[Autisme] Le syndrome d'Asperger

Règles du forum

:fle: Avant d'ouvrir un nouveau sujet dans cette partie du forum, pensez à utiliser Les moteurs de recherche du forum.
:fle: Un point bleu s’affiche devant les messages sans réponse Image
Répondre
Avatar du membre
temp-995
Messages : 7
Enregistré le : lundi 10 octobre 2011 11:07

[Autisme] Le syndrome d'Asperger

Message par temp-995 »

Sujet d'actualité puisque l'autisme est la grande cause nationale 2012[/url], voici un petit article sur le syndrome d'Asperger.


Le syndrome d’Asperger

Le syndrome d’Asperger est un trouble neuro-biologique appartenant à la catégorie des troubles envahissants du développement (TED) et qui se manifeste par des difficultés dans la socialisation et la communication. On parle communément de trouble du spectre autistique parce que les symptômes peuvent être combinés de façon différente et aller de légers à graves suivant le degré des atteintes neuro-sensorielles. On estime aujourd’hui que les TED atteignent 1% de la population générale et la France possède un sérieux retard dans le dépistage et le diagnostic de ce handicap ainsi que dans sa prise en charge. Beaucoup de personnes autistes n'ont pas conscience de l'être, ni même les membres de leur famille et leurs amis, puisque les formes légères d'autisme ne sont le plus souvent pas diagnostiquées ou alors diagnostiquées seulement de façon partielle par des professionnels du secteur.
Contrairement aux personnes atteintes d’autisme de bas niveau, les individus touchés par le syndrome d’Asperger dit « Aspies », n’ont connu aucun retard dans le développement du langage, n'ont pas de déficit intellectuel et peuvent ne pas avoir connus de difficultés motrices durant l’enfance. Ainsi contrairement aux autistes de bas niveau ou même certains autistes de haut niveau, il peut être assez difficile de les reconnaître et de les différencier à l’âge adulte des personnes normales dites neurotypiques. Certains sont régulièrement perçus comme introverties, bizarres ou encore très naïfs.

Malgré leur désir de nouer des contacts et d’avoir des amis, les Aspies connaissent de sérieux handicaps dans leurs relations avec les autres ainsi que des particularités dans leur façon de s’exprimer et de se comporter. Leurs comportements excentriques ou étranges sont liés aux atteintes neurologiques et biochimiques de leur cerveau qui ne traite pas correctement les informations perçues ; les conséquences principales du syndrome ont pour cause un dysfonctionnement dans le traitement de l'information visuelle et auditive par l'analyse spontanée. Les capacités intuitives et déductives feraient ainsi défaut et les Aspies souffrent d'un déficit dans "la théorie de l’esprit" que l’on qualifie de « cécité mentale ». La théorie de l'esprit est ce que l'on appelle plus communément la perspicacité ; perspicacité qui découle des capacités de déduction et d'intuition à partir de l'observation. Car contrairement à la réflexion qui se base sur le raisonnement ou la logique, l'intuition n'est pas la conclusion d'un raisonnement conscient.
La théorie de l'esprit consiste en effet à être capable de concevoir spontanément des hypothèses plus ou moins correct, sur les possibles croyances, désirs, états mentaux et intentions des autres afin de comprendre ou anticiper leurs réactions et donc d’y réagir de manière appropriée. Les Aspies ont par conséquent de grandes difficultés pour comprendre spontanément les messages abstraits tels que certaines formes d’humour (les taquineries, le second degré peuvent être par exemple pris pour de la moquerie), les sous entendus (ironie, métaphores, sarcasmes) et à décoder c'est-à-dire interpréter les messages non verbaux tels que les expressions du visage reliées à un contexte particulier. Les Aspies ont donc des difficultés à imaginer ce que les autres pensent ou ressentent ; et pour eux, il leur est extrêmement difficile de savoir “lire entre les lignes”, autrement dit de comprendre ce qu'une personne affirme implicitement sans le dire directement.
Exemple : A l'âge adulte, une personne avec le syndrome d'Asperger pourra avoir des difficultés à faire la différence entre le sourire du serveur de restaurant qui est en train d'attendre la commande à sa table, et celui d'une femme à la table devant lui qui s'intéresse manifestement à lui.

