Relations employeur/employé en arrêt maladie

Vos relations avec la Sécurité Sociale et les autres organismes de santé.
La Dépression dans le monde du travail et des études.
Règles du forum

:fle: Avant d'ouvrir un nouveau sujet dans cette partie du forum, pensez à utiliser Les moteurs de recherche du forum.
:fle: Un point bleu s’affiche devant les messages sans réponse Image
Avatar du membre
Noysette
Messages : 553
Enregistré le : mercredi 29 janvier 2020 10:15

Relations employeur/employé en arrêt maladie

Message par Noysette » vendredi 09 octobre 2020 16:56

Hello Monsieur @Alain73 :smile2:

Brazil oui j'ai vu ce film qui m'a rendue malade :tourne: Peut-être parce que là où je bosse c'est comme ça :rire2:

Je préfère revenir à mes propres images, c'est-à-dire des gens comme moi qui vont là-bas le matin et rentrent chez eux le soir

Tu sais quoi ? Tu parles d'absurdité du respect des procédures administratives... Eh bien je dirais autre chose : pour ma part oui je lis les procédures et m'efforce d'y coller. Mais pas eux ! C'est pour ça que ça ne marche pas
Les gens font semblant de respecter les règles. En fait ils font comme les autres, en espérant que les autres font comme il faut
C'est ainsi que la médecin du travail m'a répondu que mon dossier médical ne peut m'être fourni que sur place, ce en quoi elle se met le doigt dans l'oeil jusque ...

Sur le sujet de tes médecins conseil et de ton assurance maladie je suis complètement à côté de la plaque
J'ai déjà du mal à comprendre pour moi en tant que fonctionnaire de la FPT
Mais là tu es en contact à la fois avec une médecin du travail et des médecins conseil ???
Pour ce que j'ai lu et compris : les médecins conseil sont de la CPAM donc rien à voir avec ton employeur
Si tu as affaire à eux c'est que ce n'est pas ton employeur qui paie ton assurance maladie
Je ne vais pas m'appesantir là-dessus car mon objectif n'est pas de te dire j'ai raison ou tu as tort ou révise tes cours ou pire :rotfl:
Juste j'aimerais comprendre mieux ce que tu me dis
Et je te souhaite qu'elle soit mignonne aussi :rire2:

Concernant ma notification de décision, je l'ai reçue ce matin, c'est tout expliqué sur le fil du Capitaine Haddock :wink2:
Pas du tout traumatisante

Courrier en RAC
"Je vous informe que la maladie pro déclarée en janvier 2020 ne peut pas être imputable au service"
Puis deux phrases me disant que sont joints au courrier
- deux exemplaires de la notif à signer dont une à retourner
- les copies de l'expertise et du PV de la CDR

La notification
"la pathologie dont souffre Madame Noysette n'est pas prise en charge au titre d'une maladie professionnelle"
Puis deux phrases indiquant que
- cette décision peut faire l'objet d'un recours en annulation devant le TA dans les deux mois
- le DG est chargé de l'exécution du présent arrêté

Les pauvres...
Ils viennent de se tirer une balle dans le pied
Ils n'ont pas "motivé" le refus
La CDR non plus
Ils sont cuits :yeh:
Ma galerie, le praliné : viewtopic.php?f=22&t=36587

Mon salon, le noisetier : viewtopic.php?f=13&t=36588

Avatar du membre
Alain73
Messages : 53
Enregistré le : vendredi 31 juillet 2020 10:53

Relations employeur/employé en arrêt maladie

Message par Alain73 » samedi 10 octobre 2020 11:57

Bonjour @Noysette

Effectivement, j'ai dû être un peu confus dans mes propos sur les médecins du travail et les médecins conseil. Pour faire simple :

1) En arrêt je n'ai aucun contact avec la médecine du travail, uniquement avec des médecins conseil comme il se doit. La confusion vient du fait que j'ai fait une tentative de reprise du travail l'année dernière, d'où visite de reprise avec la médecine du travail. Mais tentative avortée, d'où retour en arrêt de travail, et exit la médecine du travail (jusqu'à la prochaine hypothétique reprise du travail).
2) Nous n'avons aucun rapport, quel qu'il soit, avec la CPAM. Nous avons notre propre régime d'assurance maladie / invalidité, "autofinancé" (par des cotisations salariales et patronales, donc en clair par tes factures d'électricité). Et les médecins qui interviennent dans ce contexte ne sont donc pas non plus de la CPAM.

