Qui a déjà vécu un burn out ?

Règles du forum

:fle: Avant d'ouvrir un nouveau sujet dans cette partie du forum, pensez à utiliser Les moteurs de recherche du forum.
:fle: Un point bleu s’affiche devant les messages sans réponse Image
Répondre
Avatar du membre
Freg
Messages : 616
Enregistré le : samedi 19 septembre 2020 1:17

Qui a déjà vécu un burn out?

Message par Freg »

Salut à tous !

@grainbleu je suis allée lire ton article.
J'ai subi un burn-out il y a longtemps, et depuis, j'ai clairement dû apprendre à considérer mes limites. Le pire c'est que je m'étais mise en burn-out, non pas par "inconscience de moi-même", mais pour prouver à tous que je ne pouvais pas faire ce qu'on me demandait.

Message à tous : Mauvaise idée... Ca ne marche pas, et en plus il reste souvent des séquelles...

Je me reconnais à fond dans ce que j'ai lu en diagonale de ton article, que je trouve effectivement intéressant.
Je suis moi-même une battante et une perfectionniste (quand je me sens impliquée, évidemment).

Du coup j'ai voulu répondre à ta phrase : "concernant le conseil de lâcher prise, de ne pas être perfectionniste, d’accepter les erreurs voire les échecs, c’est plutôt difficile de se changer."
Si je peux me permettre de te partager mon vécu par rapport à tout ça, je pense que ça peut être utile.

Le lâcher-prise, je l'ai appris par la force des choses. A force de s'accrocher à des éléments contre-productifs, donc nocifs, on reçoit le résultat. Mieux vaut éviter d'aller à l'extrême donc, comme le burn-out par exemple, pour s'en rendre compte, et essayer de vraiment se connecter à nos envies et nos besoins prioritaires de l'instant.
Pour ça il faut donc forcément travailler sur nos limites. Vu ta situation de femme active et de mère, pas facile facile... Et pourtant, ça me semble fondamental. Par exemple, savoir dire stop lorsqu'une situation ne nous convient pas/plus, me paraît clef.
On sait très bien qu'on peut supporter beaucoup de choses, mais jusqu'à quel point et surtout pourquoi ? Ce sont des questions sur lesquelles j'ai travaillé.

A partir de là, il me semble que la problématique des erreurs se déleste d'un gros morceau, puisqu'on fait du tri dans ce qui nous importe pour de vrai, donc on sait de mieux en mieux ne plus se crisper, ne plus considérer ce qu'on aurait autrefois déterminé comme "erreurs et risques à prendre en compte".
On se met à prendre les choses comme elles sont, tout simplement.
S'il y a lieu de réagir ou d'apprendre une leçon, en fonction des considérations que j'ai mis(es ?) en exergue plus haut, alors on saisit simplement l'opportunité de s'améliorer. En tout cas, c'est comme ça que je fonctionne maintenant (et ça marche bien :rire1: je n'ai plus de frustration liée aux petits événements du quotidien :smile: ).

Ensuite, le nerf de la guerre, le perfectionnisme... En fait je pense que la diabolisation de ce trait de personnalité est juste un mythe culturel ancré.
Moi aussi je croyais que "c'était pas bien", a priori, vu là où ça m'avait menée. Mais je ressentais tellement de frustration à aller à contre-courant de mon esprit critique et de ma volonté intrinsèque de bien faire ce que je fais selon mes propres critères, que visiblement ce n'était pas exactement le problème.
Tu sais, c'est comme la vieille croyance de "la curiosité est un vilain défaut". C'est n'importe quoi (bien qu'on pourrait l'appliquer dans certains cas où quelqu'un aurait des troubles impliquant une curiosité "mal placée").
Je pense que ces deux croyances viennent du consensus d'un groupe de personnes qui n'aiment pas qu'on les dérange, ne savant pas simplement poser leurs propres limites, ou n'aimant pas la remise en question (malheureusement, nos aînés sont beaucoup comme ça, je trouve).

Le perfectionnisme, ce n'est pas mal en soi. Ca permet un tas de choses. Qu'est-ce que l'Histoire aurait été sans des personnes comme ça, par exemple ? Comment produire des choses pertinentes, adaptées, personnalisées ou personnalisables, sans une dynamique ayant une idée précise du but à atteindre ? Car, qu'est-ce que c'est d'autre que ça, le perfectionnisme, au fond ?
Ce n'est pas la volonté de vouloir tout contrôler par monts et par vaux. Ce n'est pas la crispation constante. Ce n'est pas la critique froide, agressive, piquante, à tout bout de champ. Ce n'est pas de l'énergie gaspillée, jetée par la fenêtre. Ce n'est pas une perte de temps inutile.
Ca, ce sont juste des symptômes qui peuvent se rajouter à ce trait de personnalité en fonction de nos vécus difficiles, quand ce n'est pas juste un jugement à l'emporte-pièce d'autrui, selon moi.

