’aggravation des signes et des symptômes ;
    -ne pas hésiter à parler d’éventuelles idées suicidaires avec votre médecin ou
    votre entourage ;
    -comprendre les bénéfices attendus des traitements médicamenteux et non
    médicamenteux ;
    -apprendre à reconnaître les effets indésirables liés aux différents traitements,
    notamment ceux qui doivent vous amener à consulter rapidement votre médecin ;
    -vous aider à vous adapter à votre environnement social et sensibiliser avec votre
    accord votre entourage aux contraintes de la maladie.
Pour la vie quotidienne

Les états dépressifs sévères entraînent un repli sur soi et une perte de certains
rythmes de vie, comme le sommeil ou les repas. Ces signes font partie de la
maladie et il est essentiel de les reconnaître et de les prendre en charge.
Aussi, n'hésitez pas à demander l'aide de votre médecin et de votre entourage, afin
de :
  • -retrouver une bonne hygiène de vie (rythmes réguliers de sommeil, des repas,
    d’activité physique, etc.) ;
    -éviter l’usage de l’alcool ou de drogues ;
    -adapter si nécessaire vos conditions de travail.
Comment être accompagné
  • -Votre médecin peut, avec votre accord et en votre présence si vous le souhaitez,
    informer votre famille ou votre entourage pour mieux vous aider et vous soutenir,
    et si nécessaire vous mettre en relation avec une assistante sociale.
    -Vous pouvez prendre contact avec des associations de patients ou de familles
    de patients et participer à des activités associatives.
Ces différentes mesures participent de l’éducation thérapeutique et visent à
améliorer votre vie au quotidien.

La prise en charge initiale des troubles dépressifs récurrents ou persistants

À quoi sert le bilan initial ?

Lors du diagnostic d’un trouble dépressif récurrent ou persistant, un bilan est
réalisé, afin :
  • -d’établir un point précis de votre maladie, avec votre aide et, si vous en êtes
    d’accord, celle de votre entourage ;
    -de rechercher d’autres maladies et tenir compte de leur traitement, ainsi que
    d’éventuelles complications ;
    -de discuter des traitements qui sont recommandés à votre cas et d’organiser
    votre suivi.
Selon les besoins, des examens complémentaires peuvent être prescrits tels que
prises de sang, test de grossesse, électrocardiogramme*, polysomnographie*.

Quels sont les professionnels de la santé qui vous prennent en charge ?

Votre médecin traitant* réalise ce bilan de santé puis coordonne votre prise en
charge. L’avis d’un psychiatre est recommandé. La prise en charge peut faire
intervenir d’autres soignants : médecins spécialistes, psychologues, infirmiers, etc.

Les intervenants sociaux et les associations de patients

Différents intervenants sociaux et médico-sociaux (assistants sociaux, aides à
domicile, éducateurs, animateurs, etc.) peuvent être aussi sollicités pour participer
à votre soutien.
Les associations de patients et de familles de patients peuvent vous apporter
information et soutien par l’écoute et l’échange d’expériences avec d’autres
personnes atteintes de troubles dépressifs récurrents ou persistants.


Le traitement et l’accompagnement des troubles dépressifs récurrents ou
persistants


À quoi servent les traitements ?

Les troubles dépressifs récurrents ou persistants sont améliorés par les
médicaments antidépresseurs. Comme tous les médicaments, ils peuvent
provoquer des effets indésirables et nécessitent un suivi particulier (prises de sang
régulières par exemple). Votre médecin choisit avec vous et adapte les doses des
médicaments en fonction de leurs effets bénéfiques ou indésirables. Il vous précise
les signes qui doivent vous alerter et vous conduire à consulter.
Le traitement non médicamenteux peut comporter une éducation thérapeutique,
une psychothérapie* (psychothérapie de soutien, analytique, comportementale et
cognitive, familiale) ou toute autre forme de prise en charge psychologique à
convenir avec votre médecin.
Parfois une hospitalisation en milieu psychiatrique, y compris en urgence, est
nécessaire pour l’ajustement du traitement ou pour vous protéger en cas
d’aggravation des troubles, comme l’apparition d’idées suicidaires.
Votre médecin vous informe sur la durée probable de traitement. Par la suite, il
réévalue périodiquement votre prise en charge.

Le suivi des troubles dépressifs récurrents ou persistants

Le suivi consiste à :
  • -vérifier avec votre médecin que le traitement est bien adapté, et à le modifier si
    nécessaire : ajustement des doses, changement de médicament ;
    -effectuer les examens médicaux de surveillance nécessaires ;
    -être attentif aux éventuels effets indésirables de vos médicaments et les
    - évoquer avec votre médecin traitant certains événements de vie tels qu’une
    grossesse, une opération prévue, etc. Il adaptera votre traitement.