C'est vraiment comme un procès ton histoire de reconnaissance de maladie professionnelle. Le refus doit être motivé ? Sinon il y a vice de procédure et tu peux faire invalider (le terme est bien choisi :mrvert: ) la décision ?

Bon week-end.

Avatar du membre
Noysette
Messages : 553
Enregistré le : mercredi 29 janvier 2020 10:15

Relations employeur/employé en arrêt maladie

Message par Noysette » samedi 10 octobre 2020 14:50

:rotfl:

Oui @Alain73 , c'est exactement ça !!!

C'est super excitant du coup je trouve :yeh:

On se croit dans un film :rire2:

Il se trouve qu'en effet dans mon cas il y a des erreurs de forme, donc on peut faire invalider (ou annuler) et la décision, et l'avis, pour vices de forme (ou vices entachant les procédures)

C'est peu glorieux :mrvert:
Mais nul n'est censé ignorer la loi, alors ils n'ont qu'à se renseigner avant de faire des bêtises si ils veulent vraiment être solides

Après il y a aussi possibilité d'exercer un recours sur le fond

D'où ma question au Capitaine Haddock : si avec mon avocat on arrive à faire annuler la décision, on fait quoi ? Je repasse en expertise et en commission de réforme ? Ou alors ma demande est acceptée et terminus tout le monde descend ?

Si je dois repasser en commission de réforme je vais peaufiner ma défense ( :rire1: ) : les deux déléguées du personnel m'ont dit que les deux médecins n'ont pas remis en cause ma maladie, ni le fait qu'elle est d'origine professionnelle, mais juste que je n'ai pas fait la demande assez tôt :dry:



Sauf qu'ils auraient pu me téléphoner pendant la réunion (comme cela avait été convenu par mail avec les organisateurs de la réunion de la commission), et me demander pourquoi j'avais fait ma demande en janvier 2020, j'aurais répondu "parce que j'ai appris que je souffre de dépression seulement il y a deux mois" :langue1:

Que la décision de mon employeur soit annulée ou non il y aura forcément 1 mécontent(e), qui devra soit ravaler sa déception, soit contre-attaquer en portant l'affaire devant la Cour d'Appel. Et là encore il y aura 1 déçu(e), qui pourra porter l'affaire en Conseil d'Etat. Et là c'est fini :surprizzz:
Ma galerie, le praliné : viewtopic.php?f=22&t=36587

Mon salon, le noisetier : viewtopic.php?f=13&t=36588

Avatar du membre
Noysette
Messages : 553
Enregistré le : mercredi 29 janvier 2020 10:15

Relations employeur/employé en arrêt maladie

Message par Noysette » mercredi 14 octobre 2020 7:01

Hello @Alain73 !

Quand je te disais que ma médecin de prévention n'était pas coopérative...
Quand j'ai demandé mon dossier médical elle a répondu aussitôt que "comme il se doit" je n'avais qu'à passer
J'ai insisté pour qu'elle transmette ma demande à sa hiérarchie, qui lui a dit de vérifier auprès du service juridique

Ca remonte à 2 semaines

La semaine dernière je lui écris
Bonjour Docteur,
Avez-vous la réponse du service juridique depuis mercredi dernier ?
J'attends qu'on m'envoie par courrier recommandé avec accusé de réception la notification de décision.
J'ai demandé à recevoir la copie dématérialisée de mon dossier médical (ainsi que des précisions sur la composition et le mode de scrutin des commissions de réforme) avant ou en même temps pour raisons de délai de recours.
Dans l'attente de votre réponse je vous adresse mes respectueuses salutations


Réponse hier
Bonsoir,Mme Noysette
Selon le service juridique :
l’article R1111-2 du code de la santé publique dispose expressément que :
« A son choix, le demandeur obtient du professionnel de santé ou de l'établissement de santé communication des informations demandées,
 Soit par consultation sur place, avec, le cas échéant, remise de copies de documents,
 Soit par l'envoi de copies des documents. Les frais de délivrance de ces copies sont laissés à la charge du demandeur dans les conditions fixées par l'article L. 1111-7. »
Dans la mesure où l’envoi postal est expressément prévu par les textes, et si la personne le demande, rien ne s’oppose à ce que l’exercice du droit d’accès soit valablement exercé par la demande d’envoi et la réception de la copie du dossier médical par voie postal.
Aucune condition de forme ne semble être exigée. Toutefois à des fins probatoires et de sécurisation, il est très fortement conseillé de procéder à l’envoi avec accusé de réception. Une information de l’agent quant aux risques éventuels d’une telle procédure serait bienvenue.
Si l’envoi par courrier recommandé avec avis de réception vous convient, vous voudrez bien me le confirmer afin que je procède à cet envoi aussitôt.
Bien cordialement,


