Qui a déjà vécu un burn out ?

Règles du forum

:fle: Avant d'ouvrir un nouveau sujet dans cette partie du forum, pensez à utiliser Les moteurs de recherche du forum.
:fle: Un point bleu s’affiche devant les messages sans réponse Image
Répondre
Avatar du membre
grenouille11
Messages : 717
Enregistré le : mardi 10 mars 2020 4:59

Qui a déjà vécu un burn out?

Message par grenouille11 »

J'en ai fait trois au travail, une fois par an, à cause de la pression et de la mauvaise ambiance, et ensuite j'ai arrété de travailler.
Je me remet tout doucement mais je ne veux plus rentrer dans le système du travail sachant que j'y ai perdu ma santé et que mon corps est usé prématurement par les années d'usine en agro alimentaire, ménage etc... je serais incapable de tenir.

Mes burn out viennent des cadences et de la façon dont les patrons traitent leurs ouvriers.
Je me suis battue pour la dignité humaine, mais j'ai du me rabaisser pour ne pas perdre mes travails.
Pendant trente ans j'ai dosé de cette manière pour essayer de garder une autonomie financière tout en essayant de me faire respecter, en donnant l'exemple à d'autres, et en prenant exemple sur ceux qui en avaient la force. La solidarité et le courage.

Au dernier burn out, j'ai contracté une maladie lié au stress et ai pris la décision d'arrêter.

La je me reconstruit et travaille petit à petit pour moi-même en créant. Je ne me sens pas capable de me mettre en auto-entrepreneuse, alors je me débrouille en essayant de faire confiance en l'avenir.
Avatar du membre
Toutite
Messages : 2851
Enregistré le : samedi 14 décembre 2019 21:39

Qui a déjà vécu un burn out?

Message par Toutite »

Allo Grenouille,

J'ai moi aussi commencé une dépression sévère à cause du travail (j'avais trois travails à temps partiel), j'allais à l'Université pour augmenter mes connaissances et j'étais préposée aux prêts dans une bibliothèque municipale. Tout ça avec la maison en plus, l'entretien, la lessive et les repas à préparer. À un moment donné, j'ai craqué.

Je n'ai plus jamais été capable de retourner travailler, j'ai abandonné les études, et maintenant, je suis retraitée.

J'ai travaillé jusqu'à la limite, nous avions des dettes mon mari et moi, et des enfants aux études. Je ne pensais pas que ce soit possible de craquer comme ça du jour au lendemain comme une vieille branche toute sèche.

Je suis toujours suivie en psychiatrie et je prends encore des AD.

Je te souhaite bonne chance et au plaisir d'échanger à nouveau.

Toutite :fleur:
Avatar du membre
grenouille11
Messages : 717
Enregistré le : mardi 10 mars 2020 4:59

Qui a déjà vécu un burn out?

Message par grenouille11 »

Au plaisir d'échanger avec toi aussi Toutite.

J'arrive à tenir le coup sans AD, mais je t'avoue que des fois, c'est chaud. J'ai la chance d'avoir un conjoint attentif qui ne me demande pas l'impossible, et j'ai trouvé avec le temps des activtés qui me permettent de souffler, d'évacuer le trop plein.

Mais aussi de ne plus faire certaines choses. Adopter une hygiène de vie qui n'accentue pas le mal-être. Ca été dur parce que certains gestes qu'on croyait destressant faisaient maintenir l'état. En fait.

Un suivi en psychiatrie m'aurait aidé, mais je ne peux pas conduire sans avoir d'attaque de panique, et pour bénéficier d'un taxi, il faudrait que je sois reconnue. Du coup je fais sans.
Parler ici fait du bien, et ici nous ne sommes pas jugés. A l'exterieur, il y a des mots qui sont durs à entendre.

Porte toi bien et au plaisir Toutite :wink2:
Avatar du membre
Noysette
Messages : 1048
Enregistré le : mercredi 29 janvier 2020 10:15

Qui a déjà vécu un burn out?

Message par Noysette »

Bonjour :smile2:

Je me permets... tu veux bien nous dire quels gestes STP ? Ca m'intéresse beaucoup : j'ai remarqué qu'en effet souvent on fait tout de travers et que ça nous fait plus de mal que de bien :wink2:
Avatar du membre
grenouille11
Messages : 717
Enregistré le : mardi 10 mars 2020 4:59

Qui a déjà vécu un burn out?

