Diazépam (Valium)

Règles du forum

:fle: Avant d'ouvrir un nouveau sujet dans cette partie du forum, pensez à utiliser Les moteurs de recherche du forum.
:fle: Un point bleu s’affiche devant les messages sans réponse Image
Et badaboum

Diazépam (Valium)

Message par Et badaboum »

En effet, ça s'appelle les effets paradoxaux : l'anxiété et les cauchemars en font partie d'ailleurs.
Avatar du membre
ami1
Messages : 1571
Enregistré le : jeudi 08 mars 2012 9:43

Diazépam (Valium)

Message par ami1 »

Oui Archaos, mais je viens de m'engager dans une modif de traitement (allègement) avec un psy réputé donc je préfère éviter de voir ailleurs en attendant. C'est une pointure niveau médoc mais pas psycho. Mais je suis venu chez lui pour le traitement qui ne me convient pas du tout. Dès que je touche au valium il se passe quelque chose, soit anxiété ++ soit fatigue extrême.

Je vais lui en parler le 13 quand je le vois.
Avatar du membre
Archaos
Fondateur/Administrateur
Messages : 17886
Enregistré le : mardi 06 juin 2006 21:20

Diazépam (Valium)

Message par Archaos »

C'est bientôt alors, tu nous tiendras au courant :wink2:
Avatar du membre
ami1
Messages : 1571
Enregistré le : jeudi 08 mars 2012 9:43

Diazépam (Valium)

Message par ami1 »

Bilan : je devais passer de 40 gouttes à 30 gouttes en 15 jours et je suis bloqué à 36 gouttes avec anxiété ++. Gros coup au moral quoi. Mais il n'est pas chaud pour changer d'anxio sans doute à cause des difficultés de sevrage des molécules comme le xanac ou le lexomil. Encore que j'avais réussi sans problème avec le lexo quand j'étais sous deroxat et que cet AD fonctionnait chez moi, mais maintenant plus !
Avatar du membre
Archaos
Fondateur/Administrateur
Messages : 17886
Enregistré le : mardi 06 juin 2006 21:20

Diazépam (Valium)

Message par Archaos »

Dans ton cas je ferais un palier à 36 gouttes et je baisserais quand je me sentirais moins angoissé, c'est comme ça que je procède pour le sevrage du lexomil : je prends mon temps. C'est ma façon de faire mais elle ne remplace pas les recommandations de ton psy.
Avatar du membre
ami1
Messages : 1571
Enregistré le : jeudi 08 mars 2012 9:43

Diazépam (Valium)

Message par ami1 »

Salut Tigrou,
j'étais trop mal même à 36 gouttes, donc échec pour l'instant. Je revois le psy vendredi. De plus, comme je l'ai dit dans mon salon, je vis des difficultés personnelles qui n'arrangent rien, au contraire.

Je vous tiens au courant en espérant ne pas remonter le valium.

Je suis quand même étonné que baisser de 4 gouttes le valium en 2 fois et en une semaine puisse avoir tant d'impact sur l'anxiété. J'ai peur de me chercher des excuses alors que ça pourrait venir de moi avec ce que j'ai vécu dernièrement...
Avatar du membre
Archaos
Fondateur/Administrateur
Messages : 17886
Enregistré le : mardi 06 juin 2006 21:20

Diazépam (Valium)

Message par Archaos »

Il faudra refaire un essai dans de meilleures conditions.
Et badaboum

Diazépam (Valium)

Message par Et badaboum »

Ca fait quand même 10 % ( ce qui est recommandé dans le cadre des sevrages) mais en deux fois me semble rapide... Pourquoi pas goute par goutte, avec paliers dès que tu sens que c'est pas terrible (mais encore soutenable ) ? C'est ce que j'ai fait au printemps pour le xanax et ça m'a pris du temps de passer de 2.5/ à3 comprimés chaque soir à 1/2 tous les 2/3 jours ( depuis, j'ai réaugmenté...) environ 2 mois, en sachant que c'est pas le plus simple à sevrer le xanax compte tenu de sa demi durée de vie assez courte (on lui préfère le valium entre autre, d'où sans doute la raison de ne pas t'en changer...)