Donc, je me suis réconciliée avec mon perfectionnisme. J'ai compris que tout le monde ne pouvait pas vivre et voir les choses comme je les vois, car j'ai une perception et une volonté qui sont uniques. Je pense que j'ai juste un fonctionnement particulier, riche et merveilleux, qui me profite à moi, et peut profiter à d'autres. D'ailleurs, j'ai eu des personnes autour de moi qui ont su reconnaître à sa juste valeur ce trait de caractère. Très peu proportionnellement, mais quand même. Et j'ai arrêté de me fier à la majorité des gens pour réfléchir et agir. Je trouve ça d'une vanité accablante.
Je trouve que ça, c'est un vrai point qui nous fait perdre de l'énergie, en tant que perfectionnistes.
Je pense qu'il faut se fier à ceux en qui on estime pouvoir avoir confiance, voilà tout. Et en tant que perfectionnistes, a priori, on peut relativement facilement poser clairement les critères de quelqu'un en qui on peut avoir confiance.
Cependant, cette facilité dépend surtout, à mon sens, des croyances conditionnées que l'on a intégré par le passé, et de la situation affective dans laquelle on est. Si ces deux aspects sont au beau fixe, tout roule, selon mes pronostics :rire1:

Aussi, pour me stabiliser concrètement et travailler sur moi en pratique, je me suis inspirée de personnes qui savent selon moi gérer leur vie "sans se prendre la tête". C'est très encourageant de les observer, je trouve. Ca me recentre. (D'ailleurs je vis avec l'un d'entre eux :rire1: c'est pratique !)

Voilà. Il peut y avoir beaucoup de choses à dire, mais c'est un bon résumé, pour un début, je trouve. (Perfectionnisme satisfait bonjouuuuuur :smile2: )
m.agg
Messages : 6307
Enregistré le : jeudi 10 janvier 2013 21:58

Qui a déjà vécu un burn out?

Message par m.agg »

Deux bur out

L un a 20 ans j'étais apprenti en assurance bts. La cause le malheur . J'étais mal a l'idée de bosser je em sentais mal dans l agence . Un matin j'ai dit stop et fondu en larmes resultat hospi. Un an plus tard je retravaillées en Cdi mais multiple arrêt

A 27 ans Burn out dans la douche. Cause je voulais trop en faire et dominer par le chef
Je m'en suis pas remise arret depuis 7 ans bientôt. Je souffre pour reprendre car j'ai peur et tout oublier. Le stress du travail me fait peur . Meme donner un CV me terrorise car j'imagine déjà.
Je fais un projet pro et je vois bientôt une ergotherapeute pour adapter le projet à mon handicap car je suis marqué
Avatar du membre
Freg
Messages : 616
Enregistré le : samedi 19 septembre 2020 1:17

Qui a déjà vécu un burn out?

Message par Freg »

@m.agg Tu es sûre de vouloir retravailler dans le système actuel ?
m.agg
Messages : 6307
Enregistré le : jeudi 10 janvier 2013 21:58

Qui a déjà vécu un burn out?

Message par m.agg »

Je n'ai pas le choix . Je ne support plus la vie de malade , je n'ai pas de ressource .
Avatar du membre
grainbleu
Messages : 3771
Enregistré le : mercredi 21 novembre 2012 13:07

Qui a déjà vécu un burn out?

Message par grainbleu »