Message par grenouille11 »

Noysette a écrit : mardi 17 mars 2020 8:49
Bonjour :smile2:

Je me permets... tu veux bien nous dire quels gestes STP ? Ca m'intéresse beaucoup : j'ai remarqué qu'en effet souvent on fait tout de travers et que ça nous fait plus de mal que de bien :wink2:
Coucou @Noysette Pour les mauvais gestes, ceux qu'on croit qu'ils aident à destresser et qui nous maintienent dans l'anxieté c'est:

La cigarette, l'alcool, le café...

Et autres du genre TOC, ces rituels qu'on fait pour se rassurer et nous enferment dans un cercle vicieux grandissant.

Exemple: au travail à la pause de 30 minutes pour manger, j'étais tellement stressée qu'au lieu de manger (pas faim) je fumais cigarettes sur cigarettes en buvant du café au gogo. Cigarettes pour décompresser et café de peur de ne pas tenir le coup.
Apres l'avoir fait pendant deux decenies, j'ai arreté de fumer pour passer à la vapote. Avec plusieurs rechutes et en constatant qu'à chaque fois que je reprennais la clope, j'étais deux fois plus stressée. Et quand je me remettais à la vapote, ça allait mieux.
Pour le café même chose, d'environ deux à trois litres par jours, je suis passée à moins d'un litre progressivement. Ca peut paraitre bizzare mais j'etais plus performante en en buvant moins. Plus détendue. Et moins stressée.

Mais aussi une partie très importante: notre façon de penser, ces ides qu'on a et qui sont pas bonnes à garder, celles qui font descendre la barre de notre estime, qui nous dévalorise par rapport aux autres. Le petit ego, notre juge interieur.

Dans mon cas aussi ce sont les gestes et actions et pensées dus au trouble affectif, chercher à se faire rassurer par les autres parce qu'on a pas assez d'amour de soi.
Avatar du membre
Noysette
Messages : 1048
Enregistré le : mercredi 29 janvier 2020 10:15

Qui a déjà vécu un burn out?

Message par Noysette »

Un immense MERCI Grenouille :jap:

J'essaie en permanence de réfléchir pour poser les choses de façon simple, claire (avec l'espoir de trouver MA solution un jour, et pouvoir penser à autre chose :mrvert: )
Mais on dirait que je n'y arrive pas puisque chaque jour je dois recommencer :newblush:
Du coup ô bonheur ô joie : une qui prend le temps et la peine d'en faire autant :yeh:

Je me reconnais dans tes trois points
- consommation jusqu'à l'addiction
- dévalorisation de soi
- besoin de reconnaissance

Oui, j'aime :autop:

Encore MERCI, belle journée à toi :fleur:
Avatar du membre
grenouille11
Messages : 717
Enregistré le : mardi 10 mars 2020 4:59

Qui a déjà vécu un burn out?

Message par grenouille11 »

@Noysette
Mais on dirait que je n'y arrive pas puisque chaque jour je dois recommencer
C'est le travail, tu es sur le bon chemin :bye:
Si chaque jour tu as conscience que tout les anciens shémas reviennent, c'est que tu essaie de les enlever. Donc travail intérieur. C'est pas de tout repos mais ça porte ses fruits sur la durée.

Je me bat aussi tout les jours pour ne pas tomber dans l'addiction, c'est comme jongler entre l'alcool, les anxios, la boulimie, etc... tout ça c'est en rapport avec un besoin, un vide qu'on veut combler (affectif).
J'essaie en permanence de réfléchir pour poser les choses de façon simple, claire (avec l'espoir de trouver MA solution un jour, et pouvoir penser à autre chose :mrvert: )
La aussi tu es sur la bonne voie sachant qu'on fonctionne tous differement, tu dois trouver TA propre solution.
En lisant les temoignages des uns et des autres, on peut trouver des clefs pour soi.
consommation jusqu'à l'addiction
- dévalorisation de soi
- besoin de reconnaissance
A partir de ces points communs, on peut s'echanger nos experiences positives pour se donner des clefs.