Les Aspies parlent bien, ont souvent de bons résultats scolaire et sont souvent très intelligents (les tests QI ne sont pas adaptés aux Autistes Asperger) et certains peuvent même avoir une mémoire exceptionnelle dite encyclopédique ; Néanmoins, ils présentent souvent dans leur façon de se comporter un coté rigide (peu d'expressions gestuelles ou faciales) : les Aspies récupèrent et copient les expressions des autres mais ne les utilisent pas toujours de façon adéquate, parfois même dans des contextes inappropriés. Ils ne comprennent pas instinctivement les conventions sociales, peuvent agir à contresens, et leurs attitudes bizarres, obsessions et fixations sont souvent mal interprétées. Ils peuvent être égocentriques, ne pas aimer le contact physique, avoir une tendance à fuir le regard et sont peu connectés aux sentiments des autres, qui à leur tour, ne saisissent par leur incompréhension et leur indifférence.

Les Aspies développent fréquemment des pathologies associées à leur syndrome tels que des troubles obsessionnels compulsifs, des troubles de la personnalité schizoïde, des troubles anxieux, des troubles de l’hyperactivité/attention... avec pour conséquence des idées suicidaires, un syndrome maniaco-dépressif, une dépression nerveuse etc.


Troubles neuro-sensoriels :
- Hypersensibilité tactile : effleurements désagréables
- Hypersensibilité aux sons et à la lumière : certains bruits forts et certaines lumières fortes
- Hyper excitabilité par déficit de modulation sensorielle ou défaut d'inhibition corticale avec tendance à être sur stimulés et débordés facilement par les émotions de base (joie, tristesse, surprise, dégoût, peur et colère).


L’Aspie peut être qualifié de :
+ : non manipulateur, honnête, perfectionniste, fidèle en amitié, sensible aux détails, respectueux des règles, doté d’une autre forme d'intelligence (une pensée analytique, une logique indéniable), un humour particulier, tenace, toujours à la recherche de la justice et de la vérité, une bonne mémoire visuelle dite "mémoire photographique".
- : très naïf, non clairvoyant (le plus souvent "aveugle" aux messages abstraits, aux messages non verbaux tels qu’un sourire, un regard de désir, un sous entendu etc.), trop direct ou trop franc, solitaire et tendance égocentrique, peu démonstratif ou peu communiquant émotionnellement (difficultés à demander de l’aide, à exprimer ses sentiments).


Vidéos :
« Une épée dans la brume, syndrome d’Asperger et espoir » – rencontre de Nicole Damaggio, Anneclaire et Ardisson dans l’émission « salut les terriens »
Au coeur du cerveau autiste – reportage de la TSR



Pour en savoir davantage :
Guide d'intervention pédagogique en milieu scolaire pour les autistes de haut niveau
Guide pour l’insertion dans l’emploi des autistes de haut niveau, asperger
Présentation du Syndrome d'Asperger par Asperger Aide France
Asperger et les codes d'intéraction sociale
http://autisme.info31.free.fr/

40% des personnes souffrant de timidité amoureuse dans l'étude du pychologue Gilmartin ont clairement été diagnostiqué comme ayant un syndrome d'Asperger
Avatar du membre
Miss.accacia
Messages : 215
Enregistré le : dimanche 16 mars 2014 2:56

[Autisme] Le syndrome d'Asperger

Message par Miss.accacia »

Merci pour ce message sur le syndrome d'asperger.

Je ne connaissait et vient de découvrir au hasard il y a quelques jours via des vidéos.

je vais vous mettre une vidéo d'une "aspies" afin que vous réalisiez qu'il y a vraiment différent degré d'autisme, je pense même qu'il n'existe pas clairement de frontière entre un "neuro typique" et un autiste. Il s'agirait plutôt d'une échelle entre les deux.



Bon ce n'est pas la vidéo ou c'est dit clairement, mais en gros ou à tous plus ou moins des troubles autistiques, les autismes ont en ont juste beaucoup, les aspergers en ont une certaine catégorie.