Hello @Freg
Merci pour ton retour et surtout ton partage d’expérience, copine perfectionniste! Cette réflexion me donne de la nourriture intellectuelle :smile: .
En ce qui concerne les limites propres, c’est mon gros travail et mon champ de bataille actuellement. C’est une des clés.
Sur le lâcher prise, je dois me trouver encore aux balbutiements (ou peut-être bien plus loin que je ne pense mais quand on est perfectionniste on vise très haut sur la montagne). J’ai du mal à comprendre où lâcher prise et où tenir bon, car oui, il y a des choses qu’on ne peux pas lâcher, ni choisir de s’en occuper à plus tard. S’occuper de certains noeuds et ne pas laisser pourrir une situation peut avoir des conséquences sur la vie toute entière. Ne pouvant pas être sur tous les problèmes à la fois, il faut choisir ses batailles. Ce qui est assez frustrant pour moi et mon « monde idéal ». Pourtant ma souffrance vient aussi de mon besoin de contrôle, et un meilleur lâcher prise sur les choses qui m’arrivent m’aiderait certainement à vivre plus sereinement. Je n’ai pas trouvé encore comment. Depuis 7 ans dans ma vie, « je fais ce que je peux » et c’est assez frustrant. Faire ce qu’on leur quand on est perfectionniste, c’est pas très satisfaisant. Pourtant il semblerait que je ne puisse pas faire autrement. En même temps j’ai appris à être largement moins perfectionniste sur tout, et du coup très performante. Mais ça m’épuise alors j’ai pas encore trouvé la bonne recette. Le burn out fait ainsi partie de tout ça. Le prix à payer Peut-être aussi pour des résultats (La survie de mes enfants par exemple). :pense:
En ce moment, un bon lâcher prise sur l’argent me ferait du bien. Les peurs financières me paralysent et je ne sais pas comment m’en libérer. C’est
Avatar du membre
Freg
Messages : 616
Enregistré le : samedi 19 septembre 2020 1:17

Qui a déjà vécu un burn out?

Message par Freg »

@m.agg Je comprends parfaitement que tu ne puisses pas voir d'autre issue.
Cependant, j'ai l'impression que si tu reprenais le boulot dans ces conditions, tu irais droit au casse-pipe...
Tu as pensé à te remettre dans une routine sociale d'abord via des assos, du bénévolat, ou de l'interim, pour voir où tu en es sans te mettre trop de pression ?
Aussi, as-tu des désirs et des rêves d'autonomie par rapport au monde du travail ? Si oui, tu penses qu'il te faudrait quoi pour les réaliser ?

@grainbleu Je suis contente que ça t'ait apportée :smile:

Oui pour le lâcher-prise, tant qu'on n'est pas arrivé vraiment au bout, on ne sait pas exactement jauger le taux d'excès de contrôle, je crois :rire1: Surtout qu'en 5s on peut aller dans un extrême ou dans un autre :rire1:
Mais bon, ce n'est pas l'important. L'important c'est de voir l'évolution. D'ailleurs se concentrer sur ce qu'on a réussi à faire plutôt que ce qui n'est pas encore fait est probablement le genre de principes à mettre en mémo pour tout perfectionniste "burn-outé" de notre trempe :rire1:

Oui, le monde idéal... Le besoin de contrôle allié au lâcher-prise, justement... Il y a 2 ans j'ai compris que le lâcher-prise pouvait aussi être le lâcher-prise sur l'envie, voire le besoin, de maîtriser. C'est un comble, quand même. Lâcher-prise sur l'interdiction d'avoir prise... Voilà à quoi on peut en être réduit dans ce chaos social. Et le pire, c'est que lorsque j'ai parlé de ça autour de moi, ça ne parlait à personne, tellement on s'est tous fait enfermer dans des paradigmes psychologiques spécifiques à chaque particularité caractérielle... Et comme on ne peut plus reconnaître la différence de l'autre, pour la fausse nécessité de standardiser la population, on se noie dans la folie que produit la solitude profonde.
Depuis quand vouloir maîtriser quelque chose est une tare, hein ?
Depuis que certains l'ont décidé...
Et notre monde idéal c'est quoi, alors ? Comment faire ?
Pour ma part si je peux me permettre de parler pour nous, je crois que notre monde idéal est un monde où l'on pourrait user de notre qualité immense qu'est notre dynamique qualitative. Je pense même qu'on en a besoin. C'est une partie de nous qui DOIT s'exprimer et être canalisée dans quelque chose qui nous convient. A ce titre, on a le droit de choisir, modifier ou créer notre environnement pour qu'il nous corresponde "parfaitement", si c'est notre délire dans la vie ^^ C'est pas pire, pas mieux qu'un autre.
C'est très important, je crois, qu'un perfectionniste puisse se sentir pleinement à l'aise avec son environnement, sur lequel il aura forcément des exigences tranchées puisque nécessaires...
En somme, je pense qu'il faut savoir se (re)faire de la place, et se (re)donner le temps. Mais pour ça, il faut aussi le pouvoir. Et comme tu dis, ce n'est pas toujours évident dans l'immédiat... Mais le simple fait de le vouloir sans relâche permet de débloquer des petites choses petit à petit...