Je lui réponds aussitôt
Bonsoir Docteur,
Magnifique !
Je vous remercie beaucoup pour cette information qui recoupe celles que j'avais obtenues en faisant moi-même des recherches.
J'avais lu qu'il était possible également d'obtenir les copies dématérialisées lorsqu'elles existent.
Je pensais que scanner des documents ou en faire des photocopies prendrait le même temps, d'où ma demande de copies dématérialisées.
Mais si vous préférez m'envoyer des copies sur papier et me faire payer cela me convient aussi.
Merci encore de vous en être occupée, et à très bientôt pour que vous me disiez combien je dois et comment payer.
Dans cette attente je vous adresse mes plus sincères salutations


Et là, le supérieur hiérarchique (la DRH) intervient, étant en copie de notre échange, yyyyyessssssssss !
Bonsoir Madame Noysette,
Personne ne vous demande rien.
Je remercie également le docteur d’avoir contacté le service juridique et de vous avoir transmis sa réponse.
Par conséquent nous vous enverrons une copie dematérialisée de ces documents.
Bonne fin de journée.
Cordialement


Le docteur revient à la case départ, obligé de faire ce que j'ai demandé :yeh:

Il y a de petites victoires qui font plaisir
Aussitôt je rêve que le reste suivra, que mon recours gracieux va fonctionner, bref je redeviens positive c'est bien agréable :smile:

Comment ça se passe de ton côté : quelle est la date prévue pour ta première séance de rTMS ? Ca se rapproche, non ?
Et sinon tu es en arrêt maladie et tu souhaites retourner travailler si j'ai bien compris, sauf que c'est ta médecin du travail qui te conseille de ne pas reprendre tout de suite ? Et du coup tu as combien de temps devant toi avant de devoir reprendre absolument ? A moins que "chez toi" il soit possible de rester en maladie jusqu'à la retraite ?
Ma galerie, le praliné : viewtopic.php?f=22&t=36587

Mon salon, le noisetier : viewtopic.php?f=13&t=36588

Avatar du membre
Alain73
Messages : 53
Enregistré le : vendredi 31 juillet 2020 10:53

Relations employeur/employé en arrêt maladie

Message par Alain73 » mercredi 14 octobre 2020 9:22

Bonjour @Noysette

En voilà des bonnes nouvelles ! Tout ça pour définir les modalités pratiques d'accès à ton dossier. Enfin bon, tu les as eus à l'usure visiblement. Et quand je lis Cour d'Appel puis Conseil d’État pour invalider la décision... Cours Européenne de Justice après ? :tourne:

De mon côté ça ne se passe pas bien du tout d'un point de vue thérapeutique. La rTMS doit démarrer le 02 novembre, et en attendant, pour justifier du tarif de leurs consultations, mes psychiatres (hospitalier comme de ville) essayent quelques "optimisations médicamenteuses" au niveau de mon traitement. Du genre "tiens on va diminuer un peu le lithium" (ça à la limite c'est justifié par des paramètres objectivables par prise de sang) et "tiens on va augmenter un peu la quetiapine" (là c'est davantage subjectif). Tout ça part d'une bonne intention mais ça ne fonctionne pas et, pire, j'ai d'horribles effets secondaires à la montée et d'horribles symptômes de sevrage à la descente, à moins que ce ne soit une réactivation des symptômes de la maladie, puisque tout ça se confond allègrement. Bref, je me sens très mal, j'ai du mal à fonctionner en journée et mes nuits sont épouvantables, peuplées de cauchemars, d'agitation, de réveils anxieux et de tensions / brûlures musculaires. Résultat, on devait stabiliser les médicaments un mois avant le début de la rTMS, là on est à 3 semaines et je suis encore en train d'ajuster les potards.