Personnellement je me suis retrouvé dans plusieurs choses. J'ai tendance à ne pas regarder une personne dans les yeux, je n'aime pas trop le contact sauf d'une personne que je connais. Je suis dite "naïve" en tout cas je fais très confiance. Et je suis surprise du mensonge, d'ailleurs je ne ment pas tellement ou difficilement. Je ne comprend pas l'intérêt des règles sociales comme la politesse etc... Même si je fini par les appliqués car j'ai compris que c'est ce qu'il fallait faire.

Mais je ne suis pas asperger, déjà parce que je suis pas psychorigide sur les règles, au contraire. Je sais conduire une voiture etc...
Mais je vois bien que je ne capte pas facilement les émotions des autres. Ça provoque d'ailleurs maintenant beaucoup de question... Et donc d'angoisse du genre "il a dit ça oui mais est ce qu'il pense?" Il faut que j'intellectualise comme elle dit le comportement de l'autre pour le comprendre.

J'ai souvent des intérêts restreints aussi, un peu extrême comme on dit. Je manque de globalité et voit plus les détails.

Bref, je me suis retrouvé dans beaucoup de symptômes pas tous. Mais du coup ça confirme ce que je pensait: certes je fait une dépression, mais il y a certain aspect qu'on voudrait changer qu'on trouve anormal, et je ne crois pas que ce soit changeable, enfin atténuable, mais je vois bien que certaine chose font parti de moi et ne changerons pas avec les antidépresseur.
Du coup je pense que je suis quasiment guéri de ma dépression. Maintenant je dois juste apprendre à vivre avec ce léger handicape sociale et apprendre à le gérer et à gérer les angoisses que cela génère. Je n'arrive pas à cerner ce que pense les gens et j'ai peur de passer pour stupide comme c'est souvent arrivé. Tout comme la dépression: j'était contente de comprendre que j'avais une maladie à soigné que je ne suis pas juste négative de base... Je ne comprenais pas d'où venais toute ces dépressions récurrente et le fait de se sentir différente des autres... (Comme beaucoup d'autisme j'ai subit des moquerie à l'école, on a abusé de ma "naïveté" exactement comme cette fille.

Et ça me rassure, je me dit qu'il est temps de penser à arrêter mes antidépresseurs et maintenant essayer d'apprendre à vivre correctement.

Je vois que mon fils à certain syndrome aussi, c'est d'origine énergique en partie, rien d'étonnant à ça. Mais au moins je le comprend mais je sens que parfois les personnes """normale"""" ne comprenne pas son comportement contrairement à moi.

Wouah ça fait un bien fou.
Avatar du membre
sourire9
Messages : 25
Enregistré le : mercredi 04 juin 2014 9:52

[Autisme] Le syndrome d'Asperger

Message par sourire9 »

Moi aussi, je me retrouve dans certains symptômes, mais pas tous. On m'a conseillé de me faire diagnostiquer dans un Centre de Ressources Autisme, le diagnostic est gratuit, mais la liste d'attente est longue. Cependant, il paraît qu'il existe une distinction entre le Syndrome d'Asperger et l'Autisme de Haut Niveau, par exemple un aspie ne connait pas de retard de langage, ce qui est le cas d'un autiste de haut niveau. Il y a d'autres différences, qui sont un peu floues pour moi. Ma psychologue ne connaît pas spécifiquement ces différences, et elle m'a dit qu'un retard de langage n'est pas nécessairement lié à l'autisme.
Avatar du membre
Line1990
Messages : 6197
Enregistré le : mardi 04 juin 2019 12:48

[Autisme] Le syndrome d'Asperger

Message par Line1990 »

J'ai été diagnostiquée autiste, autiste asperger.

Avant il y avait autiste de haut niveau, autiste avec ou sans déficience intellectuelle, autiste asperger.
Aujourd'hui il n'y a plus ces appellations, il y a troubles du spectre de l'autisme qui regroupe toutes les formes d'autisme.

Moi je serais considérée comme autiste asperger qui est une forme d'autisme léger sans déficience intellectuelle.
D'ailleurs mon principal problème, mon principal handicap est la communication. C'est cette communication qui me fait défaut. Il y a eu les harcèlements depuis petite à l'école, encore adulte dans deux formations successives et puis le fait que je n'arrivais pas, petite, et encore un peu aujourd'hui à manifester ma douleur physique, mes traumatismes psy etc.

