Fatigue persistante, quelles pistes explorer ?

Règles du forum

:fle: Avant d'ouvrir un nouveau sujet dans cette partie du forum, pensez à utiliser Les moteurs de recherche du forum.
:fle: Un point bleu s’affiche devant les messages sans réponse Image
Répondre
Avatar du membre
Emmanuelle
Messages : 378
Enregistré le : mardi 04 juin 2013 10:15

Fatigue persistante, quelles pistes explorer ?

Message par Emmanuelle »

Bonjour à tous,

J'ai fait une recherche pour voir si un sujet similaire avait été lancé, mais je n'ai pas trouvé.

Alors voilà : je me traîne une fatigue depuis des années.

Quand je dis fatigue, c'est :

- je dors 10h par nuit en semaine, et me réveille fatiguée (je me rendors sur mon réveil...). Je précise que je dors bien, je ne me sens pas angoissée . Et que le matin j'ai envie de commencer ma journée. Si dans la journée je m'allonge, c'est sûr que je m'endors également...

- je fatigue très vite quand je fais une activité. Selon l'intensité de l'activité je suis obligée de m'arrêter pour faire des pauses régulières. Alors que j'ai très envie de les faire, et que je les fais tant bien que mal.

- je fais régulièrement des baisses de tension, ce qui entraîne une perte d'énergie voire des vertiges.

Alors, autrefois il y avait toujours une bonne raison pour cette fatigue : le changement de saison, la dépression, le traitement, les anémies, etc etc

Mais, cela fait 2 ans que je me sens bien dans ma tête, que j'ai goût à la vie, que j'ai envie de faire plein de choses, et un bientôt an que je n'ai plu pris aucun traitement, et malgré tout cette fatigue persiste.
C'est assez frustrant de vouloir faire les choses, sentir une énergie mentale et ne pas avoir l'énergie physique. J'ai réellement l'impression de ne plus me sentir déprimée... :

J'en ai parlé à mon médecin généraliste. Il m'a prescrit un bilan sanguin complet. Je l'ai fait, tout était bon, sauf le cortisol (le double du taux normal). Il m'a donc orientée vers une endocrinologue. Je pensais que c'était une piste favorable car j'ai toujours eu des problèmes assimilés aux hormones. J'ai lu le courrier d'envoi de mon médecin traitant, il y parlait de ma dépression passée mais pas de mes nombreux autres symptômes... Elle m'a donc orientée vers une diététicienne (puisque je suis obèse, mais comme je l'ai déjà expliqué dans le sujet sur le poids, je ne veux plus voir de telles personnes, d'autant que je suis en train de perdre du poids progressivement) et m'a dit que le taux de cortisol était dû au stress du prélèvement sanguin. Donc piste négative.

Je suis retournée voir mon généraliste, qui m'a envoyée vers un ORL pour vérifier si je ne faisais pas d'apnées du sommeil. J'ai passé un examen, et non, je ne ronfle pas et je respire bien la nuit (ce qui est une très bonne nouvelle). L'ORL m'a conseillé d'aller voir un spécialiste du sommeil pour faire des enregistrements plus poussés pour voir si je rentre bien dans le sommeil profond et ne reste pas en sommeil superficiel (ma sœur souffre déjà d'hypersomnie...)

Donc je suis encore retournée voir mon généraliste. J'ai horreur de passer ma vie chez le médecin, mais j'en ai encore plus marre d'avoir retrouvé le goût de vivre et ne pas pouvoir en profiter... Donc je ne lâche pas l'affaire. Je lui demande si d'autres pistes sont à explorer. Et, désabusé, il m'annonce que non, ça doit être l'anti dépresseur que j'ai pris pendant 10 ans qui me fait toujours de l'effet. Je suis dubitative et partagée : oui je l'ai pris pendant dix ans, tous les jours. Mais je n'ai jamais eu très longtemps de fortes doses, et cela fait 10 mois que je ne prends plus rien du tout.

