Témoignages de gens qui ont arrêté les AD, comment allez vous ?

Règles du forum

:fle: Avant d'ouvrir un nouveau sujet dans cette partie du forum, pensez à utiliser Les moteurs de recherche du forum.
:fle: Un point bleu s’affiche devant les messages sans réponse Image
Répondre
Avatar du membre
David35
Messages : 80
Enregistré le : mercredi 25 février 2015 14:24

Témoignages de gens qui ont arrêté les AD, comment allez vous ?

Message par David35 »

Bonjour, j'aimerai poser cette question à ceux qui ont arrêté les antidépresseurs depuis quelques mois, au moins 6 (et qui les avaient pris sur une durée de 6 mois au moins )

Je pose cette question car j'ai lu que les antidépresseurs CREAIENT la dépression, qu'ils créaient ce qu'ils étaient censé traiter ! Et ce serait pourquoi beaucoup de gens n'arriveraient pas à s'en sortir (accoutumance psychique), que les gens se sentent encore plus dépressifs qu'avant après avoir arrêté leur médication (même après 6 mois ou un an après l'arrêt --> mais on en trouve rarement car généralement les gens se remmettent donc à en prendre -->cercle vicieux et -> on va incriminer la dépression d'être la cause de tout ça et on parlera de dépression chronique et puis les médecins diront "ohlala vous n'êtes pas bien vous allez donc continuer le traitement blabla".. ), qu'il y a eu des études de faites indiquant que le taux de suicide était plus important chez les gens prenant des AD comparé à ceux qui n'en prenaient pas, et puis plein de vidéos, articles, études qui racontaient des trucs horrible comme "une seule dose d'AD change votre cerveau à vie, que les AD créaient le problème qu'ils étaient censés résoudre, que c'est une drogue et que comme toute drogue on se déconnecte de la réalité ce qui n'aide pas du tout et que lorsque que l'on arrête on se retape la dépression + tout ce qu'on a mis de côté sous AD, qu'il y a beaucoup de surmédicalisation alors que se passe-t-il si une personne qui n'aurait pas eu besoin d'AD se met à en prendre ? que certaines personnes se sentent beaucoup mieux après avoir arrêté leurs AD alors que avec AD ils étaient dépressifs ? que l'on ne sait toujours pas comment agissent vraiment les AD sur le cerveau ? et quid de la supposition comme quoi quand on y réfléchis, les labos pharmaceutiques vendent leurs médocs, et que personne ne pourra jamais prouver, si 20 ans plus tard on est toujours en dépression, que c'est la faute de ceux-ci ?

Bon voilà je vous dis ça aussi car après avoir arrêté, j'ai un peu moins d'angoisse que avant de les prendre, mais j'ai perdu beaucoup de choses, en fait j'ai l'impression d'avoir perdu mon identité, d'avoir perdu l'affinité pour mes proches (amis et famille) et d'être devenu vraiment très tendu au quotidien, ce que je n'étais pas du tout avant.. Bon j'aurai réussi à arrêter pendant 4 mois à peu près, peut être qu'en attendant un peu plus..

Bon voilà après tout ça ce ne sont que des craintes et angoisses que j'ai, en fait je n'ai jamais entendu de témoignages de gens qui avaient arrêté les médicaments depuis un certain moment, et qui en avait pris assez longtemps, et qui vont aujourd'hui se portent bien ?

merci !
Avatar du membre
unlui
Messages : 11320
Enregistré le : vendredi 23 septembre 2011 16:08

Témoignages de gens qui ont arrêté les AD, comment allez vous ?

Message par unlui »

hello
j'ai pris des AD pendants presque trois ans, pour une dépression majeure trés handicapante.
j'ai arrêté maintenant depuis plus de 5 ans.

mais ce n'est pas les AD qui m'ont fait me sentir mieux

c'est le travail que j'ai fait vers moi même pour changer de regard sur la vie.
c'est un ensemble de soin et de changement vers moi.

les AD m'ont permis de le faire en atténuant la souffrance morale que je ressentais.
sans cette aide, je penses que je n'y serais pas arrivé.
les personnes qui se sont remis d'une dépression, ne pensent pas toujours a témoigner.
en général on trouve plus de témoignage de plainte que de témoignage que cela va bien.
Je ne crois pas que les AD créé la dépression, c'est pour moi renversé la causalité
je penses que les causes des dépression sont multipes, sont en grande partie biologique et donc dépendent fortement de notre manière d'être a la vie.
il est prouvé maintenant, que notre état mental influence même notre fonctionnement génétique......

donc je crois que tu devrais faire encore des pas vers toi, pour découvrir d'autre moyens d"équilibre
courage et surtout, douceur pour toi
Avatar du membre
Francky78
Messages : 7809
Enregistré le : mardi 10 octobre 2017 18:34

Témoignages de gens qui ont arrêté les AD, comment allez vous ?