en fait avec 40 gouttes, qui équivaut à 13 mg équivalent dose orale de 40 goutttes, tu es à peu près à la dose maxi que je prends actuellement ( équivalent xanax)...
Pas anodin, pas extraordinaire non plus...
Mais voilà, j'ai eu besoin de deux mois, avec des paliers parfois très longs, pour baisser pour ce qui me concerne... donc ne t'étonne pas de la difficulté. Et ne prends pas ça pour un échec. Faut tatonner, y aller très lentement. Parfois, tu auras des retours en arrière, parfois tu ne penseras qu'à ton flacon dans la salle de bain... parfois tu craqueras et augmenteras la dose car tes angoisses seront plus violentes, moins gérables ( tiens,c e soir, j'en avais besoin de plus alors que je veux diminuer) et puis tu reprendras le chemin du sevrage.
C'est une réelle dépendance les benzodiazépines. S'en sevrer n'est pas une promenade de santé. Ne te fous pas la pression là dessus. C'est une course de fond à livrer, pas un sprint ! ;)
Et même si tu gagnes que 2 ou 3 gouttes cette semaine, c'est déjà un pas ! :)
Moi c'était tellement facile au départ de baisser de 3 à 2 comprimés que je me suis prise une claque en voulant tout de suite passer à 0.5. Insupportable !
Alors, t'inquiète pas... c'est tout à fait normal tes difficultés !
Avatar du membre
ami1
Messages : 1571
Enregistré le : jeudi 08 mars 2012 9:43

Diazépam (Valium)

Message par ami1 »

Coucou Bada,

je comprends bien, mais tu vois je panique dès que je sens les angoisses remonter ! Elles sont hyper fortes chez moi (à la hauteur du traumatisme que j'ai subi avec la perte brutale et inattendue de ma sœur) et je n'arrive plus à gérer avec la hantise de retourner à l'hosto. Alors comment arriver à baisser ce sacré valium ?

J'arrête pas de me poser la question : vais-je pouvoir reprendre le boulot même à 1/2 temps dans mon état ?

Dès que je me lève, je me sens hyper seul et très triste et démoralisé, et ça dure bien toute la matinée. Ca veut bien dire que l'AD est inefficace non ? Je le prends depuis février !

Sinon, on m'avait bien expliqué pour le sevrage du xanax, dur dur ! Courage à toi. Perso j'avais réussi pour le lexomil sans trop de mal mais mon AD fonctionnait (le deroxat) à l'époque, plus maintenant. Quant aux contraintes du marsilid je vous en parle pas...
Et badaboum

Diazépam (Valium)

Message par Et badaboum »

oh oh, on ne mélange pas tout ! Stop !
Le sevrage, ça allait au début, non ? a peu près... pas la grande joie mais tu tenais... alors ne me sors pas que c'est à cause de tes angoisses. Tu n'en as pas eu au départ !
Tu vois tout d'un bloc. NON !
Même si tu gagnes qu'une goutte dans la semaine, c'est bien !

Ton problème est là, je crois : tu es si angoissé que ne veux pas te donner le temps de guérir. Et comme forcément avec la dépression, l'anxiété, ça ne marche pas comme ça, ben tu abandonnes dès la 1ere difficulté. Je ne te juge pas en disant ça, je trouve ça juste logique... C'est pas efficace du premier coup, tu angoisses, donc par peur d'angoisser à nouveau, tu abandonnes... Y'a un schéma, un fonctionnement bien ancré derrière tout ça... que tu répètes sans cesse.
Désolée de te secouer Ami... mais à ce train, tu ne t'en sortiras pas, c'est sûr.
Donc déjà, ce psychiatre, t'es allé le chercher. C'est un bon, il sait ce qu'il fait. Pour une fois que t'en trouves un qui ne rallonge pas l'ordonnance ! T'étais regonflé après ta visite. Alors tu vas me faire le plaisir de l'écouter et pour une fois de te laisser guider...
Il va pas te gronder parce que t'auras pas rempli l'objectif. T'es plus en classe...
Alors, tu vas sans doute le revoir et tu vas réessayer : 39 gouttes. Si ça va bien : 38. Si ça va moyennement mais que c'est tenable, tu restes à 38, sinon tu remontes à 39 et t'attends un peu pour tenter 38.