Par rapport à la dévalorisation de soi, pour moi ça vient de l'enfance (abandon de la mère et père violent physiquement et psychologiquement) + mon caractère naif, empathe et hypersensible (ancienne soldate du régiment des bisounours pendant 40 ans, lol).
Experience et lecon numero un la plus importante: arreter d'esperer l'amour et la reconnaissance des proches qui ont saccagé notre amour de soi.
Ca veut pas dire qu'on ne les aime plus, c'est juste qu'il faut casser le lien affectif qu'on a envers eux.
Experience et lecon numero deux: arreter de frequenter les personnes qui nous pompent l'energie, ce qu'on appelle les personnes toxiques à nous-propre. Ca veut pas dire qu'on ne les aime pas, mais leur maniere de fonctionner n'est pas compatible avec la notre.
Une fois que ça c'est fait, ça laisse plus de place à l'estime de soi pour essayer de s'épanouir.
Experience et lecon numero trois: savoir reconnaitre les ennemis. Surtout les traitres. L'alcool est un ennemi traitre. Toutes ces drogues dans lesquelles on tombe dans la dépendance avec facilité.
Petit à petit apprendre à devenir maitre de soi. A l'inverse que ces drogues soient maitre de nous.
C'est chaque jour dur de ne pas ceder à la tentation mais chaque victoire nous rapproche de nous-même et c'est là qu'on devrait mettre notre amour de soi, pour le combat qu'on mène à l'interieur de nous.
Il y a un autre ennemi de l'amour de soi, ce sont les paroles de ceux qui ne comprennent pas ce combat et nous jugent. Ne jamais laisser leurs phrases assassins nous atteindre. Il n'y a que ceux qui ont vecu et on connu ce problème qui savent ce que c'est et sont en mesure de comprendre.

Et toi tu en est où dans ton cheminement par rapport à tout ça, qu'à tu experimenté et qu'est ce qui marche le plus pour toi ?

Au plaisir de te lire et prends soin de toi :bye:
Avatar du membre
Noysette
Messages : 1048
Enregistré le : mercredi 29 janvier 2020 10:15

Qui a déjà vécu un burn out?

Message par Noysette »

Bonjour Grenouille :smile2:

Trop bien ta réponse, merci :yeh:

Bon, je viens d'écrire un pavé mais il ne s'affiche pas... :newblush:

Je réessaie ...
Avatar du membre
Noysette
Messages : 1048
Enregistré le : mercredi 29 janvier 2020 10:15

Qui a déjà vécu un burn out?

Message par Noysette »

Oui tu as raison, je pense comme toi d'ailleurs, quand je pense...

- que le travail sur la pensée est infini
- qu'à chacun sa solution

C'est mon impatience qui s'est manifestée :mrvert: Et aussi le fait qu'on a beau se répéter les choses elles ne s'impriment que quand elles l'ont décidé, ou alors je n'ai pas trouvé le déclic :timide:

"A partir de ces points communs, on peut s'échanger nos expériences positives pour se donner des clefs."

C'est avec grand plaisir que je réponds à ta proposition d'échange :

"Je me bats aussi tous les jours pour ne pas tomber dans l'addiction, c'est comme jongler entre l'alcool, les anxios, la boulimie, etc... tout ça c'est en rapport avec un besoin, un vide qu'on veut combler (affectif)."

Je trouve l'explication tout à fait plausible en effet
Pour ma part comme dit plus haut, j'ai une motivation plus grande qui me permet de ne pas tomber dans l'addiction : mon besoin vital de liberté.
Je ne dis pas que c'est la solution pour toi et pour tout le monde
Mais c'est peut-être une piste à explorer : qu'est-ce qui est le plus important pour toi aujourd'hui ? Plus important que de combler un besoin affectif venu du passé...

"Par rapport à la dévalorisation de soi, pour moi ça vient de l'enfance (abandon de la mère et père violent physiquement et psychologiquement) + mon caractère naïf, empathique et hypersensible (ancienne soldate du régiment des bisounours pendant 40 ans, lol). "

Quand je t'ai vue arriver sur le forum j'ai lu ta présentation, ton passé avec tes parents :bigpeur: :coma: :sad:
Je peux ... ? Je trouve que tu as surmonté des obstacles nombreux et volumineux, et que tu peux t'en féliciter sans orgueil mal placé :autop:

Je crois que nous avons un point commun encore une fois toutes les deux : vouloir être honnêtes avec nous-même comme avec les autres
C'est à ce titre que nous refusons de rejeter la faute sur l'autre, et que nous nous flagellons également... ( l'autre nous a fait du tort, et notre comportement l'a incité à le faire).
Merci d'avoir exprimé ta pensée
Te lire me donne une idée : et si... ce mal et la douleur en conséquence n'étaient la FAUTE de personne ? Nous vivons dans une société dont la pensée est particulièrement manichéenne...
Il nous suffit de remettre l'alchimie relationnelle à sa place ; de considérer que l'autre a agi en son âme et conscience, nous aussi, et que le résultat ne pouvait être que celui-là ; de tirer la leçon de cette expérience et nous éloigner désormais de ce type de relation

"Expérience et leçon numéro un la plus importante : arrêter d'espérer l'amour et la reconnaissance des proches qui ont saccagé notre amour de soi. Ca veut pas dire qu'on ne les aime plus, c'est juste qu'il faut casser le lien affectif qu'on a envers eux.