L'argent, l'argent... Oui, précisément, la survie. Si la survie n'est pas assurée, aucun temps ne peut être pris pour nous-même, de mon expérience.
J'espère que tu trouveras cette sécurité primordiale au reste. Peut-être qu'il faudrait justement mettre ça au premier plan : trouver un projet qui te permette de te sentir sereine matériellement ?

Bon courage :fleur:
PS : Apparemment ton message ne s'est pas envoyé en entier.
m.agg
Messages : 6307
Enregistré le : jeudi 10 janvier 2013 21:58

Qui a déjà vécu un burn out?

Message par m.agg »

Bah la je pense devenir pet sitter z mon compte donc la gestion du stress patron est dissou . Je vais faire mon emploi du temps en fonction de moi et mes besoin.
Avec une ergotherzpeute on va fixer les limites de prise en charge etc pour éviter la surchage et prendre en compte mes traitement et aussi les facteur pouvant amener au burn out . Je vais d abord faire les formation z distance avec quelque jour présentiez ce qui va m'aider z retrouver un rythme et voir si je tien et jai plusieurs formation a faire . Mzis elle seront étalée dans le temps
Avatar du membre
Freg
Messages : 616
Enregistré le : samedi 19 septembre 2020 1:17

Qui a déjà vécu un burn out?

Message par Freg »

Ah, cool :smile:
Avatar du membre
grainbleu
Messages : 3771
Enregistré le : mercredi 21 novembre 2012 13:07

Qui a déjà vécu un burn out?

Message par grainbleu »

Coucou @Freg
Oui j’étais chez le coiffeur et je devais aller au bac :rire2: .
Comment vas-tu ?
Moi je vis ce que j’ai à vivre et ne souhaite pas penser à après. I have no next, j’ai dit à un ancien collègue. Là j’ en ai marre qu’on me demande si n’ai trouvé autre chose, si j’ai des pistes etc. J’ai le sentiment qu’ils veulent tous que j’aille plus vite toujours plus vite. Ça me saoule maintenant. Je suis dans un état d’épuisement qui n’est apparemment pas visible pour ces personnes, où alors c’est juste le reflet de leurs propres peurs qui est exprimé. Ça et les conseils non sollicités à la con comme « inscrit toi au chômage en avance, plus vite tu l’auras fait et plus vite tu seras sûre de toucher » :ohnon:. Bref, c’est pas glorieux.
Avatar du membre
Freg
Messages : 616
Enregistré le : samedi 19 septembre 2020 1:17

Qui a déjà vécu un burn out?

Message par Freg »

Hello @grainbleu !
Ah bah, envoyer un message incomplet, c'est bien la preuve que tu n'es pas perfectionniste à l'extrême, déjà ! :p
Je vais bien, merci :smile: mon perfectionnisme se sent chaque jour un peu plus à l'aise :rire1:
C'est super ça, que tu vives ce que tu as à vivre, je trouve :smile:
Si on ne ressent pas la nécessité de vouloir penser à après, alors je pense qu'il ne le faut surtout pas.
Il faut simplement se faire confiance. On est a priori suffisamment alerte pour réagir si quelque chose nous faisait ressentir l'urgence.
A vrai dire, je fais exactement comme toi. J'ai dû me "retirer" moi aussi. Obligé, je pense, après un burn-out.
J'ai pas une thune, mais je me fais confiance :rire1:
Je sais que quand je sens qu'il est temps, les moyens arrivent. Et je sais que je fais au mieux pour régler mes problèmes de gestion qui viennent de mes troubles émotionnels. Au final, je sais qu'en mettant à la première place mes troubles, je mets à la première place mes problèmes de gestion. Et toute culpabilité peut s'envoler sereinement ^^
Car non, je ne veux pas régler mes problèmes concrets en le vivant mal, en me forçant. Ce n'est pas une vie que j'accepte.
Apparemment, j'en ai le droit ^^ Je constate que les choses se font et se débloquent autant de l'extérieur que l'intérieur, avec cette dynamique.
Du coup, j'aimerais que tous ceux qui ont cette problématique de culpabilité vis-à-vis de leurs affaires matérielles puissent passer par là (ou ailleurs, du moment qu'il y a libération).
Et oui, je crois comme toi qu'il y a une sorte de frénésie de la part de pas mal de gens, à croire qu'il faut absolument tout de suite trouver un équilibre matériel. Alors qu'avant ça, il faut trouver un équilibre interne sur l'instant présent. Et oui, ça appelle probablement à des peurs qui leur sont propres...
En tout cas, moi aussi je pourrais peut-être toucher des allocs depuis longtemps et j'aurais pu résilier des prélèvements depuis aussi longtemps, donc j'espère que la question de fin de mon dernier message ne t'a pas fait penser que je te conseillais de "prendre en main ta vie", comme ceux dont tu parles, hein ? :pense: :rire1:
Bonne soirée :smile:
Avatar du membre
grainbleu
Messages : 3771
Enregistré le : mercredi 21 novembre 2012 13:07

Qui a déjà vécu un burn out?