Que penser ? Suis je hypocondriaque ? Dois je retourner voir un psy alors que je me sens bien dans ma tête mais que mon corps ne suit pas ? Dois je juste attendre ?

C'est en cherchant des réponses à ces questions que je me suis retrouvée sur ce forum. Peut être quelqu'un en guérison (rémission) a déjà rencontré la même situation. S'il passe par là, qu'il n'hésite pas à me faire part de son expérience.

Bonne journée ensoleillée à tous
Avatar du membre
Archaos
Fondateur/Administrateur
Messages : 17887
Enregistré le : mardi 06 juin 2006 21:20

Fatigue persistante, quelles pistes explorer ?

Message par Archaos »

Bonjour Emmanuelle,

quel était cet antidépresseur que tu as pris pendant dix ans ?
Détachement

Fatigue persistante, quelles pistes explorer ?

Message par Détachement »

Bonsoir,



As-tu d'autres "symptômes" ? Je me reconnais dans cette fatigue physique.
Qu'a dit l'endocrinologue ?

Bon courage à toi.
Avatar du membre
Moinou
Messages : 2213
Enregistré le : samedi 28 mai 2011 12:24

Fatigue persistante, quelles pistes explorer ?

Message par Moinou »

Bonjour Emmanuelle !
Je me reconnais moi aussi dans cette fatigue qui persiste même quand je ne me sens plus déprimée ni angoissée et que j'ai envie de faire plein de choses.
Et c'est la fatigue qui me freine.
Mais moi, je suis encore sous antidépresseur.
Tu as fait un bilan sanguin. Donc ton taux de vitamine D est bon ?
Avatar du membre
Emmanuelle
Messages : 378
Enregistré le : mardi 04 juin 2013 10:15

Fatigue persistante, quelles pistes explorer ?

Message par Emmanuelle »

Bonjour à tous

Merci pour vos réponses, c'est très agréable d'avoir des retours
Archaos a écrit :
quel était cet antidépresseur que tu as pris pendant dix ans ?
Bonjour Archaos,

J'en ai pris des différents, avec parfois des périodes d'arrêt entre, et des rechutes. Je ne me souviens pas de tous (ma mémoire me joue des tours sur mes périodes sombres). Mais j'ai notamment pris du divarius, et surtout sur la fin de l'Effexor (Venlafaxine) 75 puis 37,5mg par jour
Détachement a écrit :
As-tu d'autres "symptômes" ? Je me reconnais dans cette fatigue physique.
Qu'a dit l'endocrinologue ?
Bonjour Détachement,

Désolée pour toi que tu te reconnaisses là. Pas glop du tout. Tu es sous traitement ?

J'ai quelques désagréments mais pas de choses graves :

J'ai longtemps eu des problèmes intestinaux (qui semblent un peu s'espacer à présent).
Quelques impressions que mon coeur s'emballe parfois pour un rien.
Je perds énormément mes cheveux (mais ça va avec la fatigue), et pas qu'au changement de saisons (c'est ce qu'on me dit tout le temps, "tu perds tes cheveux mais c'est normal, c'est le changement de saison").
Des coups de suées (bouffées de chaleur matinales), des coups de froid, mais j'associe cela à ma fatigue.
J'ai des problèmes de filles aussi... Et de l'acné (génial à 27 ans).
Depuis un mois j'ai des céphalées tous les soirs. Mais bon, ça ne fait qu'un mois.

Quand je dis tous ces petits désagréments, j'ai l'impression de me plaindre pour rien et de pleurer sur mon sort, c'est assez gênant. Je ne suis pas à plaindre bien sûr, j'ai de la chance de ne plus me sentir déprimée, et j'en suis bien consciente


L'endocrinologue n'a rien constaté d'anormal chez moi, si ce n'est mon poids. Elle m'a donc orientée vers une diététicienne pour perdre du poids, que je ne souhaite pas aller voir (cf mon post sur le poids). Je suis en train de perdre du poids progressivement, à mon rythme, sans contrainte, et cela me correspond tout à fait.