Message par Francky78 »

David

Les AD ne créent pas de dépression , au pire si la molécule n'est pas adapté à la personne et / ou la posologie n'est pas assez forte ça joue oui c'est certain .

A prendre en compte aussi la durée de prise depuis le début : beaucoup stoppe beaucoup trop tôt avant que l'AD ne fasse son plein effet ( il faut entre 6 à 8 semaines pour ressentir un mieux être certain , et il faut 3 mois minimum en tout pour qu'il agisse à 100 % dans l'organisme ) .

Le retour des symptômes à l'arrêt de l'AD peut signifier que la dépression est toujours présente ( peu importe la durée de traitement ) et il y a aussi dans beaucoup de cas le fait que les personnes ont tout stoppés d'un coup ou mal géré la baisse progressive des posologies ( plus le traitement aura été long dans la durée plus la baisse de posologie doit se faire lentement ) .

Au final on ne sait plus si c'est une rechute ou le fait d'avoir mal géré l'arrêt progressif de son traitement

Voilà j'ai synthétisé au maximum ma réponse à toute les questions que tu as posé et se recoupent les unes aux autres
Volti
Messages : 34
Enregistré le : lundi 30 mars 2015 23:01

Témoignages de gens qui ont arrêté les AD, comment allez vous ?

Message par Volti »

Bonsoir,
Je vais faire court car la fatigue se ressent :)
J'ai pris du seroplex 10 mg pendant 3 ans (ou un peu plus)
Je n'ai plus de traitement du tout depuis plus de 2 ans et çà va, ce n'est pas la mélodie du bonheur ni le monde des bisounours mais je ne souffre plus et surtout je n'ai plus envie de mourir, ce qui est de mon point de vu extraordinaire :)

Après pourquoi plus de suicide chez les personnes sous AD => peut-être parce que ce sont les personnes dépressives à grosses tendances suicidaires qui prennent ce genre de traitement tout simplement ...

Les AD ne sont pas des pilules miracles, il faut un réel suivi avec, en parallèle, pour s'en sortir pour de bon, c'est juste une béquille qui aide à avancer, à mettre un pied devant l'autre, le temps qu'on soit assez fort pour se tenir debout seul à nouveau
Avatar du membre
David35
Messages : 80
Enregistré le : mercredi 25 février 2015 14:24

Témoignages de gens qui ont arrêté les AD, comment allez vous ?

Message par David35 »

Bonsoir ! merci pour vos réponses à tous

ça fait déjà 2 témoignages de gens qui vont bien après avoir arrêté , c'est cool ça m'a un peu rassuré..
Avatar du membre
Francky78
Messages : 7809
Enregistré le : mardi 10 octobre 2017 18:34

Témoignages de gens qui ont arrêté les AD, comment allez vous ?

Message par Francky78 »

Je précise que j'ai arrêté par le passé

On donne bien des AD aux hommes pour retarder l'éjaculation , ces molécules servent à pleins de choses à coté de ce à quoi ils sont fait

Les pensées suicidaire sont dû à la personne et il est vrai qu'en débutant un traitement , certains AD amplifie toute sortes de symptômes qu'ils sont censés apaisés au départ mais les AD ne fonctionne pas comme de l'aspirine , où une fois avalé on est censé ne plus avoir mal à la tête ou tout au moins dans un moindre mal .

Un suivi rigoureux est important avec un professionnel de la santé de toute façon surtout en début de traitement , ne serait ce que pour évaluer le patient dans sa prise d'AD ainsi que pour contrôler son état psychique
Avatar du membre
laeti42
Messages : 221
Enregistré le : dimanche 29 octobre 2017 16:28

Témoignages de gens qui ont arrêté les AD, comment allez vous ?