Pour le boulot, c'est évident que dans ton état aujourd'hui, tu ne peux pas. Mais c'est dans deux mois ! En deux mois, il peut se passer des choses. Et si dans deux mois, ça ne va pas, tu poursuivras ton arrêt maladie. C'est tout. Ce ne sera pas la fin du monde. Oui, je sais, ça fait deux ans... ben oui, mais ça tu n'y peux plus rien. C'est comme ça, tu ne peux pas revenir en arrière et effacer ces deux ans. Tu ne peux que les accepter comme faisant partie de ta vie. Un moment dur, difficile, mais que tu auras surmonté. Mais tant que tu te culpabiliseras là dessus, que tu rumineras : deux ans, fais ch...... tu n'avanceras pas. C'est certain.
Tu regardes derrière, regarde devant !

Etre mal le matin, c'est un signe de dépression oui ( quoique, moi ça a toujours été le soir, le plus dur) mais faudrait déjà que tu fasses comprendre à madame ta femme que t'es en état de rien faire à ce moment là. Te forcer à accompagner tes gosses à l'école ne me semble pas une bonne idée si ça t'épuise et n'apporte rien de bon. Tu le ferais si ça t'avait une jambe dans le platre ? Tu te vois en béquille ? Conduire ou aller à pied ? Non, je ne pense pas... Le matin, si ça va pas, tu chiales, tu te mets en boule dans le lit, tu te reposes et si t'as des choses à faire dans la journée, fais les quand ça va mieux. Le déjeuner à préparer ? Et bien tu cuisines l’après-midi et tu réchauffes le lendemain ! Ou tu achètes des trucs déjà préparés (on s'en fiche, ce n'est que pour un temps ! ) Et si madame est pas contente, elle peut s'acheter un sandwich ! Et les gamins aller à la cantine ( c'est une solution, ça aussi ! J'ai du faire douze ou quinze ans de cantine, c'est bon, j'ai survécu ! ;) )

Sinon, il est possible que les AD ne fonctionnent pas chez toi. J'en sais rien.
De toutes façons, même si ça aide, je reste persuadé que seuls, ils ne suffisent pas à surmonter ce qui nous a menés là.
Et puis, ce que je sais aussi c'est qu'il y a des gens qui s'en sortent sans... donc t'es pas un cas désespéré ! Mais ils ont besoin d'une aide extérieure. Peu importe laquelle.
Ma frangine a été aidée par un naturopathe pour réussir à sortir des émotions, des choses qu'elle gardait refoulées.
Une amie voit un magnétiseur ( j'y crois pas pour moi, mais visiblement, ça lui fait beaucoup de bien...)
Moi, je commence une thérapie un peu spéciale : l'EMDR. C'est très recommandé pour tout ce quie st traumatisme ( et me semble que tu as vécu l'hospitalisation ainsi, ainsi que le suicide de ta soeur)... j'ai fait qu'une séance, mais j'en suis sortie"légère". Bon, c'est pas miraculeux. Là, j'en bave ces jours ci (parce que j'ai non seulement les anxios à diminuer, mais la morphine aussi. et même à dose minimale, tu morfles niveau sevrage... j'ai trempé mon lit cette nuit tellement j'ai sué. J'ai cru etre malade ! Non, j'ai juste pas pris mes gélules parce que je n'avais pas mal ! )

Je te recommanderais bien l'emdr... parce que j'ai l'impression que tu retiens beaucoup de choses devant les médecins. Je te comprends. C'est super difficile à évoquer ces choses qui nous ont pourri la vie. L'avantage de cette thérapie, c'est que tu n'as pas à ressasser sans cesse verbalement le ou les évènements. Tu l'évoques ( le médecin n'a pas besoin de connaitre les détails) et ensuite pendant la séance, c'est les émotions qui parlent... Bon, c'est pas magique, ça peut ne pas fonctionner car ça demande à se laisser aller et aussi à être actif soi même. Dans le cas d'une grosse dépression, ça peut poser souci.
Et puis, je fais pas de pub pour un truc ou l'autre.
Je crois surtout que t'as des choses à sortir (ton hospitalisation, ta soeur et p'tre encore autre chose que tu tais ici) et que ton environnement t'interdit d'exprimer ( ta femme culpabilisante ; tes enfants bien sûr trop jeunes et que tu veux légitiment protéger) mais je t'assure que c'est étonnant comme des choses non dites peuvent faire du mal. On ne s'en rend pas compte...