Quelles sont les complications et répercussions des troubles dépressifs
récurrents ou persistants ?


Les troubles dépressifs sévères augmentent le risque suicidaire : idées noires
accompagnées dans certains cas de tentative de suicide. La maladie peut aussi
conduire à l’absorption d’alcool et de drogues (cannabis, etc.).
La maladie conduit toujours à un isolement pouvant entraîner un éloignement,
voire une rupture avec votre famille (repli sur soi, rejet, conflits conjugaux, divorce),
votre entourage (perte des amis) et votre travail (conflits professionnels,
licenciement, démission).
Le traitement permet de combattre cette souffrance morale (idées noires,
sentiment d'isolement). Si vous ressentez ces signes ou qu'un proche vous en
fasse la remarque, il est essentiel que vous en parliez à votre médecin ou à l’un
des professionnels qui assurent votre suivi.

source du document : http://www.has-sante.fr/
Avatar du membre
choupette
Messages : 4432
Enregistré le : mardi 12 février 2008 14:42

Guide : La prise en charge d’un trouble dépressif Persistant

Message par choupette »

Merci :mercipoli:
Avatar du membre
Yuuki-Yume
Messages : 803
Enregistré le : mardi 13 avril 2010 20:04

Guide : La prise en charge d’un trouble dépressif Persistant

Message par Yuuki-Yume »

Merci beaucoup!
Clocher
Messages : 8
Enregistré le : mardi 09 novembre 2010 14:56

Guide : La prise en charge d’un trouble dépressif Persistant

Message par Clocher »

Merci pour les infos !

Certains sont vraiments importants !
Beaucoup que je ne connaissais pas du tout !

merci encore !
Avatar du membre
Onagre
Messages : 3208
Enregistré le : dimanche 22 février 2009 21:56

Guide : La prise en charge d’un trouble dépressif Persistant

Message par Onagre »

Très intéressant, merci Archaos
Avatar du membre
alival
Messages : 126
Enregistré le : mardi 02 février 2010 23:59

Guide : La prise en charge d’un trouble dépressif Persistant

Message par alival »

Très interessant, merci beaucoup de mettre en ligne ce document
Cléo
Messages : 13
Enregistré le : mercredi 29 décembre 2010 23:14

Guide : La prise en charge d’un trouble dépressif Persistant

Message par Cléo »

Bonjour,

Merci pour cette info. Mon mari est dépressif officiellement depuis un an, date à laquelle il a commencé sa thérapie, suite à un "pétage de plomb" professionnel. Mais rétrospectivement, j'ai réalisé qu'il allait mal depuis plusieurs années. Par ailleurs, dans sa famille, son père est dépressif depuis des années, son petit frère était schizo et s'est suicidé il y a 5 ans et son autre frère est bipolaire... La maison du bonheur ! Ma belle mère est une sainte.

Bref, j'ai expliqué tout cela par fax il y a un an à son psy pour obtenir un rendez-vous en urgence, mais il ne nous a jamais parlé de dispositif particulier en cas de dépression persistante. Et je suis d'autant plus intéressée que je suis inquiète en ce moment car mon mari m'a avoué début novembre qu'il s'était fait des avances de salaire (il gère de l'argent) et qu'il avait contracté des crédits sans mon accord. Tout aurait commencé il y a 4 ans. On m'a même conseillé lors d'une visite aux urgences psychiatriques de notre ville de faire une sauvegarde de justice. Je ne l'ai pas faite car je craignais que cela ne lui nuise professionnellement, nous avons sollicité la famille pour les crédits, mais bien sur, quand sa directrice a appris pour les avances, elle n'a pas apprécié, même si on lui a remboursé. Je ne pense pas quelle ait l'intention de le licencier, elle est relativement compréhensive. Elle le connait comme moi depuis de nombreuses années et je pense qu'elle sait qu'il n'aurait jamais agi de la sorte autrefois.

Ceci dit, une dépression est elle vraiment persistante au delà de un an ? Je pensais que c'était normal... Que faut-il demander au psy pour pouvoir entrer dans ce "protocole" ? Le fait qu'il soit reconnu en dépression persistante le protègerait-il contre un éventuel licenciement pour faute grave ?

Merci d'avance.
Avatar du membre
Archaos
Fondateur/Administrateur
Messages : 17893
Enregistré le : mardi 06 juin 2006 21:20

Guide : La prise en charge d’un trouble dépressif Persistant

Message par Archaos »

Bonjour,
Ceci dit, une dépression est elle vraiment persistante au delà de un an ? Je pensais que c'était normal...
c'est la définition qu'ils donnent, il faut sans doute prendre aussi en compte l'évolution
Que faut-il demander au psy pour pouvoir entrer dans ce "protocole" ?
Il faut simplement qu'il demande à son psy ou médecin traitant à être mis ALD (affection de longue durée) c'est le médecin qui se chargera du reste.