La médecine du travail m'avait conseillé de ne pas reprendre tout de suite quand je l'ai vue il y a un an pour tenter de reprendre. Depuis elle ne me conseille plus rien puisque je suis en arrêt et qu'en arrêt, elle ne joue aucun rôle. Je ne sais pas ce que tu entends par "reprendre absolument", mais si c'est d'un point de vue administratif, c'est dans un peu plus d'un an, jusqu'au cumul des 3 ans d'arrêt, où l'on passe en invalidité (enfin si accordé par le médecin conseil). Donc non, on ne peut pas rester en arrêt jusqu'à la retraite, on est obligé de passer par une phase d'invalidité (dans laquelle, par contre, j'imagine qu'on peut rester jusqu'à la retraite, au même salaire que celui de la retraite si j'ai bien compris).


Avatar du membre
Alain73
Messages : 53
Enregistré le : vendredi 31 juillet 2020 10:53

Relations employeur/employé en arrêt maladie

Message par Alain73 » mercredi 14 octobre 2020 11:01

J'en profite également pour recoller un peu au topic, ou plutôt à ceux concernant les relations avec les collègues (mais ces topics dédiés sont très anciens).

J'ai deux collègues qui me "harcèlent" depuis le début de mon arrêt. Enfin qui prennent de mes nouvelles, en m'appelant, en m'écrivant. Beaucoup de bienveillance sans doute, je ne sais pas. Toujours est-il que l'un des deux me répète inlassablement à quel point lui et l'ensemble de mes collègues seraient ravis d'enfin me revoir parmi eux. L'autre m'envoie de temps en temps de notes du boulot à relire, pour m'éviter de décrocher ou me remettre le pied à l'étrier, je ne sais pas. Et bien sûr je le fais. Je n'ose pas refuser. Mais ce faisant je crains de m'exposer inévitablement à des remarques du style "tiens, il est capable de relire mes notes, mais pas de revenir bosser au bureau..."

Bon, voilà, j'ai étalé tous mes soucis du moment.

Et toi, @Noysette, où en es-tu concrètement avec ton avocat pour préparer votre riposte, maintenant que tu sais que tu vas recevoir ton dossier par la poste ?

Avatar du membre
lise
Messages : 60
Enregistré le : jeudi 16 mai 2019 10:07

Relations employeur/employé en arrêt maladie

Message par lise » jeudi 15 octobre 2020 9:09

Alain73 a écrit :
mercredi 14 octobre 2020 11:01
J'ai deux collègues qui me "harcèlent" depuis le début de mon arrêt. Enfin qui prennent de mes nouvelles, en m'appelant, en m'écrivant. Beaucoup de bienveillance sans doute, je ne sais pas.
Toujours est-il que l'un des deux me répète inlassablement à quel point lui et l'ensemble de mes collègues seraient ravis d'enfin me revoir parmi eux.
Je trouve que tu as beaucoup de chance qu'ils te disent à quel point tu es indispensable et irremplaçable, dans ce monde où tout tend à nous faire croire que personne ne l'est...
Tu as des collègues très gentils. Probablement qu'ils s'inquiètent vraiment pour toi, peut-être qu'ils redoutent pour toi ce genre de "mort sociale" qui est souvent associée aux arrêts longue maladie.
Alain73 a écrit :
mercredi 14 octobre 2020 11:01
L'autre m'envoie de temps en temps de notes du boulot à relire, pour m'éviter de décrocher ou me remettre le pied à l'étrier, je ne sais pas. Et bien sûr je le fais. Je n'ose pas refuser. Mais ce faisant je crains de m'exposer inévitablement à des remarques du style "tiens, il est capable de relire mes notes, mais pas de revenir bosser au bureau..."
Je pense que comme tu dis, ce genre de remarques est inévitable.
Mais même si ce sont des remarques déplaisantes, faut pas se formaliser.
A mon boulot, les gens font ce genre de remarques médisantes toute la journée, sans vraiment penser à mal...
Ils colportent des ragots toute la journée, disent du mal dans le dos des gens toute la journée.
On pourrait dire que c'est un environnement toxique, mais je n'en suis même pas si sûre.
J'ai souvent l'impression que ce genre de discussions a une fonction de socialisation, et que si plus personne ne s'occupait de la vie des autres en mal, les dernières traces de lien social risqueraient de disparaître.

C'est un peu comme quand on a des commères dans son immeuble :
si un jour un voisin ne sort plus, la commère va peut-être s'inquiéter, parce qu'elle note toutes les allées et venues et s'occupe de la vie des autres. Sa façon de s'occuper de la vie des autres est peut-être malsaine, mais il y a une petite chance qu'elle alerte l'entourage si quelqu'un disparaît de ses radars (même si c'est pour satisfaire sa curiosité malsaine)... Ce que ne fera pas le voisin qui ne s'occupe pas du tout de la vie des autres, et ne remarquera même pas l'absence de la personne.