Message par laeti42 »

Bonjour

Voici mon témoignage.
Je précise bien que c'est mon cas personnel.
Je suis curieuse de savoir qui sur ce site est depuis plus de 20 ans sous AD et voit la situation se dégrader ?
Ces molécules sont formidables pendant 10,15 ans puis parfois on ne répond plus de rien.
Ceci est mon expérience, je ne pense pas qu'on puisse impunément toute une vie prendre des médicaments qui influent sur le fonctionnement des récepteurs et la sérotonine produite…. Si j'avais su que cela finirait ainsi, j'aurais réfléchi à deux fois avant d'avaler mon Prozac en pensant que c'était ni plus ni moins qu'une réponse à un dysfonctionnement chimique oui mais on vous dit pas qu'un jour ça marchera plus et alors là bonjour la cata. Je précise que j'ai toujours fait des psychothérapies etc qu'on vienne pas me dire que je n'ai pas résolu le problème de base….

"Je souhaite vous interpeller sur un drame personnel lié à l'usage au long cours, sur plus de 20 ans, d'antidépresseurs afin de traiter des troubles anxieux généralisés, état dépressif, trouble obsessionnel compulsif.
Je trouve quelques témoignages et articles sur les comportements agressifs et suicidaires pouvant être induits par cette famille de médicaments, mais peu de choses sur les effets induits à long terme par les antidépresseurs dans le cadre d'un usage chronique, au long cours, comme il est d'usage de plus en plus actuellement.
Voici mon vécu et ce que je qualifie de véritable assassinat sur ordonnance.
J'ai 38 ans. A l'âge de 17 ans j'ai été traitée pour un épisode anxio dépressif avec insomnie d'endormissement. Résolution du premier épisode anxio dépressif après traitement antidépresseur suivi pendant un an, psychothérapie, bonne hygiène de vie etc… Ré-occurrence des symptômes au bout de quelques mois. Instauration d'un traitement par Prozac lui même suivi correctement pendant un an. A l'époque internet n'existe pas, on me dit qu'étant donné la longue demi vie du prozac il peut être arrêté sans diminution. Rechute au bout de quelques mois. A l'époque des périodes d'agressivité, d'irritabilité, de troubles visuels, de grande fatigue, ne sont pas identifiés comme ce que je sais aujourd'hui être un effet de sevrage mais comme une réapparition des symptômes originaux.Instauration du Prozac au long cours… toujours psychothérapie, sport, et autres méthodes telles acupuncture, plantes, etc… En 2007 changement pour Seroplex jugé plus efficace sur "l'anxiété généralisée". En 2010 apparition d'acouphènes aigus dans la tête qui sont un effet secondaire du seroplex. Puis valse des antidépresseurs mais tous provoquent des acouphènes à la posologie nécessaire. Bref nous sommes en 2017, je suis sous antidépresseur depuis plus de 20 ans, je suis en invalidité catégorie 1 avec demande d'aah en cours, ce que je cherche à dénoncer est simple et pléthore de témoignages sur le site "surviving antidepressants" vont dans ce sens (puisqu'en France peu de témoignages existent…), témoignages qualifiés d'inventions par les psychiatres : les antidépresseurs sont utiles dans un usage ponctuel, limité, mais au long cours ils provoquent ce qu'ils sont censés soigner, par l'induction d' une baisse de la sérotonine produite naturellement par le cerveau et altèrent le fonctionnement des récepteurs sérotoninergiques. Les antidépresseurs sont prescrits en réponse à un