Moinou a écrit :
Je me reconnais moi aussi dans cette fatigue qui persiste même quand je ne me sens plus déprimée ni angoissée et que j'ai envie de faire plein de choses.
Et c'est la fatigue qui me freine.
Mais moi, je suis encore sous antidépresseur.
Tu as fait un bilan sanguin. Donc ton taux de vitamine D est bon ?
Bonjour Moinou,

Je suis désolée pour toi d'avoir cette même fatigue. Je sais combien c'est désagréable, surtout qu'on a connu la phase déprimée, et qu'on distingue bien les deux sensations.

Tu prends quoi comme AD ?

J'ai tout bon au niveau sanguin, même le cholestérol et les triglycérides (je dis ça, car j'en ai eu par le passé, à cause de ma pilule, même si mon gynéco était persuadé que ça venait de mon alimentation. La preuve que non : j'ai arrêté la pilule, et je n'ai plus de ces cochonneries).

Pour les vitamines, je ne sais plus si on a testé la D, mais mon doc m'a dit de prendre du Bion 3, donc je ne risque rien du côté carences.

--edit--

Hier matin j'ai vu un ostéopathe. Il m'avait été conseillé par une personne qui avait des problèmes de cycles menstruels et qui avait du mal à avoir un bébé. Elle a réussi à tomber enceinte...

Ayant moi aussi des problèmes du genre (je vous passe les détails ^^), j'ai voulu aller le voir, pour lui demander s'il pensait pouvoir agir sur mes cycles (et ainsi m'éviter de bouffer des hormones à longueur de temps).

Je traîne aussi un problème de dos, donc je faisais d'une pierre deux coups.

Ce soignant étant également acupuncteur, je me suis dit qu'il devait avoir un regard global sur le corps. Je lui ai donc fait part de ma fatigue.

Il m'a manipulée pas mal au niveau de la tête, et m'a demandé si je n'avais pas des céphalées depuis quelques semaines... One point !

Pour le reste, il m'a manipulée le ventre. Selon lui, ma fatigue et mes problèmes menstruels viendraient du foie. A priori il arriverait à régler cela.

Prochain RDV dans un mois, on verra... (c'est ma devise "on verra" )

Si vraiment il arrive à quelque chose, je lui ferai sa pub, ça c'est sûr
Avatar du membre
Alexia311
Messages : 308
Enregistré le : mardi 04 novembre 2014 14:40

Fatigue persistante, quelles pistes explorer ?

Message par Alexia311 »

Je connais bien cette sensation moi aussi, même après 10 heures de sommeil je me sens épuisée.
Si j'ai le malheur de m'allonger sur le canapé dans la journée, je me rendors immédiatement.
Je n'ai envie d'accomplir aucune tâche ménagère.

je me sens fatiguée toute la journée, j'ai parfois aucune envie de quitter mon lit le matin.

Mais il est vrai que j'ai un traitement assez chargé.
maya2015
Messages : 64
Enregistré le : dimanche 18 janvier 2015 14:36

Fatigue persistante, quelles pistes explorer ?

Message par maya2015 »

Coucou, moi aussi je suis toujours fatiguée, que je dorme ou non.
Quand je dors peu, je me sens moins fatiguée que quand je dors beaucoup, bizarre non ?
mais si j'enchaine quelques nuits avec peu de sommeil (moins de 8h pour moi) , au bout de quelques jours, je craque et je dors pratiquement une journée entière
je suis anémique, mais malgré mon tardyferon, j'ai toujours cette fatigue que je ressens
c'est un véritable mystère, j'ai pensé que mon alimentation a peu être un lien avec tout ça, je mange à vrai dire très mal, jamais de légumes, que des féculents et des sucreries ainsi que du gras ! Autrement dit, une catastrophe, ça doit y jouer !
As-tu déjà fait une cure de vitamines ?
Avatar du membre
Polly
Messages : 216
Enregistré le : lundi 07 mars 2016 16:45

Fatigue persistante, quelles pistes explorer ?