Le fait qu'il soit reconnu en dépression persistante le protègerait-il contre un éventuel licenciement pour faute grave ?
Pas à ma connaissance (et je n'ai pas assez d'éléments pour vous répondre avec certitude) mais cela peut éventuellement jouer dans le cas d'un recours aux prud'hommes.
bichette12
Messages : 2
Enregistré le : vendredi 04 mars 2011 10:56

Guide : La prise en charge d’un trouble dépressif Persistant

Message par bichette12 »

Alors juste un témoignage... la dépression persistante, c'est ce qui m'arrive... avec signes d'aggravation. J'ai été diagnostiquée il y a 10 ans, mais je n'ai jamais été bien.
Merci pour avoir mis ce document en ligne Archaos, en ce qui me concerne, je connaissais tout ça, c'est super pour ceux qui ne savent pas comment gérer "administrativement" leur situation.

Isolement, désocialisation, fatigue, plus envie de rien, inhibition de toutes sortes... je connais, je suis en plein dedans depuis longtemps. Là, je suis dans une période de grosse grosse fatigue. Mes parents ne comprennent pas ma maladie.

Mon psy me reçoit car il doit le faire, c'est l'impression que j'en ai... il me renouvelle les médocs... point barre.
Je vois une psychologue, avec qui ça passe bien, mais j'ai l'impression de stagner...

Je trouve que ma "prise en charge" par le milieu médical un peu light...
Avatar du membre
emmacool
Messages : 71
Enregistré le : lundi 30 avril 2012 14:40

Guide : La prise en charge d’un trouble dépressif Persistant

Message par emmacool »

bonsoir Archaos et ceux et celles qui me lisent

J'ai cherché une réponse sur le forum, voilà mon médecin a envoyé un protocole de soins à la sécu, a été accepté l'ALD pour ma cheville mais refus d'ALD pour depression, j'ai reçu par courrier comme raison du refus : conditions reglementaires non remplies

Dois-je contester cette décision en faisant un recours dans les 2 mois ou mon médecin renvoye un protocole

J'ai été convoqué à un contrôle de la sécu il y a une semaine avec comme autre raison "fibromyalgie", je vois mon médecin demain, je pouvais entrer en clinique mais c'est repoussé de qqqs jours car il fallait que je la vois avant.
Avatar du membre
Archaos
Fondateur/Administrateur
Messages : 17893
Enregistré le : mardi 06 juin 2006 21:20

Guide : La prise en charge d’un trouble dépressif Persistant

Message par Archaos »

Hello emmacool,

Il faudrait voir avec ton médecin, il doit avoir l'habitude de ce genre de situation
sinon pour l'attribution :

Affections psychiatriques de longue durée


2.2.1. Traitement du dossier

L'annexe précise également les critères médicaux concernant les affections psychiatriques de
longue durée.

Ces critères sont au nombre de trois et doivent être tous réunis pour que l'exonération du ticket
modérateur puisse être accordée à ce titre :
  • - 1er critère : le diagnostic
    - 2ème critère : l'ancienneté de l'affection, qui ne doit pas être inférieure à 1 an,
    - 3ème critère : les conséquences fonctionnelles, en lien direct avec cette affection, doivent être
    majeures.
ça date de 2005 cependant : http://www.mediam.ext.cnamts.fr/ameli/c ... 7-2005.PDF
Avatar du membre
emmacool
Messages : 71
Enregistré le : lundi 30 avril 2012 14:40

Guide : La prise en charge d’un trouble dépressif Persistant

Message par emmacool »

merci Archaos

tu dis que l'ancienneté ne doit pas être inférieure à un an mais pour un ald il faut que le protocole de soins soit fait avant les 6 mois mais en cas d'arrêt maladie.

Aussi qqun qui a moins de 6 mois d'arrêt pour dépression ne peut avoir l'AlD ?

Merci pour tous ces renseignements
Avatar du membre
Archaos
Fondateur/Administrateur
Messages : 17893
Enregistré le : mardi 06 juin 2006 21:20

Guide : La prise en charge d’un trouble dépressif Persistant

Message par Archaos »

je ne fais que citer ce texte, la date de l’arrêt maladie ne rentre pas en compte à mon avis, c'est autre chose. Je comprends qu'il doit y avoir un an minimum entre le diagnostic de ta dépression et la demande d'ald selon ce texte (que tu travailles ou pas)
Avatar du membre
DADKBC35
Messages : 103
Enregistré le : vendredi 09 septembre 2022 13:48

Guide : La prise en charge d’un trouble dépressif Persistant

Message par DADKBC35 »

Bonjour et merci Archaos, je suis concerné par l'ALD.
Ce site est précieux et permet des échanges d'expériences, en général, de qualité.
Répondre
  • Sujets similaires
    Réponses
    Vues
    Dernier message