dysfonctionnement biochimique du cerveau mais à long terme ils alimentent et perpétuent ce dysfonctionnement. Tellement de patients prennent d'abord un tel antidépresseur, qui marche un an, deux ans, quelques années pour les chanceux, puis il faut changer etc etc etc… C'est sans fin … Au long cours les antidépresseurs alimentent la dépression qui se chronicise, les tocs, l'angoisse. Comment peut on un seul instant continuer à assurer que le sevrage d'un antidépresseur dure quelques semaines voire quelques mois ? Que fait on des centaines de malades qui comme moi malgré des tentatives de sevrage lent sont obligés de reprendre leur dose car apparaissent crises de larmes, angoisses paroxystiques, obsessions, insomnies, agressivité, irritabilité ? Combien de patients à l'aah ou en invalidité car sous antidépresseurs depuis 10,15,20 ans et leur anxiété ou dépression initiale est devenu un trouble chronique, justifiant un traitement à vie ? On ne peut diminuer ni arrêter mais en continuant on perpétue le problème. Dans les deux situations c'est l'Enfer.
Je sais que cette bouteille à la mer se perdra certainement, que mon cri résonnera dans le vide, mais aujourd'hui je me retrouve quasiment sans domicile fixe du fait de mon incapacité à travailler et n'ai que comme seule perspective d'obtenir une AAH pour pouvoir survivre ?
Suite à 10 ans d'antidépresseurs sont apparues des obsessions irrationnelles telles que peur de dormir en présence d'une autre personne, idées obsessionnelles qui furent la cause d'un divorce de même que l'anesthésie sentimentale et l'absence totale de libido induites par ces mêmes antidépresseurs. Sournoisement ces symptômes sont les mêmes que ceux de la dépression, on en vient donc à ne plus savoir ce qui vient de l'antidépresseur, du trouble initial …
Si mon témoignage ne vous semble pas digne d'intérêt pourriez vous m'orienter vers des personnes ou organismes ou journalistes susceptibles d'être intéressés par ce sujet ? J'ai conscience des enjeux colossaux, du poids des lobbys pharmaceutiques, il faut aussi s'imaginer que les effets secondaires, les effets de sevrage même en cas de diminution lente de l'ordre de 25% de la dose initiale sont à eux seuls la cause d'actes médicaux coûteux pour la société, en effet j'ai consulté en vrac neurologue, ORL, pour ces acouphènes induits par les antidépresseurs, mais aussi fait des IRM quand après un arrêt de Prozac j'avais une sensation incessante de tête lourde comme du plomb avec douleurs musculaires diffuses inexpliquées… J'ai effectué un nombre incalculable d'examens sanguins tous normaux, suite à des consultations pour fatigue inexplicable, douleurs musculaires etc etc … Jamais aucun médecin ni spécialiste n'a fait le rapprochement, jugeant que le sevrage se limite à quelques semaines…
Je m'estime victime d'un scandale sanitaire. Ma vie est littéralement gâchée tant sur le plan professionnel, social que personnel.
J'endure actuellement des acouphènes incessants du fait de la dose d'antidépresseur que j'ai été contrainte de reprendre.
Je vis actuellement une véritable agonie mentale. Je vis avec un peu plus de 400 euros par mois et n'ai aucune possibilité de retour à l'emploi du fait de l'agravation de mes troubles.
Vers qui puis je me tourner.
Merci de m'avoir lue."
Avatar du membre
David35
Messages : 80
Enregistré le : mercredi 25 février 2015 14:24