Message par Polly »

Salut Emmanuelle, Maya, Alexia,

Je me reconnais moi aussi dans cette fatigue: nuits de 10h mais réveil difficile, sieste obligatoire, problèmes de concentration, quelques trous de mémoires, céphalées régulières, problèmes digestifs... j'ai aussi de fortes douleurs menstruelles, et un souci de mictions fréquentes.
J'ai fait tout un tas d'analyses, a priori il n'y aurait "rien". Un médecin cependant m'a fait suivre un traitement contre la maladie de Lyme (piqûre il y a 3 ans), mais je ne constate pas d’amélioration. Selon ce même médecin, la mononucléose (virus EBV) que j'ai eu il y a 10 ans peut être un élément déclencheur du syndrome de fatigue chronique.

Et puis mon médecin traitant est persuadée que je fais une dépression masquée, je vais donc me résoudre à commencer un traitement. Par le passé j'ai pris du Deroxat (qui a priori est très dangereux ), je ne m'étais pas sentie plus en forme. J'espère qu'il me prescrira une molécule "stimulante".

De votre côté, avez-vous trouvé un moyen de vous sentir moins fatiguées ?
Avatar du membre
Polly
Messages : 216
Enregistré le : lundi 07 mars 2016 16:45

Fatigue persistante, quelles pistes explorer ?

Message par Polly »

Emmanuelle a écrit :
Alors voilà : je me traîne une fatigue depuis des années.
Emmanuelle, si tu passes par là, tiens nous au courant. Est-ce que l'ostéo/ acupuncteur t'a aidé ?
Tes symptômes, notamment la perte de cheveux, me font penser des des carences, surtout fer, B12, vitamine D, connais tu ces taux ?? Pour le fer il faut que la ferritine soit au minimum supérieure à 50 (les normes des labo sont trop basses). J'avais des vertiges, palpitations et maux de tête tous les jours car je manquais de fer, j'ai reçu des perfusions de Venofer et ça va mieux. En revanche la fatigue est toujours là... Je vais creuser du côté des surrénales, et demander des tests pour Gougerot Sjogren (j'ai les yeux et la bouche secs)
Avatar du membre
Lorient
Messages : 574
Enregistré le : lundi 19 septembre 2016 17:01

Fatigue persistante, quelles pistes explorer ?

Message par Lorient »

Coucou, tu as essayée la cure de magnésium pour te soulager ?
Avatar du membre
Polly
Messages : 216
Enregistré le : lundi 07 mars 2016 16:45

Fatigue persistante, quelles pistes explorer ?

Message par Polly »

J'en prends tous les soirs pour m'endormir plus rapidement et je bois souvent de l'Hépar. Je ne me sens pas spécialement anxieuse, juste épuisée.
Oedic2022
Messages : 1
Enregistré le : samedi 05 novembre 2022 19:25

Fatigue persistante, quelles pistes explorer ?

Message par Oedic2022 »

Bonjour à toutes et à tous :smile: ,

Je suis un jeune adulte de 25 ans, de nature très curieuse, j'ai accumulé beaucoup d'infos en culture générale en parallèle de ma scolarité et me suis construis une pensée créative. Seulement, ca fait un peu plus de 24 mois, fin 2019 exactement que je suis dans un état amorphe ou je me sens déconnecté et sans intérêts pour des choses qui me passionnent habituellement.

Ayant quitté le lycée en mai 2019 dans l'espoir de trouver un travail, ca n'a pas marché car envoyer des cv ne sert à rien et puis pole emploi et la mission locale se sont renvoyé la balle. :down:

Ce sentiment de ne pas avoir d'avenir a été source de stress et m'a fait coucher tard (jusqu'à 3 h du matin) et le fait de faire des efforts de me coucher plus tôt n'a pas fait disparaitre cette fatigue. Résultat, sans savoir pourquoi, je me suis mis à ne plus réfléchir et à me mettre dans la tete que j'avais le cerveau vide, à force de ne penser à rien et de ne pas entretenir la mémoire.