Message par grainbleu »

Hello @Freg , non pas du tout je ne l’ai pas compris comme ça!
Oups y’a les sirènes de la ville qui retentissent...
me revoilà. comme les sirènes ont sonné hier, je me suis demandé si ca y est c'était la guerre.
Je te remercie Freg pour ton partage qui me fait du bien. Quand as tu quitté ton emploi? Ou es tu en arrêt maladie? Moi j'y suis toujours au boulot, même si ca s'arrêtrea fin janvier (avant j'espère honnêtement). Je suis dans un état d'épuisement à me demander comment j'en suis arrivée là. Pourtant je sais très bien comment, et je savais que j'allais être dans cet état quand j'ai recu le jugement, et aussi quand j'ai décidé de faire appel.
Maintenant, bah, y'a plus rien à faire d'autre que s'écouter afin de vivre et de s'attaquer au chantier haut comme une montagne. Je pense que c'est aussi ce pourquoi je dors mal, la montagne de problèmes à régler. Au moins le boulot n'en est plus un, de problème.
Tu as trouvé la clé (ou une clé) Freg, si tu te fais confiance. C'est ce qu'il me manque moi, en ce moment. Je doute de moi (de tout) et en mes capacités et mes ressources, qui sont pourtant les seules choses que j'ai pour me sortir des problèmes.
A bientôt Freg :bye:
Avatar du membre
grainbleu
Messages : 3771
Enregistré le : mercredi 21 novembre 2012 13:07

Qui a déjà vécu un burn out?

Message par grainbleu »

Suis en burn out maternel.
j’en ai marre d’être fatiguée, et notamment à cause des enfants. Je pense être ferme et avoir de l’autorité avec mes twinz, mais peut-être suis-je encore trop permissive. Mettre des limites tout le temps, sanctionner, expliquer, rester vigilante à leur sécurité, leur santé, l’école, etc, clairement pas mon truc. Mais je le fais. Cependant ça me vide de mon énergie de faire ça. Fixer encore plus de limites, c’est possible, mais ne ressemble en rien à la vie de mère que j’aimerais, et le type de relation que je souhaite avec mes enfants. Se pose un problème supplémentaire jouant dans ma fatigue, la gestion du 3e, le fils de mon chéri , qui a 6 ans, et qui s’entend comme lard et cochon avec les twinz ce qui les émulent ensemble (avec peut être le pouvoir numérique). Ce que j’ai à gérer dans ces conditions, c’est faire la police et refixer des limites, tout en laissant gérer le chéri aussi. J’en arrive à réduire le temps passé à 5 toutes les 2 semaines, malgré mon amour pour tout ce monde là et les moments “en famille”. Continuer comme ça, certe. Les résultats sont d’ailleurs pas si mauvais. Problème, je me fatigue de plus en plus et je ras le bol augmente exponentiellement. J’ai d’ailleurs plus de “buffer” étant dans une loi des séries négatives (et ça, faut faire avec).

Parents qui passez par là:
Quelles sont les limites que vous fixez pour vous préserver? Quelles sanctions appliquez-vous? Comment parvenez vous à ne pas vous laisser avoir par l’affectif et/ou la culpabilité?
Merci d’avance pour vos suggestions bienveillantes.
Avatar du membre
Freg
Messages : 616
Enregistré le : samedi 19 septembre 2020 1:17

Qui a déjà vécu un burn out?

Message par Freg »

Coucou @grainbleu :smile:

Je ne suis pas parent mais je pense pouvoir te répondre quelque chose, pourtant ;)

La parentalité n'est pas une secte ! :rire1:
Avatar du membre
Noysette
Messages : 1048
Enregistré le : mercredi 29 janvier 2020 10:15

Qui a déjà vécu un burn out?