Témoignages de gens qui ont arrêté les AD, comment allez vous ?

Message par David35 »

Ouille ouille ouille pas facile tout ça... les acouphènes = super handicapant ! As-tu déjà réussis à stopper les AD pendant une assez longue période ? je crois que oui selon ce que j'ai lu mais tu as à chaque fois repris un traitement.. n'était-il pas possible pour toi de t'en passer ?
Moi je souffre de phobie sociale avec anxiété généralisée depuis quelques années, depuis mes 15 ans à peu près et j'ai 21 bientôt aujourd'hui, rendu à un stade où en fait je ne suis plus du tout sociable avec qui que ce soit, peur et angoisse incessante, des espèces de TOC, état de déprime et puis pleins tout ce que cela engendre en fait : impossible pour moi d'avoir de petite amie, j'ai arrêté mes études après mon sevrage d'AD qui a entraîné une rechute, et depuis plus d'un an je suis au point mort. A 21 ans je suis mal dans ma peau, dépressif, et ne peut pas avancer aussi vite que les autres. j'ai super peur pour mon avenir, mais j'ai une espèce de barrière mentale que je me suis créé qui me permet de bloquer mes pensées angoissantes ou négatives, car sinon je sais pas où je serai en ce moment.. si tous les jours je me rendais compte à quel point ma vie est merdique, à quel point je fais souffrir mes parents d'être comme ça, à quel point je me déçois car je n'ai pas toujours été comme ça !! bah franchement là... du coup je me réfugie derrière la bouffe, l'ordi, les films tout ça... et bref j'ai une boîte d'AD à côté de mon lit que mon médecin m'a prescrit mais ras le bol de ses mer... ! tout ça pour dire que c'est pas facile pour moi tous les jours, en fait ça l'est jamais, mais plus je résiste à prendre ces médocs et mieux c'est, alors je me réveille chaque matin, et j'espère qu'un jour ça ira mieux. Bon voilà maintenant je ne peux pas du tout savoir comment tu te sens au fond de toi, la souffrance que tu ressens tout ça.. on a pas le même âge non plus !! donc voilà, après je me dis juste que il y a un bon nombre de personnes qui prennent des AD et qui pourraient largement s'en passer, et que des fois on a tendance aussi à oublier que la vie bah c'est pas forcément facile tous les jours, et donc que quand on arrête les AD il est tout à fait normal je pense de ressentir encore de la tristesse, de la nervosité et tout ça mais qu'il faut le temps pour que le corps se remette à fonctionner normalement sans ces médicaments, et que pour une personne comme toi cela peut prendre des années ! A côté de ça, tout ce qui est sport, méditation, bonne alimentation, et petits plaisirs quotidiens sont pour moi indispensables quand on se sèvre des AD car on en a marre de les prendre. C'est un peu différent de ceux qui arrêtent car ils vont beaucoup mieux et qui ont réglé leurs problèmes. Bon en tout cas je me dis qu'il n'y a rien de bon à prendre un psychotrope pendant trop longtemps, que ce soit au niveau du cerveau ou du reste du corps.
Ensuite je dirai aussi que l'on ne pourra jamais savoir si c'est réellement ses médicaments qui sont l'unique cause de tout ça, ou bien tes problèmes de base (angoisse et tout ça..) car ce genre de troubles n'est pas anodins et agissent sur le corps tout entier à coup sûr ! c'est pourquoi je pense qu'il faut faire attention à ne pas tout rejeter sur la faute des AD. Je dis ça car j'avais tendance à le faire étant un peu hypocondriaque (tout simplement angoissé en fait).

Voilà et sinon je n'ai pas de contacts à te donner désolé ! Mais pour moi tu ne pourras jamais obtenir gain de cause car on ne peut pas dire avec certitude si ce sont les médicaments qui ont causé tout ça.
En tout cas je compatis réellement, tu as vécu avec beaucoup de souffrance pendant de longues années alors aujourd'hui je pense que tu mérites d'obtenir la paix et le bonheur, le plus rapidement possible j'espère.
Avatar du membre
Tyrosine
Messages : 587
Enregistré le : mardi 09 juin 2009 9:53

Témoignages de gens qui ont arrêté les AD, comment allez vous ?

Message par Tyrosine »

Comme Laeti42 , je ne ferais pas un si long discours car j'en ai pas la force.
J'ai pris du Deroxat pendant 10 ans sans aucun suivi psy, à l'époque mon médecin traitant ne jurait que par la médication et pas en passant par la compréhension ou en tout cas d'explications de professionnelles et d'un suivi psychologique, de soutient de groupes etc.. uniquement avale ton médicament et ça suffira.
Au bout de 10 ans j'ai stoppé progressivement puis le véritable enfer à commencer avec la valse de tous les AD possibles et inimaginables par la suite.
Donc l'enfer continue sans cesse, rien ne me soulage , je suis juste voué à avaler mes Lexomil pour ne pas faire le pire.
Voilà j'arrête là, c'est trop déprimant.
Avatar du membre
laeti42
Messages : 221
Enregistré le : dimanche 29 octobre 2017 16:28

Témoignages de gens qui ont arrêté les AD, comment allez vous ?

Message par laeti42 »

Merci pour vos réponses à tous deux, Tyrosine on avait déjà échangé sur ce forum et un autre ...
Moi je vais tenter de trouver une certaine stabilité puis diminuer selon la méthode des 10%...
Ca craint, je ne dis pas que ce sont les 20 ans d'antidépresseurs qui ont forcément causé cela, mais je suis plus que convaincue qu'ils créent à long terme le déséquilibre qu'ils sont censés corriger...
J'essaie d'accepter qu'à 38 ans je peux plus travailler et me battre pour obtenir de quoi survivre (AAH)...
Tout cela pour dire que je ne connais pas beaucoup de gens qui prennent des ad depuis plus de 20 ans...
Tyrosine peut être la méditation de pleine conscience peut aider.
Bises
Laetitia
Avatar du membre
Tyrosine
Messages : 587
Enregistré le : mardi 09 juin 2009 9:53

Témoignages de gens qui ont arrêté les AD, comment allez vous ?