J'ai essayé d'aller voir le médecin plusieurs fois et il ne s'est pas inquiété malgré un taux de Gamma GT élevé (110 au dernier, ce mois ci) mais m'a envoyé voir le cardiologue quand même.

Aujourd'hui, je suis dans une association pour l'environnement depuis qu'et j'y fais un service civique mais cette fatigue ne recule pas.

Voilà, si quelqu'un a eu le même souci que moi ou qui a des pistes, je serai content de discuter avec vous.
Avatar du membre
Freg
Messages : 616
Enregistré le : samedi 19 septembre 2020 1:17

Fatigue persistante, quelles pistes explorer ?

Message par Freg »

Salut @Oedic2022,

Perso je suis de nature assez fatigable depuis toujours, avec déjà une tendance à m'endormir tard dès mes 2 ans.
A mes 11 ans, à l'arrivée au collège, ç'a été encore pire quand j'ai vu le bordel généralisé que tout était socialement encore plus qu'à l'enfance.
Puis à mes 13 ans, du jour au lendemain, je n'ai plus réussi à cerner précisément ce que je sentais/voulais à chaque instant, ce qui a aggravé des tendances à l'anxiété, et notamment mes tendances fatigables.
Donc je peux dire que j'ai ce problème depuis toujours.
Cela dit je sais que parfois je me sentais juste bien, petite, quand tout me semblait aller bien. Je sais que parfois j'avais de l'énergie, quand j'étais me semblait-il bien entourée.

Il y a aussi l'alimentation qui joue. J'ai remarqué que si je ne mange pas de produits "lourds" tels que chair animale, céréales et produits laitiers, ça va bien mieux (et ça m'évite rhume et allergies ORL).
Le café aussi à la longue me fatigue et j'observe autour de moi que les consommateurs réguliers sont apathiques ou plus vraiment ancrés dans le plaisir de l'instant présent.

En général je fatigue naturellement sans qu'il ne se passe rien quand je ressens une ou des pressions constantes et insolubles ou injustes, quelles qu'elles soient. La simple pression de me dire qu'il faut que je me bouge pour savoir ce que je compte faire dans la minute peut me mettre un coup de massue.

J'ai l'impression que les gens couramment fatigués ont tendance à percevoir et/ou réfléchir, consciemment ou non, plus ou trop par rapport à d'autres. A priori c'est donc un travail à faire que de savoir et apprendre, ou réapprendre, à sentir ce qui se passe vraiment en nous en réalité.
Souvent a priori le bordel accumulé est tellement énorme que ça implique un très long moment avant de pouvoir prétendre à une bonne connaissance de soi après le travail qu'il aura fallu faire.

Ce que tu dépeins m'évoque ce que moi-même j'ai vécu par anticipation : une sorte de lâcher dans le vaste monde infini qu'implique la majorité, le monde du travail et l'autonomie, et donc qui implique "d'un coup" de suffisamment bien se connaître pour s'en sortir. Sacrée pression en soi.
Peut-être que je me trompe et que ce n'est pas ce que tu vis, auquel cas je serais très étonnée et aimerais connaître ton retour. Dans tous les cas il m'intéresse.

Beaucoup de choses pourraient être dites et développées. J'ai essayé de faire succinct :smile:

En tout cas j'ai beaucoup avancé sur ma fatigue et tout ce qu'elle implique et ça va bien mieux, à part depuis quelques jours car je ne me suis pas très bien alimentée et surtout car j'ai eu des coups durs. (Baisse d'estime et de confiance en moi -> épuisement ^^)
Donc sache qu'on peut améliorer cet état de fait et que pour ça, selon mon expérience, il faut retrouver voire trouver les bons repères qui nous permettent de nous reconstruire voire nous construire car parfois, souvent, on a pu nous faire croire qu'on était construit alors qu'en fait, nos proches n'ont jamais vraiment perçu qui nous étions, donc nous restons comme des enfants voire des bébés, perdus dans l'immensité du tout et du rien, et c'est assez accablant !
Répondre
  • Sujets similaires
    Réponses
    Vues
    Dernier message