Expérience et leçon numéro deux : arrêter de fréquenter les personnes qui nous pompent l'énergie, ce qu'on appelle les personnes toxiques à nous-propre. Ca ne veut pas dire qu'on ne les aime pas, mais leur manière de fonctionner n'est pas compatible avec la nôtre. Une fois que ça c'est fait, ça laisse plus de place à l'estime de soi pour essayer de s'épanouir."


OK, même réponse que ci-dessus :smile:


"Expérience et leçon numéro trois : savoir reconnaître les ennemis. Surtout les traîtres. L'alcool est un ennemi traître. Toutes ces drogues dans lesquelles on tombe dans la dépendance avec facilité.
Petit à petit apprendre à devenir maître de soi. A l'inverse que ces drogues soient maître de nous.
C'est chaque jour dur de ne pas céder à la tentation mais chaque victoire nous rapproche de nous-même et c'est là qu'on devrait mettre notre amour de soi, pour le combat qu'on mène à l'intérieur de nous."


OK, même réponse que pour l'addiction :smile:


"Il y a un autre ennemi de l'amour de soi, ce sont les paroles de ceux qui ne comprennent pas ce combat et nous jugent. Ne jamais laisser leurs phrases assassines nous atteindre. Il n'y a que ceux qui ont vécu et ont connu ce problème qui savent ce que c'est et sont en mesure de comprendre."

Yop tout à fait d'accord, et je m'ajouterais à ces autres... Je suis la première à me traiter de tous les noms... A me juger... A me reprocher mes mots et mes actes... Il me faut apprendre la bienveillance, envers moi comme envers l'autre, ça rendra le monde moins hostile à mes yeux :cool1:

Voilà Grenouille, bonne lecture et belle journée à toi, merci encore, et à bientôt :jap: :fleur: :bye:
Avatar du membre
grenouille11
Messages : 717
Enregistré le : mardi 10 mars 2020 4:59

Qui a déjà vécu un burn out?

Message par grenouille11 »

Coucou @Noysette

Excuse-moi pour le retard, j'avais pas vu ton dernier post, tiens bah une petite astuce pour activer les notifications, tape @ et tape (sans espace, tout collé) le pseudo de la personne avec qui tu communique comme ça les notifications se déclenchent :wink2:

C'est génial, en fait quand on a ce désir/volonté de s'en sortir et qu'il y a impatience, ça ne peut être que bon :autop:
En effet ça s'imprime pas d'un claquement de doigt :timide: On ne peut pas effacer d'un trait une façon de fonctionner ou de penser qu'on a depuis qu'on est tout petit. Ca serait bien qu'on soit comme des ordinateur, deformatage, hop, ça serait pratique :rire2:
Ca fait plutot comme une réeducation à soi-même. Par exemple les "facheuses tendances à" dans les actions, interactions sociales et pensées, sont des programmes bien incrustés par l'education qu'on a eu et les choix qu'on a fait et notre caractère de naissance (génétique). Pour les corriger, ça se fait sur la durée à force de se reprendre, jusqu'à ce que ça s'imprime dans l'inconscient. Comme quand on conduit une voiture après un certain temps, ca devient des reflexes.
Pour ma part comme dit plus haut, j'ai une motivation plus grande qui me permet de ne pas tomber dans l'addiction : mon besoin vital de liberté.
Je ne dis pas que c'est la solution pour toi et pour tout le monde
Mais c'est peut-être une piste à explorer : qu'est-ce qui est le plus important pour toi aujourd'hui ? Plus important que de combler un besoin affectif venu du passé...
J'ai cette même motivation qui m'a poussé à sortir de pas mal d'addiction, notamment celle des traitements que j'ai eu pendant 15 ans, c'est un peu dans la même idée de celle de vouloir être maître de soi, de ne dépendre de personne et de ne rien attendre de l'extérieur. Etre libre. Se liberer des chaines. Casser les barreaux de la prison.
De cette même manière j'ai pris conscience que j'étais plus enchaînée que ce que je croyais, mais il fallait voir dans quel petrin j'etais pour savoir ou briser les chaines. Tu as ressenti ça toi aussi ?
Je trouve que tu as surmonté des obstacles nombreux et volumineux, et que tu peux t'en féliciter sans orgueil mal placé
Merci Noysette, je vais pas laisser mon ego être fier de ça. Si je peux aider mon prochain à s'en sortir, ça me motive. Parce que quand j'étais dedans, des mains se sont tendue et m'ont aidée. Qui serait-je si je ne ferait pas la même chose une fois que je suis sauvée ? On a tous une resilience, c'est juste que c'est pas facile d'avoir le mode d'emploi.