Par contre, à la différence d'autres autisme, j'aime aller chez le coiffeur par contre j'ai longtemps eu du mal à ce que ma mère me touche, me fasse un câlin, me frotte le dos par exemple je la renvoyais balader.
Je mange des mélanges, concombre tomates par exemple ou des poêlée de légumes mélangés c'est ce qu'on m'a demandé au C.R.A si je faisais ce genre de chose. C'est pour ça qu'avant je me disais, non, je ne suis pas autiste puisque je fais ce genre de chose. Finalement mes tests au C.R.A j'ai vu que j'ai passé les tests, ma mère s'est entretenu avec la psychiatre et moi aussi, et on a fait le tour de mes comportements et activités.

Mais j'ai été diagnostiquée autiste.
Avatar du membre
Antonio
Tony Montana
Messages : 5309
Enregistré le : mercredi 10 avril 2019 7:48

[Autisme] Le syndrome d'Asperger

Message par Antonio »

J'ai toujours eu quelques doutes sur la véracité de ce syndrome. Une personne autiste Asperger ressemble davantage à une personnalité évitante ou même schizoïde, c'est-à-dire tout le contraire des histrioniques qui veulent à tout prix être au centre de l'attention.

Par contre, le cas de l'autisme "classique" est bien réelle, c'est une maladie neurologique, mais je n'ai pas connaissance de "degrés de gravité".

C'est le fait qu'il n'y ait pas de retard mental qui fait que j'ai des doutes là-dessus, mais prenez pas trop en compte ce que je dis, je ne connais pas vraiment ce syndrome. Je pensais l'avoir au vu des symptômes associés, il y a un temps, mais au final je ne me suis jamais fait tester.
Hikari

[Autisme] Le syndrome d'Asperger

Message par Hikari »

Je suis assez d'accord de ce que Antonio pensait
Ayant vécu avec une grand-mère dit autiste
Haut niveau, ou autre je n'ai jamais su
Elle était lente, mais à par cela rien de vraiment flagrant
Si on m'avait pas dit que Autistes et autres existaient
Je ne l'aurais pas différencier de certains

Pour moi y a les autistes qui ont du mal à parler, interagir etc
Et il y a ceux qui n'ont aucun souci véritablement différents
Certes ils se sentent décaler, ou autre, mais on est plus
Ou moins pareil, j'ai été soupçonné asperger
Donc jamais été sûr et quand je compare justement
A une personne de ma famille Skyzo-parano certifié
Ont est tout deux isolé du monde, en complet décalage

Je pense que parfois il faut arrêter d'essayer de nous
Faire rentrer dans des cases
Avatar du membre
Nadine1
Messages : 16753
Enregistré le : jeudi 18 mars 2021 13:36

[Autisme] Le syndrome d'Asperger

Message par Nadine1 »

mon ainée, très intelligente, a un mal de fou avec les interactions sociales, son humour est du premier degré toujours, elle prend tout au pied de la lettre et c'est ELLE qui pense depuis plusieurs mois être atteinte d'autisme
que faire pour l'aider ?
C'est pas la faire entrer dans une case, c'est lui aider à comprendre un comportement qui de toute façon la fait souffrir au quotidien
son dernier boulot était en télétravail, et ça l'arrangeait de n'avoir aucune interaction autre que mails avec ses collègues
c'est son ressenti. A confirmer ou infirmer
Détachement

[Autisme] Le syndrome d'Asperger

Message par Détachement »

C'est pas la faire entrer dans une case, c'est lui aider à comprendre un comportement qui de toute façon la fait souffrir au quotidien
Merci, @Nadine1. Grandement merci. Tu penses les choses correctement.
Effectivement, autiste ou pas, les cases on s’en fout, quand on est vraiment dans la M...., on ne chipote pas et on veut de l’aide appropriée.

Pour faire un diagnostic, c’est soit en (CRA) Centre Ressources Autisme de ta région, soit en consultant un psychiatre spécialisé avec un bilan pluridisciplinaire.