Message par Noysette »

Bonjour :fleur:

J'adore ton humour Freg :smile2:

Grain-Bleu, elle a raison Freg : les non parents aussi peuvent t'être de bon conseil : avec un point de vue extérieur on peut avoir des idées efficaces :wink2:
grainbleu a écrit : vendredi 13 novembre 2020 14:52
Hello @Freg
... J’ai du mal à comprendre où lâcher prise et où tenir bon, car oui, il y a des choses qu’on ne peux pas lâcher, ni choisir de s’en occuper à plus tard.
En remontant même au-dessus je lis ton envie de lâcher-prise sur différents plans : financier, boulot, enfants...

Et pour faire contre-poids le perfectionnisme et la culpabilité

Je suis parent et en plein dans tout ce que tu traverses aussi, y compris la dépression - burn out, voici ce qui m'aide :

je crois que la maîtrise est une illusion.

La vie par nature est pleine de surprises
Quand on "va bien" on mène de front plein de choses : emploi, famille, amis, loisirs etc
Quand on "craque" on voit tous les verres à moitié vides : on se sent nul, et on essaie de remonter la pente sauf qu'on se donne comme objectif le sans faute alors que quand on allait bien on n'était pas non plus parfait, juste on voyait le verre à moitié plein
Le burn out, la dépression, modifient notre perception de la réalité : on est dans le négatif et on croit que le positif est une perfection

C'est compréhensible ce que je raconte ?
Avec d'autres mots, c'est quand ça ne marche pas comme on veut qu'on est dans la vraie vie :smile2:

Un exemple pour illustrer qu'on est parfois plus perspicace pour les autres que pour soi : un de mes petits est-était perfectionniste, pour l'aider à ne pas partir sur la même pente que moi je lui ai dit à partir d'aujourd'hui fais au moins une c...erie par jour

Une belle chose aussi qui me reste de ma toute première fois, tou-toute première fois chez 1 psy : faites-vous au moins un cadeau par jour
Moi : ??? mais je vais me ruiner !!!
Psy : cadeau ne signifie pas magasin, ça peut être simplement écouter un CD

Dans le même ordre d'idée, un truc pour gérer l'hyper-activité des enfants : leur accorder un moment de folie chaque jour
Genre allez-y criez le plus fort possible pendant x temps, vous aurez un bonbon au miel pour soigner vos gorges et le gagnant en aura 3
Pour nos enfants petits mon mari installait une construction en hauteur et branlante avant de les lâcher dessus : chouette du danger de la permission du risque de la valorisation :yeh:

Belle journée à toutes les deux :smile:
Avatar du membre
Freg
Messages : 616
Enregistré le : samedi 19 septembre 2020 1:17

Qui a déjà vécu un burn out?

Message par Freg »

Je vous réponds dès que je peux :smile:

Merci @Noysette ;)

Belle journée à vous deux aussi ! ^^ Et à tous ceux qui nous liront :smile:
Avatar du membre
grainbleu
Messages : 3771
Enregistré le : mercredi 21 novembre 2012 13:07

Qui a déjà vécu un burn out?

Message par grainbleu »

@Noysette , merci. Je crois que tu as raison. Merci.
Trop de fatigue => besoin de contrôle
Avatar du membre
Noysette
Messages : 1048
Enregistré le : mercredi 29 janvier 2020 10:15

Qui a déjà vécu un burn out?

Message par Noysette »

Bizour @grainbleu :smile2:

Si nous apportons de l'eau à ton moulin tant mieux :smile:
318adc49b2b36a2604f1cd50f2192c70.jpg
318adc49b2b36a2604f1cd50f2192c70.jpg (80.53 Kio) Vu 4855 fois
Avatar du membre
Freg
Messages : 616
Enregistré le : samedi 19 septembre 2020 1:17

Qui a déjà vécu un burn out?

Message par Freg »

Avatar du membre
grainbleu
Messages : 3771
Enregistré le : mercredi 21 novembre 2012 13:07

Qui a déjà vécu un burn out?

Message par grainbleu »

Coucou @Freg , comment ça va?
Avatar du membre
Freg
Messages : 616
Enregistré le : samedi 19 septembre 2020 1:17

Qui a déjà vécu un burn out?

Message par Freg »

@grainbleu Salut ! : )
Bien et toi ? ^^
Ca me fait plaisir d'avoir de tes nouvelles, même si c'est sur le fil du burn-out :p alors je vais te répondre selon ce sujet x)

En ce moment je suis assez fatiguée tout en étant très contente, donc en gros : tout roule ^^
Et toi tu te sens bien ?

Et les autres burn-outés ils se sentent bien ? :p
Répondre
  • Sujets similaires
    Réponses
    Vues
    Dernier message