Je crois que nous avons un point commun encore une fois toutes les deux : vouloir être honnêtes avec nous-même comme avec les autres
C'est à ce titre que nous refusons de rejeter la faute sur l'autre, et que nous nous flagellons également... ( l'autre nous a fait du tort, et notre comportement l'a incité à le faire).
Merci d'avoir exprimé ta pensée
Te lire me donne une idée : et si... ce mal et la douleur en conséquence n'étaient la FAUTE de personne ? Nous vivons dans une société dont la pensée est particulièrement manichéenne...
Il nous suffit de remettre l'alchimie relationnelle à sa place ; de considérer que l'autre a agi en son âme et conscience, nous aussi, et que le résultat ne pouvait être que celui-là ; de tirer la leçon de cette expérience et nous éloigner désormais de ce type de relation
Tout à fait de cet avis aussi :autop: En rapport avec nos differentes parties du mental ego qui torture les autres et lui même dans les jugements, mais aussi du fonctionnement de la société (compétition, critiques, valeurs uniques, étiquettes, conformisme...) et de l'education qu'on nous donne.
J'ai étudié ces dernières années le principe de la perversion contre soi pour voir si par hasard, on serait pas des fois pervers contre nous-même. C'est pas exactement ça mais quelque part c'est le mal que je m'infligeait je pense pour inconsciemment rester dans ce mal-être. La porte de sortie c'était de refuser de se traiter, ou de se faire traiter par l'etiquette qu'on nous a collé et qu'on entretien nous-même (par formatage) en m'exercant dans la vie courante.
Par rapport à ce que tu dit c'est ce qui m'a servit aussi à ne pas être en colère contre les personnes qui entretiennent mon ancien schéma (celui que je casse petit à petit). Elles ne le font pas expres, c'est juste qu'elles sont, elle dans le même schéma que j'étais avant. Elles: "Elle est bipolaire, c'est elle" Moi: "non, je ne suis pas la bipolarité" et "non, je ne vous permet pas de me coller des etiquettes". Elles le font toujours, mais leurs paroles n'ont plus de valeur pour moi. Ca ne me touche plus. Le lien affectif est brisé. Je les aime toujours et c'est pardonné, mais elles sont comme dans un autre monde. L'ancien du mien. Et ce n'est de la faute de personne, c'est la diversité qui fait ça. A chacun d'apprendre la tolérance et la compréhension, de s'ouvrir, de grandir.
Je suis la première à me traiter de tous les noms... A me juger.
Autre point commun entre nous :wink2: Je suis aussi très dure envers moi-même. oups, pardon: j'étais. Je le suis moins.
C'est une clef pour débloquer l'estime de soi.
C'est aussi une clef pour avoir moins besoin de reconnaissance.
Mais le juge interieur est indispensable pour se réeduquer soi-même. Faut juste qu'il arrête d'être trop severe :langue1:

A bientôt Noysette et au plaisir de te lire :lutin:
Avatar du membre
Noysette
Messages : 1048
Enregistré le : mercredi 29 janvier 2020 10:15

Qui a déjà vécu un burn out?

Message par Noysette »

Magnifique, merci pour le tuyau technique de l’@ et du pseudo, @grenouille11 :smile2:

Voilà c’est ça, on a en nous les moyens de rebondir, par l’exercice
Juste je trouve que c’est trop lent, et aussi que la volonté n’est pas toujours au rendez-vous :mrvert:

OUI j’ai ressenti cela… Un jour il y a 8 ans j’ai vu mon univers démesuré. J’ai vu tout cela que je ne voyais pas avant. Il m’est même arrivé de regretter mon aveuglement antérieur… Mais après réflexion je suis heureuse d’avoir ouvert cette porte vers l’infini… l’infini de tout : la beauté le courage mais aussi la souffrance…

Quand même bravo
Sans avoir été confronté aux mêmes difficultés, personne ne sait s’il aurait su les surmonter comme toi
Et c’est bon de te lire, ça montre qu’on peut

Je crois que l’on risque le burn out quand on donne plus d’importance aux avis des autres qu’au sien propre
Je suis consciente d’être de ceux-là, je sais que c’est un problème. Mais je préfère malgré tout (burn out, dépression, peur des autres, perte de confiance etc) faire partie des gens qui subissent que de ceux qui torturent via des actes ou simplement des paroles (étiquettes, jugements…)

La première psychologue que j’ai rencontrée m’a appris à être bienveillante avec moi-même : me faire un cadeau chaque jour, le cadeau n’étant pas forcément un objet matériel :wink2: C'ets sympa, facile à faire, et que de bénéfices :smile:

Belle journée à Toi :fleur:
Avatar du membre
grenouille11
Messages : 717
Enregistré le : mardi 10 mars 2020 4:59

Qui a déjà vécu un burn out?