Tu as dit que tu avais peur que ta femme te quitte.
Dans un couple, un mariage, on s'entraide, on s'épaule dans les moments durs. Mais parfois ça arrive que l'autre ne puisse pas, jette l'éponge parce que lui aussi va mal. C'est ce qui est arrivé à mes parents (mais j'ai d'autres exemples en tête). Ca été dur, violent. Mais presque vingt ans après, ils vont bien tous les deux, ont même gardé des relations amicales ( reprises après des années de bouderie mutuelle). Tu vois, même dans le pire des cas, ( mais je ne te prédis absolument rien , on est d'accord ! ) c'est pas un drame, ni la fin du monde. Et pourtant, ma mère en a fait une sacrée dépression... On surmonte. Les enfants ? Ce ne seront ni les premiers ni les derniers à avoir des parents séparés. Ça ne les empêchera de mener leur vie ( et ils sauront en profiter : double anniversaire, double noel... faire jouer les contradictions des parents. Crois-moi, y'a des avantages à la situation ! ;) Donc même dans le pire des cas, y'a une issue qui peut être favorable. La vie n'est pas écrite une fois pour toute...
Et puis, as tu envisagé que c'est p'tre toi qui a envie d'autre chose ? Qui rêve d'une autre vie ? Et ça ne veut pas forcement dire quitter ta femme... mais changer de boulot ? de région , de façon de vivre ?
As tu songé à ce que tu aimerais faire par dessus tout ? Si tu avais le choix ? Ce qui t'épanouirait complètement ? Où, le jour de ta mort(lointaine ! ;) ), tu pourras dire sereinement : "ma vie a été bien remplie, je n'ai aucun regret" ?
As tu seulement osé l'exprimer ?
Ma soeur est allée refaire sa vie à l'autre bout du monde et a trainé sa petite famille avec elle pour ça ! Elle étouffait avec la vie qu'elle s'était construite : boulot, famille, enfants, amis. Aujourd'hui, elle reviendrait bien, mais son mari s'est vraiment épanoui en Nlle Calédonie et elle ne se voit pas lui dire non, on rnetre, après l'énorme geste qu'il a eu pour elle en la suivant. C'est à elle maintenant de l'aider à accomplir son but actuel : monter son entreprise.

Enfin bref, tout ça pour te dire que t'as plein de choses à essayer encore pour aller mieux ;).
Avatar du membre
ami1
Messages : 1571
Enregistré le : jeudi 08 mars 2012 9:43

Diazépam (Valium)

Message par ami1 »

Bon, je crois qu'il va falloir que je te relises mais oui, je regarde trop en arrière et trop négativement c'est clair. Mais je veux absolument m'en sortir et tu as raison, il va falloir être beaucoup plus patient.

Pour le couple, je trouve que nous n'avons plus de véritable vie sociale et c'est pas bon de rester à 4 avec les enfants, pour eux non plus. Après j'avoue que j'ai du mal en ce moment à être sociable comme je le suis normalement à cause de mon état.
Et badaboum

Diazépam (Valium)

Message par Et badaboum »

Désolée pour le pavé indigeste
Bon, t'es pas obligé de me répondre sur tous les points, hein ? Y'a des trucs , c'est p'tre trop personnel.
Avatar du membre
ami1
Messages : 1571
Enregistré le : jeudi 08 mars 2012 9:43

Diazépam (Valium)

Message par ami1 »

Je vois le psy cette aprèm. Comme je l'ai dit dans mon salon, je ressens une espèce de fébrilité comme si j'étais trop nerveux pour me poser et lire ou faire quelque chose de calme. J'espère que ça va passer car c'est pas agréable comme sensation. Pour le sevrage, je vais bien entendu tout dire au psy et voir ce qu'il en pense. Mais si tu veux, chez moi tout est parti de ces terribles angoisses et la dépression est venue s'y greffer.