Message par Tyrosine »

Oui ton prénom me disait quelque chose et je me rappelle même que j'avais dis que ma mémoire était défaillante, comme quoi là je m'en rappelle :)
Oui peu de personnes qui en ont pris sur de très longues périodes et qui les ont arrêté, moi non plus j'en connais pas.
L'erreur que j'ai faite c'est de les avoir arrêtées , en même temps ce n'est pas une erreur puisque j'étais pas au courant et je m'attendais à un tel cataclysme.Je suis dans un CMP qui se trouve dans un HP, c'est mon médecin allopathe qui m'a collé sous AD ( et des doses de malade ) et m'interdisait d'aller consulter un psychologue par exemple, quand je raconte même ça à l' hôpital , à un psychiatre et à une infirmière psy elles sont choquées de son attitude.
Et je suis comme toi , prisonnier , j'ai pleins de capacités que je ne peux plus du tout exprimer et considéré par les proches comme un 'bon à rien' ,'manque de volonté' etc... , Laeti , la méditation je ne peux plus , je n'ai rien trouvé pour me soulager.
Quand j'ai arrêté le Deroxat je ne prenais plus que 10 mg et ça me convenait à peu près donc essais de te trouver le dosage qui te convient le plus et après j'ai eu l'idée farfelue d'arrêter ( mais à l'époque on ne savait rien , pas d'informations ) et à partir de là
Et en effet si certaines personnes ont réussi à arrêter au bout de 10 ans ou plus ,ça serait intéressant d'avoir leur témoignage.
Bonne journée
Avatar du membre
Archaos
Fondateur/Administrateur
Messages : 17886
Enregistré le : mardi 06 juin 2006 21:20

Témoignages de gens qui ont arrêté les AD, comment allez vous ?

Message par Archaos »

Bonjour Tyrosine,

Je crois que tu as aussi des acouphènes si ma mémoire est bonne. Ils sont apparus après l’arrêt du Deroxat ?
Avatar du membre
Tyrosine
Messages : 587
Enregistré le : mardi 09 juin 2009 9:53

Témoignages de gens qui ont arrêté les AD, comment allez vous ?

Message par Tyrosine »

Salut Archaos,
Tu as bonne mémoire :)
Non je les avais avant mais très faible même avant les AD , mais oui à l'arrêt tout a explosé de partout.
Bonne journée.
Avatar du membre
Archaos
Fondateur/Administrateur
Messages : 17886
Enregistré le : mardi 06 juin 2006 21:20

Témoignages de gens qui ont arrêté les AD, comment allez vous ?

Message par Archaos »

Merci Tyrosine ,
et après j'ai eu l'idée farfelue d'arrêter
Pas si farfelue que ça.
J'espère néanmoins que tu pourras te relever de tout cela :/
Avatar du membre
myriam
Messages : 2280
Enregistré le : mardi 17 janvier 2017 15:01

Témoignages de gens qui ont arrêté les AD, comment allez vous ?

Message par myriam »

Bonjour laeti alors pour moi 33 ans d'ad donc autant te dire qu'il m'est impossible d'arrêter. Je vis avec des angoisses, une phobie sociale je suis devenue dépendante de mon mari pour la voiture, les grands magasins.. un grand ras le bol de vivre ainsi. Biz.
Avatar du membre
Brocheuse26
Membre d'honneur
Messages : 10838
Enregistré le : mardi 17 juillet 2012 2:34

Témoignages de gens qui ont arrêté les AD, comment allez vous ?

Message par Brocheuse26 »

David35 a écrit :
Bonsoir ! merci pour vos réponses à tous

ça fait déjà 2 témoignages de gens qui vont bien après avoir arrêté. c'est cool ça m'a un peu rassuré..
Je vais très bien ici aussi. Ça fait 2 ans que je ne prends plus rien. =) et ça fait environ 20 mois que ça va bien.
Mais pour ma part, on avait trouvé une cause autre à ma dépression (hormonale) donc c'est pas en tant que tel l'arrêt des AD mais l'arrêt de la pilule contraceptive qui m'a aidée.
Avatar du membre
laeti42
Messages : 221
Enregistré le : dimanche 29 octobre 2017 16:28

Témoignages de gens qui ont arrêté les AD, comment allez vous ?