Message par grenouille11 »

Salut @Noysette :bye:

J'avais pas vu ta réponse, oups :newblush:

Ouiiiii, ca c'est important :yeh:
Je crois que l’on risque le burn out quand on donne plus d’importance aux avis des autres qu’au sien propre
Je suis consciente d’être de ceux-là, je sais que c’est un problème. Mais je préfère malgré tout (burn out, dépression, peur des autres, perte de confiance etc) faire partie des gens qui subissent que de ceux qui torturent via des actes ou simplement des paroles (étiquettes, jugements…)

La première psychologue que j’ai rencontrée m’a appris à être bienveillante avec moi-même
Dans la derniere boite où j'étais, il y a quatres personnes dominantes à l'esprit critique et moqueur( y en a dans toutes les boites). Qui font comme elles devaient faire au collège, c'est à dire prendre dans leur groupe des influençables pour en faire des alliés contre une personne qu'elles choisissent pour "descendre".
Quand j'étais nouvelle, elles sont venues me tester, me cerner "qu'est ce qu'on pourrait bien faire avec elle, alliée ou ennemi ?".
J'ai vite vu qui elles étaient. Je les ai évitées par la suite. Mais ça ne leur a pas plu "Ou tu es de notre côté, ou tu es notre ennemi et on va t'en faire baver"
Ce qui s'est passé, c'est que j'ai preferé cotoyer ceux et celles qu'elles avaient bien descendu par derrière. J'ai toujours fait comme ça depuis toujours. Je deteste la mechanceté gratuite et l'hypocrisie.
Elle m'en on fait baver et c'était facile parce que je faisais rien comme tout le monde, donc facile à critiquer.
Elles: "tu bois de la soupe froide ?!!! Mais t'es completement givrée toi ! " et elles partaient en rire de... pétasse (si j'ose dire)
Dans le couloir en revenant au poste, elle chatonnaient la musique de Dark Vador (je suis souvent habillée en noir)
ou m'appelaient pour me faire venir à elles et disaient "non rien, tu peux repartir" Bref tu vois le genre.
Pendant tout le temps de ce doux harcèlement (mais profondement anxiogene) qui a duré 8 ans, je n'ai rien dit, j'ai refoulé.
La meneuse était chouchoutte du chef d'équipe et 80% des salariés preferaient être dans leur camp plutot que d'être leur ennemi, ce qui faisait que beaucoup retournaient leur veste. Cette ambiance globale m'ecoeurait chaque jour.

Un jour une nouvelle est arrivée et on s'est tout de suite entendue. On est devenue amie à l'exterieur. Je l'ai surnommé bip-bip tellement elle a la pêche.
Il s'avere que bip-bip et la meneuse se connaissaient d'une autre boite et s'entendaient bien toutes les deux aussi.
La meneuse est devenue gentille avec moi :timide:
Du coup elle s'inserait entre nous et bavardait comme si de rien etait.
J'etais subjuguée par son arrogance. Il m'était aussi difficile de lui pardonner et de faire comme si de rien était.
Juste je la regardait dans sa noirceur d'esprit. Quelque part elle m'a aidé a retrouver mon estime, sans le vouloir. Mais jamais j'ai fait ami ami avec elle.
Un jour elle a été trop loin et a eu une mise à pied. Quelque mois plus tard une deuxieme mise à pied. Son charme est tombé et quelques personnes ont saisi l'occasion pour la descendre à son tour. Restait environ 40% d'influencables qui continuaient de la proteger.
Puis un jour elle est partie "cause demenagement avait-elle dit". On a su apres qu'elle s'etait bien prit la tete avec le boss. Trop de gens s'en plaignaient.
Ensuite avec le temps le noeud du groupe d'influencable s'est retrouvé perdu. De temps en temps je les regardait et pensait "vois qui tu es, grandit et construit toi tout seul maintenant". Pas besoin de leur en vouloir, je voulais juste qu'ils se regardent eux et se jugent eux-même.