Moi le télétravail je l’ai testé car j’étais très fatigable et on m’avait donné des aménagements sans que j’ai demandé quoi que ce soit, c’est le directeur adjoint de l’école d’info qui m’avait convoquée pour me parler d’autisme car son fils l’est et je lui faisais penser à son fils. À l’époque, ça m’avait vexée et j’ai plus voulu en entendre parler.
Cinq ans plus tard après l’école d’info, j’ai pris mon courage à deux mains, j’ai dû affronter mes parents et j’ai effectivement été diagnostiquée + suspiscion Irlen syndrome.
Franchement, le télétravail ça ne correspond pas non plus à cause des problèmes de communication et de compréhension (dans la sphère implicite) puis c’est franchement mieux d’avoir un cadre.

As-tu d’autres enfants que ta fille ? Si oui, peut-être regarder si ceux-ci peuvent avoir des difficultés similaires même s’ils peuvent s’en sortir dans la vie.
Je te dis ça car mon frère est autiste et c’est pas rare qu’il y ait d’autres membres de la famille qui soient concernés.

Bon courage.

PS 1 : La schizoïdie, c’est pas la même chose. On m’a bien expliqué après car je croyais être schizoïde.
PS 2 : Les autistes « légers » existent autant que les autistes « sévères » et si j’apprenais un jour que l’autisme léger était juste un trait de personnalité, j’en serais la première ravie car ça signifierait que la société a fait des efforts.
Avatar du membre
Radis
Messages : 172
Enregistré le : jeudi 07 janvier 2021 15:01

[Autisme] Le syndrome d'Asperger

Message par Radis »

Alors je vais pas servir à grand chose parce que je ne suis pas concernée, mais le syndrome d'asperger ça ne s'emploie plus dans le domaine médical, le terme est obsolète. On dit juste "autisme" ou "trouble du spectre autistique", peut-être que ce serait bien de mettre le titre à jour ? :)
Avatar du membre
Nadine1
Messages : 16753
Enregistré le : jeudi 18 mars 2021 13:36

[Autisme] Le syndrome d'Asperger

Message par Nadine1 »

@Détachement mes deux autres filles ne semblent pas avoir ce souci
je pense que l'autisme léger n'empêche pas de vivre tellement ça semble courant des personnes diagnostiquées très tard (ma grande a 25 ans et n'est pas prête à faire ce pas, tant elle a peur d'être stigmatisée "handicapée), il lui faut du temps pour accepter je pense
Hikari

[Autisme] Le syndrome d'Asperger

Message par Hikari »

Oui, beaucoup de léger ne savent même pas qu'ils le sont
Faut pas qu'elle ai peur, par contre par prudence
Même s'il elle était diagnostiquée Oui
Essaye aussi à un deuxième endroit
(Car les erreurs ça existe)

En tout cas bon courage Nadine
Radis tu as tout à fait raison, ça ne se dit plus vraiment
Avatar du membre
Ufem
Messages : 72
Enregistré le : mercredi 15 août 2012 12:23

[Autisme] Le syndrome d'Asperger

Message par Ufem »

Bonjour,

J'ai mes proches qui semblent penser que j'aurais des troubles autistiques, mais n'ont jamais pris la peine de me demander ce que les médecins qui m'ont suivis m'ont dit... Entre les maladies psychiatriques et ces troubles là honnêtement je n'en sais rien mais là j'hésite à rappeler le CMP où j'étais suivis pour faire une demande de test. Moi personnellement je me suis arrêté au trouble schizoïde. Les traitements que ne supporte pas et qui sont sans effets, c'est la joie. Du coup, aujourd'hui, je suis sans traitement, sans suivis, par choix, j'en avais un peu marre d'être suivis et tourner en boucle pour rien, ce depuis début janvier 2022. J'avouerais que j'ai quelques bizarreries mais y'en a dans tous les troubles donc bon... J'ai hésité à appelé ce matin au CMP mais je ne l'ai pas fait, j'suis sûr de rien et l'envie de rien. En plus de ça j'suis déjà entrain de m'imaginer faire des groupes si cela est avéré, voir d'autre gens, là j'en n'ai pas trop envie.