Message par laeti42 »

Bonjour

Je voulais juste te suggérer tyrosine d'essayer un régime sans gluten en complément de ton traitement et des autres choses que tu mets en oeuvre...
J'étais vraiment dans un état plus que désespéré, 21 ans d'antidépresseurs, somnifères etc... Je prends toujours mon traitement mais en moindre dose mais ce régime a diminué mes tocs, problèmes chroniques de sommeil, sautes d'humeur, léthargie, fatigue, dépression, crises de pleurs agressivité irritabilité... Je me fous de ce que les gens peuvent penser, j'ai lu "comment le gluten du blé moderne nous intoxique" de J. Vernesson... je me suis dit au point où j'en suis, invalidité et aah en cours, qu'est ce que je risque ? je pensais au suicide chaque heure ... Mes angoisses et mon incapacité à aller au boulot sont toujours là mais je n'ai plus envie de me pendre, je me suis remise au sport, et ai de nouveau des envies... Je suis plus positive. L'intestin est notre deuxième cerveau ne l'oublions pas... Donc fruits légumes viande poisson oeufs quinoa riz et suppression de tout ce qui contient du blé (pâtes, pain, biscuits, pizza gateaux etc...) Que risques tu à essayer ? Bises Laetitia je me permets de t'adresser ce message car je sais que tu galères depuis très longtemps comme moi et que les psychotropes ont cessé de marcher pour nous...
Avatar du membre
blizzarde
Messages : 160
Enregistré le : mercredi 05 avril 2017 17:36

Témoignages de gens qui ont arrêté les AD, comment allez vous ?

Message par blizzarde »

Bonjour,

J'ai 47 ans et...environ 28 ans d'AD, mais avec des interruptions, mais courtes.
Au départ à 19 ans, c'était couplé avec des neuroleptiques, après hopsit en HP et j'ai eu un "diagnostique " assez effrayant. (shizo).
Je ne supportais pas mon traitement à 19 ans, et comme je ne savais pas distinguer les neuros des AD, pas d'internet à l'époque non plus et personne ne me l'avait expliqué (surtout pas les psys, qui infantilisaient les patients, enfin surtout avec mon diag!) , j'arrêtais tout sans le dire aux psy... rechutes, re BDA.
Puis plus de BDA, ça à été dépression "juste" dépression sévère de 23 à29 ans. Mais sévère de sévère. Je ne me souviens plus ce que je prenais comme traitement à l'époque, ni même si je le prenais régulièrement, j'avais une vie de souffrance, de précarité, de solitude et de violence, donc je ne me souviens plus très bien. Mais j'étais suivie en CMP. en passant j'ai appris que je n'étais pas schizo mais fortement dépressive, puis on m'a dit anxio-dépression, plus tard, vers la quarantaine.
Vers 30 ans ça va un peu mieux, du moins ma vue se stabilise. Je sais que je prenais du Floxyfral et un Tercian 25 le soir pour m'aider à dormir. Nouvelle crise vers 32 ans, avec insomnie totale sur plusieurs jours, fatigue extrême, sans lien avec un arrêt ou un changement d'ad. Puis re-mieux.
J'ai pris du citalopram pendant la dernière décennie, de 33 à 45 ans, ça ne m'a pas empêchée de rechuter fort en 2015.
Je me suis dis que peut être que c'était parce que mon traitement ne me faisait plus effet au bout de 10 ans.
Rechute importante, clinique, etc... Changement de traitement donc.

Mais en fait, ce n'est pas les AD qui m'ont rendue comme ça...je suis mal depuis enfant et je le sais trés bien, depuis toujours.Ce qui m'est apparu récemment c'est pourquoi je suis mal depuis l'enfance. Donc je comprends mieux.

laeti42, moi aussi, à une période, j'ai parcouru les sites dont tu parles, moi aussi je me suis dit que j'étais intoxiquée. Au final, non, je suis peut-être intoxiquée, mais ça n'est pas la cause de mon mal être. Certes à chaque fois que j'ai tenté d'arrêter mon ad, j'ai fait une rechute. Mais j'ai aussi fait des rechutes sous ad....[Je précise, j'ai toujours travaillé, les medox ne m'en ont pas empêchée, mais en me faisant une violence terrible pour le faire c'était du "marche ou crève". Aujourd'hui j'ai mon droit au répit , je suis en invalidité depuis 6 mois..à suivre ]

Cmme unlui, je pense qu'il faut arriver à mieux se connaitre, se comprendre, , moins se déprecier ou se haïr. Je pense qu'on peu arrêter, je pense que je ré-essaierai quand je le sentirais. Mias, pour mon cas, je ne pense pas que sans ad depuis 28 ans, je serais forcement en meilleure forme. Je pense que si je suis toujours aujourd'hui "depressive" ça n'est pas à cause des ad.