Au tout début, l'impact de leur parole "poison" me touchait. J'étais descendue. C'était leur but. Ce sont des egos qui se sentent exister à travers l'humiliation de l'autre.
Les personnes cibles sont toujours des personnes qui n'ont pas confiance en elles, qui se sous-estiment, qui ont peu d'ego.
Mais au fur et à mesure que je prenait confiance en moi (merci les quatre accord tolteques :yeh: ) et que j'appliquais chaque jour ces accords, surtout celui-ci "ne rien prendre personnellement pour soi", leur paroles avaient de moins en moins d'impact.
Je voyais une psychologue à l'epoque qui me disait

"la parole, c'est comme des oiseaux qui s'envolent d'un point à un autre.
Il y a des oiseaux blancs (paroles positive, carresse de l'ame) et des oiseaux noirs (parole negative, poison de l'ame).
Essaie d'envoyer le plus d'oiseaux blancs à ceux qui t'en envoient des noirs.
Ferme la porte aux oiseaux noirs (exercice de visualisation) et fait en sorte que ceux qui entrent deviennent blanc"

Jusqu'à ce que j'arrive à regarder dans les yeux le dominant quand il m'envoie ses paroles blessantes, et que je lui souris sans répondre. Ca le desarme.
C'est ce que j'ai fait avec mon ex et c'est comme ça qu'il a pété les plombs et fait n'importe quoi pour " recuperer son emprise sur moi".
Par contre ça exige une maitrise des emotions, parce que les pics qu'envoi l'agresseur verbal (paroles negative, oiseaux noirs, poisons de l'ame) sont faite pour titiller les emotions justement.
Le truc qui m'a aidé pour ne pas ceder aux emotions, c'est de me dire à chaque fois "ce n'est pas à mon ame qu'il parle, mais à ce qu'il croit que je suis. C'est sa croyance, pas la mienne)

Tout ça, ce sont des experiences qui m'ont permis d'avancer. Sans ça comment j'aurais pu me faire les dents :wink2:

Alors oui quand on donne plus d'importance à l'avis des autres qu'à soi, on est sous leur emprise et on est deconnecté de nous-même en quelque sorte.

Et être bienveillant avec soi-même, c'est de ne pas entrer dans le jeu de l'autre. Y entrer, ce serait de la malveillance contre nous-même.

Bon bah encore une fois je t'en ai mis une platrée :god: J'adore te lire, tu m'apporte beaucoup, en esperant que ce soit reciproque !

Bonne journée et bon moral Noysette :yeh:
Avatar du membre
Noysette
Messages : 1048
Enregistré le : mercredi 29 janvier 2020 10:15

Qui a déjà vécu un burn out?

Message par Noysette »

Miam ! Une tartine !!! :yeh:

@grenouille11

Oui c'est réciproque :wink2:
quatres personnes dominantes à l'esprit critique et moqueur
J'adore ! Chez les chiens aussi il y a les dominants. Il faut en tenir compte dans le dressage
Du coup chez les humains aussi peut-être

Je crois qu'on voit de l'autre ce qu'il veut montrer
Et que ce qu'il veut montrer est souvent l'inverse de ce qu'il est

Si on est sûr de soi on n'a pas besoin de se démener pour le prouver

Ces filles avaient peut-être peur d'être dominées

C'est dommage qu'elles aient utilisé leur humour et leur esprit critique à "descendre les autres", au lieu de les afficher positivement, pour s'attirer l'amitié au lieu de la soumission...

Les accords toltèques j'adore aussi :jap:

Ta psychologue aux oiseaux pourrait donner une leçon à la psychologue recrutée par mon employeur ? Parce que cette dernière m'a dit "les gens comme vous se feront toujours avoir par les gens comme eux" :mrvert:

Jusqu'à ce que j'arrive à regarder dans les yeux le dominant quand il m'envoie ses paroles blessantes, et que je lui souris sans répondre. Ca le desarme.
Par contre ça exige une maîtrise des émotions, parce que les pics qu'envoie l'agresseur verbal (paroles negative, oiseaux noirs, poisons de l'ame) sont faite pour titiller les emotions justement.
Le truc qui m'a aidé pour ne pas ceder aux emotions, c'est de me dire à chaque fois "ce n'est pas à mon ame qu'il parle, mais à ce qu'il croit que je suis. C'est sa croyance, pas la mienne)
Voilà. C'est ça.
On ne peut pas changer l'autre, mais on peut agir sur soi.
Il ne s'agit pas d'accepter les agissements de l'autre, mais de comprendre comment et pourquoi ce qu'il fait nous affecte, puis adopter en réponse un comportement adapté.
Adieu la colère la fuite la tristesse. L'autre est responsable de ses actes, qui lui sont dictés par ses intentions. Mes intentions et mes actes à moi sont de ne pas me laisser influencer par ceux des autres, et d'agir selon mes propres objectifs...
Tout ça, ce sont des experiences qui m'ont permis d'avancer. Sans ça comment j'aurais pu me faire les dents :wink2:
Encore une fois j'aime : c'est plus que de la résilience... :autop:

C'est bon de pouvoir aujourd'hui écrire ces mots, de constater tout le travail accompli :zenzen:

Belle journée à Toi et à toutes les victimes de burn out :fleur:
Avatar du membre
grenouille11
Messages : 717
Enregistré le : mardi 10 mars 2020 4:59

Qui a déjà vécu un burn out?