Après 10 ans de suivis, juste un psychiatre a émis l'hypothèse d'un trouble autistique mais ce n'était pas mon médecin. Et sur les 5-8 médecins qui m'ont suivis d'une courte à moyenne période, dont psychologues et infirmiers, ouais bon, si personne n'a émis de doute, qu'est-ce que je peux penser de la suite si pendant 10 ans, il n'y a rien eu . . . la blazitude c'est bien mon truc tiens...
Avatar du membre
Nadine1
Messages : 16753
Enregistré le : jeudi 18 mars 2021 13:36

[Autisme] Le syndrome d'Asperger

Message par Nadine1 »

exemple : elle a commencé un nouveau taf, et les premiers jours formation, simulation, etc...


coup de fil d'un responsable qui lui demande si elle préfère le tutoiement ou le vouvoiement, et elle de répondre "je n'avais pas envisagé qu'on se tutoie"
tout le monde mort de rire (ils se tutoient en général), elle passe pour une nana qui a l'humour piquant alors qu'elle était très sérieuse
c'est ça qu'elle dit n'arriver pas à comprendre dans ces interactions sociales
après ça passe, parcqu'elle a rigolé, mais sur le coup elle est toujours très sérieuse à prendre tout, absolument tout au premier degré (et elle a de l'humour pourtant)
Avatar du membre
Ufem
Messages : 72
Enregistré le : mercredi 15 août 2012 12:23

[Autisme] Le syndrome d'Asperger

Message par Ufem »

J'avoue avoir du mal aussi à tutoyer mes voisins par exemple, la dernière fois j'ai dit "tu" ça m'a déstabilisé et je ne comprends pas pourquoi ça énerve les gens, tu ou vous, y'a rien de méchant, ... Par contre l'humour, oui ça doit être énervant pour une personne qui ne le comprend pas ^^
Hikari

[Autisme] Le syndrome d'Asperger

Message par Hikari »

Je m'emmène dans un sujet que je ne suis pas certain d'être non plus autiste
Quand vous parler de tutoiement, ça m'a rappelé ma bancaire récemment, je lui ai parlé en ; “Tu” par réflexe
Comme elle galérait je l'ai aidé, mais je me suis qu'après rendus comptes que j'étais un peu trop familier
Je lui avais presque prit la main. Au travail, j'ai toujours parlé à mes collègues ainsi qu'aux formateurs en ; “Tu”
Dans la réalité, j'ai la chance que ceux que je parle me parle gentiment, rit très souvent, mais pas pour cela
Juste parce qu'il me trouve un peu décalé, la chose qui ressemble le plus à de l'autiste que j'ai
C'est que j'aime bien bouger de ma chaise parfois, pas tous les jours, ni même semaine parfois que quand je m'ennuie
Il y a qu'une professeure qui m'énervait, parce qu'elle n'arrêtait pas de me dire de parler en ; “Vous”

Nadine, personnellement je trouve normal comment elle a réagit et ce qu'elle a dit ; ça se ressent juste aux mots
Qu'elle le pensait, je pense que parfois il faut réussir à oublier le regard des autres

(Pour être sincère je ne crois pas l'être, un psy m'a dit surdoué, puis un généraliste ou psy de l'état m'a dit autiste
Juste parce que je l'avais ignoré, puis selon tous les autres psy et médecin, je ne suis pas en dépression
Mais ma mère oui, donc pour être honnête j'ai plus trop confiance en eux)
Avatar du membre
Petit Nouveau
Messages : 45
Enregistré le : jeudi 18 mars 2021 17:09

[Autisme] Le syndrome d'Asperger

Message par Petit Nouveau »

J'ai été diagnostiqué autiste Asperger il y a 7 ans. Apparemment la dépression est fréquente au sein des personnes souffrant du trouble du spectre autistique. Les aspies que je connais prennent pour la plupart des antidépresseurs et anxiolytiques.
om-d-kaverne
Messages : 1946
Enregistré le : mercredi 18 mai 2022 17:49

[Autisme] Le syndrome d'Asperger

Message par om-d-kaverne »

Il y a un moment, quand on ne sait pas ce qu'on a et qui on est, où l'on croit devenir fou, parce que personne n'est comme nous (je prends l'inverse, plutôt que dire que JE ne ressemble à personne).

Je préfère ne rien dire pour ma part, aucun médecin ne le saura. Pas envie d'être un sujet d'expérimentation...
Répondre
  • Sujets similaires
    Réponses
    Vues
    Dernier message