Avatar du membre
Noysette
Messages : 553
Enregistré le : mercredi 29 janvier 2020 10:15

Relations employeur/employé en arrêt maladie

Message par Noysette » jeudi 15 octobre 2020 9:24

Bonjour @Alain73 :smile2:

Je suis contente de pouvoir bavarder avec toi ici, cela me change les idées et me réconforte, merci :M15:

Bon, je suis sidérée (pour ne pas dire autre chose :enrond: :marteau6: :Zen0: ) que tes médecins continuent de modifier ton traitement ; as-tu posé la question qui tue "pardon Docteur j'avais cru comprendre que je devais être stabilisé pour ma première séance de rTMS, le délai n'est-il pas de 1 mois sans modification de traitement ?"

Ca te rend malade physiquement, et en plus ton cerveau se crispe sur le manque de logique et l'inquiétude, au lieu de se poser et d'accumuler de l'énergie positive

Sachant cela, peut-être que tu peux mettre en pratique tes propres ressources de détente, genre marcher, faire du sport, du yoga, dessiner, écouter de la musique ?

Quoi qu'il en soit je pense très fort à toi et souhaite que ces séances se révèlent à la hauteur de ce que tu attends :up:

________________________

Ta situation administrative est plus rassurante que la mienne vu que lorsque tu es en maladie ou invalidité ou retraite tu perçois non pas la moitié de ton salaire mais 75%. Lorsque tu arriveras en fin de droits à congés maladie, le passage se fera en douceur vers l'invalidité si tu ne reprends pas ton travail. Je ne lis pas d'inquiétude à ce sujet dans tes messages. Ta priorité est de retrouver la santé physique et mentale, le reste suivra :smile:

Pour ma part je suis inquiète quant au futur, je fais des plans sur la comète et m'angoisse à l'idée que ça ne se passe pas comme "prévu"
On me dit de lâcher prise, qu'arrivera ce qui doit arriver, de me détendre, d'être positive, je n'y arrive pas :mrvert:

________________________

Si tu aimes mes petites histoires, j'en ai une nouvelle !

Ma médecin du travail s'est retrouvée dans l'obligation de me communiquer mon dossier médical
Eh bien ça vient de tomber : elle a désobéi à son supérieur hiérarchique, en m'envoyant des photocopies papier :dry:
Ca ne me dérange pas du tout personnellement mais ça la fout mal pour elle :god:
Et surtout... comme elle m'a mis les copies dans l'enveloppe sans courrier joint et sans bordereau, je viens de lui écrire, en copie à sa hiérarchie bien-sûr :
Bonjour Docteur,
Je reçois ce jour une enveloppe en recommandé avec accusé de réception de votre part, postée hier, et vous en remercie.
Suite au message du DRH mardi, je m’attendais à des copies dématérialisées, mais ces photocopies me conviennent parfaitement, mis à part l’absence de bordereau, car sans celui-ci ni vous ni moi n’avons la preuve que l’intégralité des documents de mon dossier m’a été communiquée.
Je vous remercie d’avance de me faire parvenir le bordereau et vous adresse mes salutations respectueuses


Je fais ma pointilleuse ?!!! :rire2:
Mon but n'est pas de leur casser les bonbons, mais bien de faire les choses dans les règles, afin de mettre toutes les chances de mon côté si l'affaire doit être jugée
Or je constate encore une fois que sous couvert de hiérarchie certains se permettent de t'imposer leur volonté

En l'occurence je n'ai aucune confiance dans cette dame médecin. Je la soupçonne de n'avoir pas joint les copies de certains documents comme le rapport qu'elle a rédigé à l'attention de la commission de réforme...

Ne rien lâcher... C'est fatigant. Ca me mine.

Pour ce qui est de mon rendez-vous avec mon avocat, qui aura lieu à la fin du mois, je dois préparer un dossier avec toutes les pièces, même si je lui ai déjà tout envoyé par mail. J'ai aussi ouvert un document Word sur lequel je viens régulièrement ajouter mes questions.