Message par grenouille11 »

Salut @Noysette
Ta psychologue aux oiseaux pourrait donner une leçon à la psychologue recrutée par mon employeur ? Parce que cette dernière m'a dit "les gens comme vous se feront toujours avoir par les gens comme eux"
Les psychologues du travail sont pas les mêmes que ceux du privé, ils ont moins de valeurs humaines. Je pense que si ma psychologue allait exercer dans une entreprise, elle inciterait les salariés à se révolter contre les patrons :rire2:
Il ne s'agit pas d'accepter les agissements de l'autre, mais de comprendre comment et pourquoi ce qu'il fait nous affecte, puis adopter en réponse un comportement adapté.
Yesss :smile2:

Force à tout ceux et celles qui ont subit un burn out, on se relève plus fort pourvu qu'on apprenne ce qui nous a mis dedans pour rectifier les tirs.
Avatar du membre
eric51454
Messages : 2471
Enregistré le : dimanche 18 août 2019 19:44

Qui a déjà vécu un burn out?

Message par eric51454 »

En 98.
J'étais facteur le matin et arrondissait mon salaire ou le week-end ailleurs.
Je n'ai jamais réussi à me restabiliser malgré des formations professionnelles.🙂🙂🙂
Liliedu89
Messages : 7
Enregistré le : mardi 06 octobre 2020 13:45

Qui a déjà vécu un burn out?

Message par Liliedu89 »

Hello.

Actuellement en plein dedans pour moi, en arrêt depuis février 2020 mais avec des signes que j'ai ignoré depuis août 2019. Epuisement principalement lié au travail mais aussi avec la vie personnelle.
Après un gros travail avec ma psy (que mon médecin traitant m'a recommandée), j'ai fait des progrès même s'il est encore un peu prématuré de retourner au travail. J'y retournerai car j'aime mon travail malgré tout mais je ne m'investirai plus de la même manière et je mettrais les choses à plat. J'accepte dorénavant l'idée d'y retourner alors qu'au début de ma thérapie, il n'en était pas question. Cela ne m'empêchera pas de regarder les offres d'emploi pour éventuellement une nouvelle vie ;)
Je me permets un conseil : fais toi aider, ne reste pas seul(e). Bon courage !
Avatar du membre
grainbleu
Messages : 3771
Enregistré le : mercredi 21 novembre 2012 13:07

Qui a déjà vécu un burn out?

Message par grainbleu »

Moi je suis dedans là. C’est mon 2e jour d’arrêt de travail.
Comment vas-tu @Liliedu89 ?
Avatar du membre
grainbleu
Messages : 3771
Enregistré le : mercredi 21 novembre 2012 13:07

Qui a déjà vécu un burn out?

Message par grainbleu »

Hello ici, un article qui le parle bien et dans lequel je me reconnais :
https://www.google.fr/amp/s/www.forbes. ... niser/amp/
Après concernant le conseil de lâcher prise, de ne pas être perfectionniste, d’accepter les erreurs voire les échecs, c’est plutôt difficile de se changer.
Liliedu89
Messages : 7
Enregistré le : mardi 06 octobre 2020 13:45

Qui a déjà vécu un burn out?

Message par Liliedu89 »

grainbleu a écrit : mardi 27 octobre 2020 9:16
Moi je suis dedans là. C’est mon 2e jour d’arrêt de travail.
Comment vas-tu @Liliedu89 ?
Merci Grainbleu. Ça va plutôt pas trop mal même si pas simple de gérer le 2ème confinement. Ça j'avoue que je sature plus qu'au 1er.
Cela fait maintenant 9 mois que je suis en arrêt. Je m'occupe...
Et toi comment ça va ?
Avatar du membre
grainbleu
Messages : 3771
Enregistré le : mercredi 21 novembre 2012 13:07

Qui a déjà vécu un burn out?

Message par grainbleu »

Coucou @Liliedu89 , ça va bien, j’ai été licenciée de mon travail, je suis soulagée. Le confinement par contre, vu que j’ai morflé au premier (enfant/télétravail/etc) m’angoisse beaucoup et j’ai peu d’énergie.
J’ai repris le boulot fin de semaine dernière et c’est bien. D’autant plus que je n’ai plus la pression pour bosser.
Répondre
  • Sujets similaires
    Réponses
    Vues
    Dernier message