Merci d'être aussi franche Bada, c'est super important pour moi d'avoir des avis qui évitent la langue de bois. Tu ne m'as aucunement blessé.
Et badaboum

Diazépam (Valium)

Message par Et badaboum »

Bonjour Ami.
sincèrement, j'ai toujours les jetons d'aller trop loin quand j'écris... mais je ne sais pas jouer la comédie. Je prends le risque d'être mal perçue... ce qui m'est souvent arrivée.
Tu as l'air de quelqu'un de très sympathique, sensible, qui pense aux autres. C'est une grosse qualité ça d'être sensible, même si ça fait notre malheur en nous faisant suréagir à la moindre contrariété.
J'ai lu que t'étais passé à 35 gouttes ! C'est cool ! Bravo !
La nervosité est sans doute liée à ça. Laisse passer un peu de temps. Essaie de trouver un dérivatif relaxant (les jeux videos ? ;) c'est bon t'as le droit à ça si t'assures un minimum derrière )
C'est Lodiz qui disait que tu étais p'tre plus angoissé que dépressif. Il a p'tre raison... c'est vrai que le matin est plus lié à la dépression, mais moi je n'ai jamais déprimé, pleuré, complètement abattue, que le soir en me couchant... donc faut pas s'arrêter à ça. Peut-être qu'en effet l'l'ad fonctionne sur la dépression, mais pas sur les angoisses...

Tiens, tu disais que courir t'angoissait, je crois ? Je me faisais la réflexion que marcher me stressait également. Trop plongée avec moi même. Le cerveau fonctionne, fonctionne, rabache... J'arrive pas à profiter ( d'autant que j'ai mal partout ! ) Y'a que dans la forêt près d'où j'habitais avant que je pouvais me relaxer. Là où je suis, non. Je ne connais pas, donc faut faire attention à la direction, tout ça. Et puis, il n'y a pas les souvenirs apaisants... On est foutu bizarrement ! ;)

Courage pour le rdv, ça va bien se passer.
Avatar du membre
ami1
Messages : 1571
Enregistré le : jeudi 08 mars 2012 9:43

Diazépam (Valium)

Message par ami1 »

Je vais profiter du soleil pour marcher un peu avant de me préparer à aller chez le psy. Mais tu vois, rien que 40 mn de trajet (dont 30 sur autoroute) ça me stresse, c'est dingue !

merci Bada mais sans me vanter je suis quelqu'un de sensible et de (trop) gentil parce que je déteste blesser les autres. Mais va falloir me secouer les branches pour tout dire à mon psy...

Bon, je vais tenter de baisser tout doucement le valium car je peux pas continuer comme ça à m'endormir sur la route ou à être aussi fatigué que ce midi. Souhaitez moi bonne chance.
Avatar du membre
Archaos
Fondateur/Administrateur
Messages : 17886
Enregistré le : mardi 06 juin 2006 21:20

Diazépam (Valium)

Message par Archaos »

Une goutte à la fois ami1, prends ton temps :chance1:
Avatar du membre
ami1
Messages : 1571
Enregistré le : jeudi 08 mars 2012 9:43

Diazépam (Valium)

Message par ami1 »

c'est beaucoup ou pas 40 gouttes/j ?
Avatar du membre
Archaos
Fondateur/Administrateur
Messages : 17886
Enregistré le : mardi 06 juin 2006 21:20

Diazépam (Valium)

Message par Archaos »

non, rien d'exceptionnel .
Et badaboum

Diazépam (Valium)

Message par Et badaboum »

C'est à peu près ce que je prends en xanax quand j'ai une mauvaise nuit ou un coucher plus difficile.
sinon, je prends l'équivalent de 10 mg de valium...
La différence se fait dans la durée d'action. Je me souviens qu'avec une autre molécule plus active sur la durée, j'étais shootée en journée aussi... Maintenant à ton niveau, ça me fatigue aussi pas mal, je remarque quand j'arrive à baisser et que je sens que je fonctionne mieux.
Avatar du membre
ami1
Messages : 1571
Enregistré le : jeudi 08 mars 2012 9:43

Diazépam (Valium)

Message par ami1 »

Merci !

New question : au bout de combien de temps à peu près sent-on les effets d'une augmentation sensible du dosage de valium ? Je suis passé il y a 3 jours de 40 gouttes à 3 x 10 mg (soit çà gouttes)... Il me semble que ça commence car j'ai la tête qui tourne un peu et les angoisses bien tassées.
Répondre
  • Sujets similaires
    Réponses
    Vues
    Dernier message