Mais ce n'est que mon expérience, mon "cas", et peut être que pour toi, c'est vrai, ce sont les Ad qui t'ont tirée vers le bas.
en tous cas je comprends que tu te questionne, je le comprends car je l'ai fait aussi, encore récemment, il y a 2 ans, et parce que , à prendre un traitement sur un aussi long terme, alors que c'est conçu normalement juste pour passer un cap, on se questionne et on se demande pourquoi on avance pas, et comment s'en débarrasser.

Je trouve très bien ton effort pour manger sans gluten, ça fait un moment que je me dis qu'il faudrait que j'essaie au moins... je pense que je suis accro aux sucre lents en fait..je n'y arrive pas.

Si je me lance dans une diminution importante de mon traitement (enfin la diminution 10% par 10%, on est bien d'accord, pas comme le proposent les psychiatre, d'un coup, parce que "Mais non!, il n'y a pas d'accoutumance!" Donc dans mon cas j'entamerais ma diminution dans le dos du psychiatre, mais je dirais, comme d'hab, ni plus ni moins) je veux bien venir en parler ici.

D’ailleurs j'ai déjà commencé la diminution : à la suite à mon gros down de 2015 je prenais 2 AD : Effexor 112.5 et Norset 60. Je suis officiellement en diminution de effexor, je ne suis plus qu'à 37.5 (je suis passée à de 112.5 à 37, 5 en 10 mois). Officieusement, j'ai déjà commencé à baisser en dessous de 37,5 en vue d'arrêter (sinon mon psy, lui, me fait arrêter d'un coup en début d'année 2018, selon lui, pas de soucis ha! ha! ha!) en même temps comme j'ai quand même aussi du Norset, je ne m'inquiète pas trop de l’arrêt de l'effexor.

Ensuite, je prends aussi 400mg de Xeroquel :mrvert: ...Ajoutés récemment, parce que je restais en dépression profonde malgrès les AD...je ne connaissait pas ce médoc il y a un an! Je compte aussi le baisser. au moins à 300 mg voire 200 ou 100. C'est quand même un neuroleptique aussi.

Ce qui m'inquiète le plus c'est l'insomnie, tous ces traitements m'aident à dormir. Et si je ne dors pas, je suis de plus en plus mal. alors je verrais, petit à petit. L'avantage c'est que comme je ne bosse plus je peux me reposer en journée et ne pas péter un câble tout de suite.


Mon but n'est pas de tout arrêter, mais comme je vais mieux et que j'ai, je trouve, un gros traitement suite à cet épisode très noir de 2015 au début de cet année, je voudrais revenir à des doses plus classiques.
Et si ensuite, je continue d'aller bien...et bé, peut-être qu'un jour je ne prendrais plus rien, ou juste de la mélatonine de temps en temps et du passiflore!

Bon courage à toi!
Avatar du membre
laeti42
Messages : 221
Enregistré le : dimanche 29 octobre 2017 16:28

Témoignages de gens qui ont arrêté les AD, comment allez vous ?

Message par laeti42 »

merci pour ton récit très intéressant! bon pour le gluten je continue bien que ce ne soit pas si phénoménal que cela, je pense que cela joue sur le psy mais dans quelle mesure est ce un placebo je ne sais pas... je suis tout à fait d'accord avec toi sur la méthode des 10% et que les psy ne sont absolument pas conscients de la dépendance que donnent les ad pris sur des décennies... bon courage à toi... plein d'encouragements pour cette fin d'année et le début de la prochaine, bises!
Avatar du membre
blizzarde
Messages : 160
Enregistré le : mercredi 05 avril 2017 17:36

Témoignages de gens qui ont arrêté les AD, comment allez vous ?

Message par blizzarde »

Merci beaucoup pour tes encouragements !

Je t'en envoie autant pour que tu puisse continuer ton chemin vers un mieux
Répondre
  • Sujets similaires
    Réponses
    Vues
    Dernier message