______________________

Je reviens à ton questionnement par rapport à tes deux collègues
Je crois t'avoir déjà donné mon avis mais il a peut-être changé depuis :smile2:
Aujourd'hui donc, ce que j'en pense :
Ce sont eux qui te sollicitent, toi tu ne fais que répondre
Dans tes réponses, vu de l'extérieur tu fais preuve de bonne volonté
Quelles sont leurs motivations à eux, à la limite tu peux les deviner :
- pour celui qui te dit que tu leur manques : besoin de se donner la bonne conscience du samaritain, besoin de reconnaissance au niveau du groupe pro en étant THE lien entre toi en arrêt maladie et eux sur leur lieu de travail
- pour celui qui te donne des notes à relire : manque de confiance en son propre travail

On a tendance à tout ramener à soi
Mais en fait s'ils te contactent c'est par rapport à leurs propres besoins
Si dans la forme ils te passent la brosse à reluire (tu nous manques, si tu relis ces notes tu ne perds pas la main), dans le fond ils y trouvent leur propre intérêt
Enfin c'est ce que je crois
Suis-je négative pessimiste dépressive ? :rire1:

Ma galerie, le praliné : viewtopic.php?f=22&t=36587

Mon salon, le noisetier : viewtopic.php?f=13&t=36588

Avatar du membre
Alain73
Messages : 53
Enregistré le : vendredi 31 juillet 2020 10:53

Relations employeur/employé en arrêt maladie

Message par Alain73 » vendredi 16 octobre 2020 16:43

Bonjour @lise , @Noysette

Vous avez sans doute en grande partie raison pour mes deux collègues. Ma vision anxieuse et paranoïaque des choses déforme la réalité. Ils s'inquiètent probablement vraiment de mon sort et de la profonde désocialisation associée à arrêt maladie prolongé.

Dans le cas du premier, il peut y avoir un côté "bon samaritain" effectivement, d'autant plus que c'est une personne très croyante (sans vouloir dénigrer sa foi, chacun gère sa condition de mortel comme bon lui semble).

Enfin les deux font ce qu'ils peuvent, de façon authentiquement bienveillante et désintéressée, pour essayer de maintenir un lien professionnel qui pourra faciliter ma réinsertion le moment venu, si réinsertion il y a... C'est un peu ça qui me fait de la peine aussi, c'est que si je n'arrive pas à reprendre et que je me dirige vers l'invalidité, j'aurai l'impression que tous leurs efforts auront été vains et je m'en voudrai en quelque sorte de ne pas avoir su utiliser leur aide et de leur avoir fait perdre leur temps (même si, encore une fois, je pense que le temps qu'ils me consacrent est désintéressé et n'appelle pas de retour sur investissement).

Pour ma seconde collègue qui me donne des notes à relire, je ne pense pas que ce soit un manque de confiance dans son travail, bien au contraire. On formait plus un espèce de tandem, elle très forte sur la théorie, moi plus axé sur la mise en pratique. Du coup elle aimait bien avoir une relecture de son travail sous l'angle de sa mise en pratique, sur les sujets sur lesquels on collaborait. J'ai l'impression que cette collaboration lui manque.

Et effectivement @lise, il y a de fortes chances que les remarques désobligeantes à fonction de socialisation proviennent davantage de collègues dont je n'ai pas de nouvelles plutôt que de ceux qui restent en contact.

@Noysette, effectivement, en théorie j'ai une situation administrative assez rassurante (si toutefois je l'ai bien comprise), et en tout cas, vu l'échange téléphonique que j'ai eu avec notre nouvelle médecin conseil, le passage vers l'invalidité devrait se faire en douceur et dans des conditions financières favorables le cas échéant. D'où l'absence d'inquiétude à ce sujet dans mes messages, pour l'instant... parce que j'ai l'impression d'avoir encore du temps aussi, mais d'un autre côté le temps défile à une vitesse extraordinaire. Il y a un an je n'aurai jamais cru ne pas encore avoir repris le travail un an après.

On te recommande de lâcher prise, de te détendre, tu n'y arrives pas, et tu m'invites à mettre en pratique mes propres ressources de détente ? :up: :mrvert: Qu'est-ce qui ferait de moi un meilleur moine zen que toi ? :Zen0: C'est vrai que j'ai salement morflé avec les derniers yoyos médicamenteux. C'est là que je t'envie de ne pas en prendre. Merci en tout cas pour tes encouragements pour la rTMS, j'y crois encore. Là normalement je ne touche plus à rien côté médocs, il me reste deux semaines, je croise les doigts pour que ça se soit stabilisé d'ici-là.

Non, effectivement, tu ne fais pas la pointilleuse, vu le contexte procédurier dans lequel tu évolues, mieux vaut visiblement être rigoureux... :autop:


Répondre